RSS

« LES BRUTES DANS LA VILLE » (1971)

30 Août
TELLY SAVALAS

TELLY SAVALAS

Coproduction anglo-hispano-américaine réalisée en pleine vogue du ‘spaghetti western’, « LES BRUTES DANS LA VILLE » tente très manifestement de rivaliser avec les Italiens. Hélas, même s’il fut un précurseur du genre avec son magnifique « AVENTURIER DU RIO GRANDE » en 1959, Robert Parrish ne se sort pas d’un scénario proprement hallucinant, à la limite de l’expérimental. Une sorte de fable absconse et théâtrale sur l’âme de la révolution, le fascisme, avec quelques relents de fantastique.BRUTES

En visionnant le film, on a parfois la sensation que l’équipe de montage a inversé les bobines, qu’ils ont collé par erreur une musique épouvantable en attendant mieux et carrément oublié de mixer le tout. Tout se déroule dans une ville mexicaine tenue par ses bandidos. On y croise un prêtre taiseux, une femme circulant en corbillard et dormant dans un cercueil, un chef de bande chauve et constamment torse-nu… On n’y comprend rigoureusement RIEN, tout le monde se traîne avec un air morose, les acteurs enduits de fond-de-teint luisant remplissent leur contrat sans se fatiguer et les (longs) flash-backs sont aussi hideusement filmés que parfaitement inutiles. En gros, tout le monde et pour diverses raisons, recherche un certain ‘Aguila’ qui en fin de compte n’existe peut-être pas. Nous voilà bien avancés !

En révolutionnaire sanguinaire entré dans les ordres, Robert Shaw s’accommode d’un rôle passif et illogique. Telly Savalas est divertissant en hors-la-loi sadique mais disparaît hélas, trop vite. Martin Landau semble s’amuser en colonel au sourire plein de dents et Stella Stevens ne fait pas grand-chose de son personnage de « veuve noire » fantomatique. L’inévitable Aldo Sambrell vient cabotiner quelques secondes pour notre vif plaisir. On reconnaît – à grand-peine – Al Lettieri en lieutenant ambitieux de Savalas aux dents sales et Fernando Rey en vieillard aveugle qui passe tout le film les yeux fermés. Parmi les figurants, on repère une grosse femme qui à chacune de ses apparitions à l’arrière-plan, pétrit les mêmes tortillas ! Ce qu’il y a de plus (involontairement) drôle dans le film !

« LES BRUTES DANS LA VILLE » est une grosse cata à peine croyable. À se demander comment un tel scénario a pu réunir autant de gens talentueux pour ce tournage qu’on devine surréaliste en Espagne… À voir pour le croire.

À noter, pour l’anecdote : dans la scène où Lettieri se met à tirer (inexplicablement) sur Savalas, il lui fait sauter d’une balle l’index de la main gauche. Le pauvre Telly fixe alors sa main mutilée avant de se prendre d’autres bastos. En fait, le réalisateur a profité d’un authentique « signe particulier » de son acteur, qui avait réellement l’index gauche atrophié.

ROBERT SHAW, STELLA STEVENS, FERNANDO REY ET MARTIN LANDAU

ROBERT SHAW, STELLA STEVENS, FERNANDO REY ET MARTIN LANDAU

Publicités
 

3 réponses à “« LES BRUTES DANS LA VILLE » (1971)

  1. Claude

    30 août 2015 at 17 h 28 min

    Je me suis toujours demandé si c’était vraiment PARRISH qui avait « réalisé » cette … chose .
    Même si l’époque a été riche en castings grandioses gâchés aussi lamentablement mais généralement par des tâcherons …

     
    • walkfredjay

      30 août 2015 at 17 h 42 min

      J’ai lu récemment que les flash-backs ont été rajoutés après le tournage (sans doute le film était-il trop court) et ils sont tellement épouvantables, même par rapport au reste du film, que je suis pratiquement sûr que Parrish ne les a pas tournés. Qui en sait plus ?

       
  2. Patrick

    30 août 2015 at 19 h 32 min

    Parrish est plutôt un réalisateur décevant au film manquant de punch donc je le vois bien avoir tourné ce western moyen.

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :