RSS

« LE PIGEON » (1958)

07 Avr
PIGEON2

VITTORIO GASSMAN LE MAGNIFIQUE

Classique des classiques de la comédie all’italiana, « LE PIGEON » peut apparaître comme un pastiche des films de « hold-up parfait » et particulièrement de « DU RIFIFI CHEZ LES HOMMES » sorti quatre ans plus tôt.

PIGEONEn effet, le thème du casse organisé par un cerveau qui réunit autour de lui des professionnels aguerris pour percer un coffre fort, est ici détourné de façon comique. En guise de « cerveau », on n’a que Vittorio Gassman, formidable en boxeur bègue et vantard qui s’entoure d’une joyeuse bande de bras-cassés, composée de chômeurs, de vieillards séniles, de glandeurs inopérants et de couards. Et leur « coup-du-siècle » s’achèvera pitoyablement dans une cuisine au mur défoncé à manger des pâtes froides.

PIGEON4

RENATO SALVATORI ET CLAUDIA CARDINALE

C’est drôle, caustique, généreux aussi sous le sarcasme. Tous les personnages sont attachants dans leur ringardise : Marcello Mastroianni qui s’occupe seul de son bébé pendant que sa femme croupit en prison, Renato Salvatori jouant les voyous mais rêvant d’une petite vie tranquille ou Totò en cambrioleur plus très jeune et pas très fiable. Sans compter les femmes : Carla Gravina excellente en petite bonne mythomane et Claudia Cardinale incroyablement jeune et mignonne en sœur cloîtrée d’un Sicilien pure-souche.

Le film est extrêmement plaisant et comme improvisé au fil de la plume, mais cela n’empêche pas quelques grosses chutes de rythme (la longue séquence de séduction entre Gassman et Gravina, qui semble ne jamais devoir finir), une sensation d’enlisement qui paralyse le film de temps en temps.

Mais il demeure impossible de ne pas s’attacher à ces tocards bavards et débordants d’inventivité – sinon d’intelligence – qui font tout, mais vraiment tout pour n’avoir pas à sombrer dans la suprême déchéance : être obligés de travailler pour gagner leur vie ! Le dernier plan de Gassman, entraîné malgré lui vers l’usine, est un véritable délice : les méchants vont en enfer !

À noter que « LE PIGEON » connut deux suites officielles et un remake U.S., sans compter les remakes plus ou moins avoués…

PIGEON3

LES BRAS-CASSÉS EN ACTION…

Publicités
 

6 réponses à “« LE PIGEON » (1958)

  1. Marc Provencher

    8 avril 2014 at 18 h 47 min

    «…une sensation d’enlisement qui paralyse le film de temps en temps.» (sic)

    Sensation que pour ma part, je n’ai pas DU TOUT éprouvée. Mais bon, il faut dire que je n’ai vu ‘LE PIGEON’ qu’une petite douzaine de fois. Enfin, pour le moment…

     
  2. walkfredjay

    8 avril 2014 at 18 h 51 min

    Question de rythme interne, ami Marc ! 😉 J’ai ressenti cela à plusieurs reprises au cours du visionnage, sans que cela n’enlève rien au charme du film, d’ailleurs. Des légers coups de mou, c’est tout.

     
    • Marc Provencher

      8 avril 2014 at 19 h 10 min

      Quoi ? Comment ? Je n’entends rien à cause du bruit assourdissant du moteur de l’avion, un bombardier mis à ma disposition par la chasse italienne. Mais ré-essaie un peu plus tard: la réception sera sûrement meilleure quand je serai parvenu au-dessus du territoire français…

       
  3. walkfredjay

    8 avril 2014 at 19 h 13 min

    😀

     
  4. Marc Provencher

    10 avril 2014 at 0 h 36 min

    Avec un peu la même équipe – Vittorio Gassman, Carlo Pisacane, Monicelli et Age- Scarpelli – je suggère fortement la réponse ante litteram du cinéma italien à ‘FRANKENSTEIN JUNIOR’ et ‘AIRPLANE’ : ‘L’ARMÉE BRANCALEONE’.

     
  5. Marc Provencher

    23 mars 2016 at 18 h 45 min

    « Claudia Cardinale incroyablement jeune et mignonne en sœur cloîtrée d’un Sicilien pure-souche. »

    Je ne l’ai pas sous la main mais je m’en souviens presque par coeur.

    Renato Salvatori, qui craque pour la jeune et belle Sicilienne (Claudia Cardinale), se scandalise que son frère (Tiberio Murgia) la tienne enfermée.

    CARDINALE : « Mais je sors, quelquefois.
    SALVATORI : – Ah oui ?
    CARDINALE : « Oui : je vais au cimetière. »

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :