RSS

« A MOST VIOLENT YEAR » (2014)

05 Juin

MOST2Même si les deux œuvres n’ont apparemment aucun point commun, on pourrait trouver une même thématique dans « ALL IS LOST », le précédent film de J.C. Chandor et « A MOST VIOLENT YEAR ». Dans les deux films, des hommes luttent seuls contre tous : contre les éléments, la fatigue, la malchance dans le premier, contre ses concurrents, la justice et même sa propre famille dans le second. Sans jamais renoncer ou céder au découragement ou aux solutions de facilité.

Ce qui fascine dans « A MOST VIOLENT YEAR » c’est sa détermination farouche à ne PAS être un film de gangster. Le scénario prend le contrepied de tous les poncifs du genre. Alors qu’on attend/espère que notre honnête et raisonnable protagoniste finisse par s’énerver et prenne un flingue pour descendre ses rivaux dans un ‘climax’ cathartique, alors que tout le pousse à la violence, il tient jusqu’au bout, nous obligeant par là même à réfléchir à nos propres pulsions et à nos addictions inconscientes aux vieux clichés hollywoodiens. Le film est soutenu de magnifique façon par Oscar Isaac, calme, élégant, intériorisé, qui s’affirme comme la grande révélation de ces dernières années. On retrouve en lui les qualités du jeune Pacino des seventies. Jessica Chastain est également parfaite en épouse incontrôlable, fille de gangster aux pulsions violentes. Tous les seconds rôles sont impeccables, tout particulièrement Albert Brooks, méconnaissable en avocat loyal.

Et quand à la fin de son « voyage au bout de l’enfer », Isaac contemple New York qui pourrait lui appartenir un jour, son ultime dialogue avec le procureur (David Oyelowo) qui fut son pire ennemi et sera sans doute son meilleur allié, nous fait comprendre que « A MOST VIOLENT YEAR » est aussi – surtout ? – un film initiatique et politique.

OSCAR ISAAC ET JESSICA CHASTAIN

OSCAR ISAAC ET JESSICA CHASTAIN

Publicités
 

3 réponses à “« A MOST VIOLENT YEAR » (2014)

  1. Thomas Pacull

    5 juin 2015 at 8 h 59 min

    Chandor est une des rares grandes révélation du ciné U.S ,il me fait penser à James Gray .

    Margin Call est un film magnifique sur un sujet aride et All Is Lost était le grand oublié des Oscars et de Canne en 2013 !

     
    • walkfredjay

      5 juin 2015 at 9 h 06 min

      Entièrement d’accord. La chronique de « MARGIN CALL » est dans les tuyaux.

      Personnellement, il m’épate bien plus que Gray, dont j’avais adoré « LITTLE ODESSA » sans jamais retrouver le même emballement par la suite… Même si je lui reconnais de grandes qualités. Pour l’instant, Chandor a fait un sans-faute.

       
  2. Seb

    5 juin 2015 at 9 h 57 min

    Le plus grand film américain que j’ai vu depuis La nuit nous appartient. Rien que ça.

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :