RSS

« RETURN TO SENDER » (2015)

14 Août

SENDERLa première attraction de « RETURN TO SENDER » c’est de retrouver Rosamund Pike dans un personnage « à problèmes », comme dans le récent « GONE GIRL » où elle crevait l’écran de belle manière.

Heureusement qu’elle est là, d’ailleurs. Car le scénario semble être un catalogue des plus complets des erreurs à ne pas commettre pour composer un bon thriller. L’unique idée originale (à la suite d’un viol, une infirmière rend visite à son agresseur en prison et lie une sorte d’amitié amoureuse avec lui) est beaucoup trop étirée. Le spectateur étant tenu à l’écart des véritables intentions de l’héroïne, finit par se lasser de ses allers-venues, de ces relations illogiques. En fait, il faut pratiquement attendre le dernier quart d’heure pour que l’histoire prenne tout son sens et sa raison d’être. Un peu tard, hélas ! Pas mal d’amateurs de suspense auront probablement zappé avant que le film n’ait vraiment démarré.

Du « drame psychologique » vaguement pervers, on passe doucement au ‘torture porn’ à la « MISERY » ou pire à la « HARD CANDY ». C’est évidemment plus jouissif, mais on a un peu la sensation de s’être fait mener en bateau jusque-là sans réelle justification.

Reste Rosamund, donc. Qui évolue progressivement de la blonde hitchcockienne souillée par un monstre, à tout autre chose. De bien plus intéressant et complexe ! L’intérêt principal de la dernière partie du film est de nous faire repasser mentalement tout le début en mémoire, avec d’autres yeux. L’actrice anglaise vaut à elle seule qu’on voie le film.

Autour d’elle, des seconds rôles faiblards : Nick Nolte, au look de Père Noël, en papa grommelant au teint rouge-brique, Camryn Manheim absolument pas dirigée en collègue compassée. Dans le rôle du violeur, Shiloh Fernandez est un brin transparent et ne fait pas le poids face à sa partenaire.

ROSAMUND PIKE ET SHILOH FERNANDEZ

ROSAMUND PIKE ET SHILOH FERNANDEZ

Moyennement filmé et photographié, « RETURN TO SENDER » laisse sur un sentiment très mitigé donc, mais tout n’est pas à jeter. Mérite un coup d’œil curieux, disons…

Le film est sorti en DVD en France sous le titre éminemment français de « BLIND DATE ».

Advertisements
 

5 réponses à “« RETURN TO SENDER » (2015)

  1. Edmond

    14 août 2015 at 9 h 06 min

    Y a t’il au moins dans la b o , le King interprétant la chanson éponyme du film ?

     
    • walkfredjay

      14 août 2015 at 9 h 32 min

      Pas de King, non. Mais Rosamund est une Queen ! 😉

       
  2. JICOP

    14 août 2015 at 16 h 53 min

    Dommage pour Elvis , les droits etaient trop eleves sans doute , mais je me fais un devoir ( ou plaisir ) de visionner tout film avec miss Pike .
    Celui-ci ne fera pas exception .

     
  3. Edmond

    14 août 2015 at 21 h 40 min

    Le teint rouge brique maquillage ou naturel?

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :