RSS

« RETOUR À HOWARDS END » (1992)

30 Avr

HOWARDS2Il n’y a vraiment que les Anglais pour raconter autant de choses et aborder autant de thèmes, sous couvert d’une (apparemment) simple histoire de famille, de veuvage, de fratrie, de maison à la campagne.

« RETOUR À HOWARDS END » est une merveille de délicatesse, de précision dans le détail, maniant la suggestion et le non-dit avec une maestria inouïe et travaillant le moindre personnage jusqu’à la moelle. C’est l’étrange relation entre Vanessa Redgrave, épouse malade du bourgeois Anthony Hopkins, et sa jeune voisine Emma Thompson, qui fascine au premier abord : la première passe littéralement de relais à sa cadette en lui léguant sa maison. Et par la force du destin, celle-ci va devenir une sorte de double régénéré de son amie allant jusqu’à épouser son mari. C’est beau et émouvant, tout comme l’enchaînement de hasards, de coïncidences, de fatalités, qui vont priver la jeune femme de la maison pour ensuite la lui restituer.

Le scénario suit également le parcours d’Helena Bonham-Carter, jeune sœur exaltée d’Emma Thompson, amoureuse d’un garçon pauvre qu’elle va mener à sa perte. C’est le côte cruellement lucide de l’histoire, qui fera du malheureux la seule victime de ces petits jeux entre nantis. Un « sacrifice » qui jette une lumière beaucoup moins romantique sur ces personnages engoncés dans leur milieu et défendant leur caste bec et ongles.

La photo est sublime, le montage semble parfois heurté comme si des scènes étaient coupées avant d’être arrivées à terme, mais l’interprétation est au-delà de toute louange : Hopkins froid et dur sous ses dehors débonnaires. Sa façon de se cacher les yeux d’une main quand il a honte frise le pur génie. Thompson est douce et lumineuse, laissant tout de même entrevoir un aspect calculateur de sa personnalité. Tous les comédiens sont parfaits.

EMMA THOMPSON ET ANTHONY HOPKINS

EMMA THOMPSON ET ANTHONY HOPKINS

« RETOUR À HOWARDS END » est une des grandes réussites de James Ivory qui nage ici comme un poisson dans l’eau et parvient à captiver avec presque rien. Un « presque rien » qui traite pourtant de presque tout…

Publicités
 

6 réponses à “« RETOUR À HOWARDS END » (1992)

  1. Seb

    30 avril 2014 at 13 h 02 min

    Malgré l’élégance de la chose et la qualité de l’interprétation (Hopkins en tête), je m’y suis un peu ennuyé. Quand il ne fait pas dans l’ésotérisme pur et dur (The Savages), le tandem Merchant-Ivory aurait-il une trop forte tendance à l’académisme ? Quand il trouve le juste milieu, ça peut en tout cas donner des petits miracles (le moyen-métrage Autobiography of a Princess avec James Mason).

     
    • walkfredjay

      30 avril 2014 at 13 h 51 min

      J’avoue m’ennuyer fréquemment aux films de Mr Ivory, sauf à celui-ci et au magnifique « LES VESTIGES DU JOUR ».

       
      • Marc Provencher

        30 avril 2014 at 16 h 40 min

        Les plus beaux Ivory selon moi sont ses plus anciens, qui se passent tous en Inde et confrontent les deux civilisations. ‘SHAKESPEARE WALLAH’, ‘LE PROPRIÉTAIRE’, ‘BOMBAY TALKIE’… jusqu’à ‘HEAT AND DUST’, souvent avec le grand Shashi Kapoor.

         
  2. walkfredjay

    30 avril 2014 at 16 h 51 min

    Ah ! J’avoue n’en avoir vu aucun… Lacune à réparer, apparemment.

     
    • Marc Provencher

      30 avril 2014 at 17 h 25 min

      Si tu devais en tester un seul – imagine le dilemme ainsi : voir ça plutôt que Thor 2 – ce serait ‘SHAKESPEARE WALLAH’, d’après moi, qui est le plus accompli.

       
  3. walkfredjay

    30 avril 2014 at 18 h 10 min

    Noté !

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :