RSS

Archives Mensuelles: novembre 2013

HAPPY BIRTHDAY, VIRGINIA !

MAYO

VIRGINIA MAYO (1920-2005), ACTRICE DE CARACTÈRE DES ANNÉES 40 ET 50, TRÈS ACTIVE DANS LE POLAR ET LE WESTERN

 
Poster un commentaire

Publié par le 30 novembre 2013 dans ANNIVERSAIRES

 

« POUSSIÈRE D’ÉTOILES » (1973)

POUSSIÈRE

MONICA VITTI

Coécrit et réalisé par Alberto Sordi le magnifique, « POUSSIÈRE D’ÉTOILES » est un film très ambitieux dans sa forme comme dans son fond, qui raconte les péripéties d’une petite troupe de music-hall de bas-étage qui pendant la WW2 va connaître une brève heure de gloire par la grâce du hasard et des retournements de veste successifs.

POUSSIÈRE2C’est avec tendresse et lucidité que les auteurs décrivent ces « ringards » émouvants, ces mythomanes pathétiques, ces vieux enfants mus par on ne sait quelle énergie inextinguible.

Les numéros musicaux sont très bien réglés, jamais ennuyeux, parfaitement intégrés au récit et permettent à Sordi de montrer des facettes peu connues de son talent : son one-man-show déguisé en clown devant les armées américaines tient du pur génie comique. Il s’est offert un rôle à sa mesure, tout à la fois grandiose et ridicule, ingénieux et stupide, prêt à toutes les compromissions. Un loser accidentellement grandi par la guerre, qui retombera lors d’un épilogue assez poignant, dans la grisaille et l’oubli. Les larmes sous les paillettes, on est vraiment dans un film italien !

Face à « Albertone », Monica Vitti a rarement été plus sexy et exubérante dans le rôle de sa femme danseuse et chanteuse idiote et crédule. Leur duo fonctionne à merveille et connaît plusieurs moments de grâce.

On aperçoit John Philip Law en ‘marine’ trop joli pour être vrai.

« POUSSIÈRE D’ÉTOILES » est peut-être un peu long et parfois répétitif, mais c’est un film débordant de joie-de-vivre et d’affection pour les « sans-grade » du showbiz, ces gagne-petits mégalos et toujours au bord du précipice.

POUSSIÈRE3

MONICA VITTI ET ALBERTO SORDI

Quant à l’extraordinaire numéro « hawaien », on n’est pas près de se le sortir de la tête. Oui, décidément, un « little big film » et la confirmation que le dottore Sordi avait plus d’un talent.

 

CHARLEY, COWBOY EN SWEAT-SHIRT…

CHINO DVDParmi les très nombreuses jaquettes DVD de « CHINO » à travers le monde (sauf en France, où il est inexplicablement inédit sur le support), celle-ci (made in UK) a retenu notre pointilleuse attention.

Qu’elle ne soit pas très belle, c’est un fait. Mais elle n’est pas la seule dans ce cas et à tout prendre, on a vu pire. Non, ce qui étonne le westerner et le bronsonophile que nous sommes, c’est l’étrange photomontage qui accole un paysage « fordien » (pour être gentil) agrémenté d’Indiens en pleine cavalcade avec une silhouette de Charles Bronson tirée de… « L’ÉVADÉ », un film tourné deux ans plus tard. Ce sont des choses qui arrivent, me direz-vous, le seul souci, c’est que le sweat-shirt sans manches et le chapeau de paille de l’acteur n’ont rien de westernien ! Était-il donc si compliqué de trouver une photo tirée du film qui se trouve à l’intérieur du boîtier ? Une suggestion, comme ça… Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ?

 
 

« FRONTIÈRE DANGEREUSE » (1957)

ACROSS

UN ROD STEIGER DES GRANDS JOURS

Inspiré d’une histoire originale de Graham Greene, « FRONTIÈRE DANGEREUSE » est un excellent suspense psychologique signé de l’habituellement peu enthousiasmant Ken Annakin. Le scénario suit la fuite au Mexique d’un financier anglais d’origines allemandes (Rod Steiger), accusé de fraude, jusqu’à sa déchéance ultime et une petite lueur rédemptrice à la toute fin de sa cavale désespérée.

ACROSS2Ce qui surprend le plus au premier abord, c’est que le personnage principal est absolument odieux ! C’est la grande originalité du film. Présenté comme un tyran hautain et antipathique – et affublé d’un accent d’officier nazi de série B, pour couronner le tout ! – Steiger s’enfonce progressivement dans l’abjection la plus totale, usurpant l’identité d’un voisin de wagon, le balançant du train, le dénonçant à la police, utlisant les uns et les autres et, pire que tout, maltraitant une pauvre petite chienne qui le suit partout. Avec une totale honnêteté, l’acteur joue le jeu à fond, sans jamais chercher à rendre son rôle un tant soit peu attachant ou humain. Ce n’est que lorsqu’il perd de sa superbe, prisonnier d’un village pouilleux à la frontière mexicaine, que le film bifurque et devient… une histoire d’amour entre le fugitif devenu un clochard abandonné de tous et la chienne qui symbolise à la fois sa conscience, ses remords et l’étincelle d’humanité qui subsiste en lui. C’est là que le film, déjà passionnant, décolle et trouve tout son intérêt.

ACROSS3

ROD STEIGER, NOEL WILLMAN ET DOLORÈS

Très bien réalisé, utilisant à merveille les extérieurs désertiques et les gros-plans de visages, « FRONTIÈRE DANGEREUSE » est une brillante réussite dont la narration fluide et efficace se resserre peu à peu jusqu’à devenir suffocante. La fin sur le pont séparant Mexico des U.S.A. est un petit chef-d’œuvre de suspense et de pathétique. Les rôles secondaires sont tous excellents, à commencer par Noel Willman en flic mexicain ambigu et pervers, mais c’est Steiger qui occupe 90% de l’espace et incarne à 32 ans à peine, un personnage qui en a au moins vingt de plus, sans qu’on se pose jamais la question de sa crédibilité. Un bel accomplissement en soi ! Et une œuvre oubliée à redécouvrir d’urgence.

 

HAPPY BIRTHDAY, DIANE !

LADD

DIANE LADD, ACTRICE DE CARACTÈRE APPARUE DANS LES ANNÉES 60, MÈRE DE LAURA DERN, UN EMPLOI QU’ELLE TINT PLUSIEURS FOIS À L’ÉCRAN

 
Poster un commentaire

Publié par le 29 novembre 2013 dans ANNIVERSAIRES

 

LEWIS COLLINS : R.I.P.

COLLINS

LEWIS COLLINS (1946-2013), ACTEUR DE TV ANGLAIS, CONNU POUR LA SÉRIE « LES PROFESSIONNELS » ET PLUSIEURS FILMS DE GUERRE EN ITALIE

 
Poster un commentaire

Publié par le 28 novembre 2013 dans CARNET NOIR, CINÉMA ANGLAIS

 

TONY MUSANTE : R.I.P.

MUSANTE

TONY MUSANTE (1936-2013), ACTEUR AMÉRICAIN DES SIXTIES, CONNU POUR SON RÔLE DE ‘PEONE’ DANS « EL MERCENARIO » DE SERGIO CORBUCCI

 
Poster un commentaire

Publié par le 28 novembre 2013 dans CARNET NOIR

 

HAPPY BIRTHDAY, GLORIA !

GRAHAME

GLORIA GRAHAME (1923-1981), INCARNATION IDÉALE DE LA « BAD GIRL » DANS QUELQUES CLASSIQUES DES ANNÉES 50

 
Poster un commentaire

Publié par le 28 novembre 2013 dans ANNIVERSAIRES

 

« BLITZ » (2011)

BLITZ2

JASON STATHAM, FLIC ET JUSTICIER

Au premier abord, rien de très attractif dans « BLITZ », un polar anglais avec Jason Statham dans un rôle de flic traquant un serial killer tueur de policiers. Mais en y regardant à deux fois, on s’aperçoit que le casting est composé d’excellents acteurs, que le scénario est plus travaillé que la moyenne et que Statham – et c’est une des bonnes idées du film – n’est pas l’unique protagoniste, il n’est qu’un des personnages centraux d’un film choral.

BLITZSi cela commence doucement comme une de ces séries télé UK bien réalistes et glauques (souvent excellentes, d’ailleurs), l’action se densifie en avançant et l’enquête classique laisse progressivement place à un questionnement sur les limites de la légalité et of course, sur la justice individuelle. Le thème est usé depuis « L’INSPECTEUR HARRY » et d’ailleurs Aidan Gillen crée le tueur en série le plus haïssable depuis ‘Scorpio’ : il donne au film son énergie interne et génère un vrai malaise. La conclusion, logique et inévitable, laissera certains dans un état nauséeux, mais les personnages sont suffisamment travaillés pour n’être pas de grossières caricatures.

En superflic macho, primaire (primate ?) et porté sur le mauvais whisky, Statham est irréprochable et forme un duo extrêmement réussi avec Paddy Considine qui joue son supérieur gay avec finesse et humour. L’esquisse de ‘buddy movie’ entre ces deux opposés est des plus réjouissantes sans jamais éclipser le reste. Mais leurs quelques face-à-faces font qu’on aurait presque envie de les revoir dans un autre film ! C’est dire… À noter la remarquable prestation de Zawe Ashton en fliquette fragile et junkie.

BLITZ3

AIDAN GILLEN, PADDY CONSIDINE ET JASON STATHAM

Bien plus intéressant qu’il n’en a l’air donc, « BLITZ » se laisse regarder sans une seconde d’ennui. Oui, décidément, l’héritier de Paul Kersey et Harry Callahan habite à Londres et… il n’est pas content !

 

200 WESTERNS !!!

200westerns

SORTIE AUX U.S.A. D’UN COFFRET DE 50 DVD CONTENANT 200 WESTERNS ! ON IGNORE LE CONTENU, MAIS LA JAQUETTE ANNONCE DES FILMS ALLANT DE GENE AUTRY À… KLAUS KINSKI. ON CRAINT LE PIRE !

 
2 Commentaires

Publié par le 27 novembre 2013 dans SORTIES DVD ET BLU-RAY, WESTERNS