RSS

« THE ICEMAN » (2012)

17 Oct
ICEMAN2

MICHAEL SHANNON, À FAIRE FROID DANS LE DOS

Il est certain que la fameuse mention « inspiré de faits réels » au générique-début donne une tout autre dimension à « THE ICEMAN ». Mais nonobstant cela, le film est une franche réussite, sobrement écrit, filmé sans esbrouffe et interprété avec brio.

ICEMANLe scénario relate vingt ans de la vie d’un ‘hitman’, un tueur à gages au service d’un caïd interprété par Ray Liotta, qui par sa seule présence crée un lien avec les films de Scorsese. Mais la comparaison s’arrête là, contrairement à ce qu’ont affirmé les critiques. Comme jadis « HENRY : PORTRAIT OF A SERIAL KILLER », « THE ICEMAN » brosse le portrait intime d’un sociopathe aussi monstrueux qu’intrigant, que la construction narrative nous oblige pratiquement à prendre en sympathie, alors que dans n’importe quel autre film, il n’aurait été qu’un croque-mitaine d’arrière-plan.

Le film doit énormément à son acteur principal, Michael Shannon qui s’affirme de plus en plus comme une des révélations majeures de ces dernières années, et dont la personnalité de sphynx colle idéalement au rôle. Avec son regard éteint, son teint cireux, sa voix caverneuse, il campe ce bon père de famille et assassin de plus de cent victimes, avec une rigueur de chaque seconde, ne se laissant jamais aller au « grand numéro » et créant une tension de chaque instant. Le reste du casting est à la hauteur : Winona Ryder qui mûrit avec intelligence, joue sa femme totalement larguée, Chris Evans est méconnaissable en flingueur adepte du congélo et de la tronçonneuse, James Franco apparaît dans une seule séquence. Seul David Schwimmer peine à convaincre avec ses postiches ridicules et le souvenir encore si présent de son rôle dans « FRIENDS ».

ICEMAN3

WINONA RYDER ET MICHAEL SHANNON

« THE ICEMAN » est en quelque sorte le ‘biopic’ d’un monstre. Les grandes lignes d’une vie schizophrénique, que l’on suit avec fascination, sans pour autant parvenir à comprendre tout à fait cet homme dont l’âme fut probablement détruite dans l’enfance, comme semblent le laisser supposer de brefs flash-backs et un face-à-face électrifiant avec son frère emprisonné.

Un bon film et pour Michael Shannon, un échelon de plus gravi pour entrer dans la Cour des très Grands.

Publicités
 

Une réponse à “« THE ICEMAN » (2012)

  1. Dino Barran

    20 octobre 2013 at 15 h 24 min

    Assez réussi, effectivement, alors que la bio n’était pas spécialement facile à adapter.
    Certaines séquences marquent : ainsi la querelle avec un automobiliste mal embouché – dans la bio, ça se terminait fréquemment plus mal…
    En matière de tueur terrifiant, Shannon peut concurrencer le Bardem de NO COUNTRY FOR OLD MEN ou Joe Don Baker dans TUEZ CHARLEY VARRICK.

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :