RSS

« LES AVENTURES DU BRIGADIER GÉRARD » (1970)

16 Sep

GERARD2Produit par le Luxembourg, réalisé par un Polonais, interprété par un casting anglo-italo-américain et inspiré de l’œuvre d’Arthur Conan Doyle, « LES AVENTURES DU BRIGADIER GÉRARD » est un pudding multinational dont l’absurdité saute aux yeux dès les premières images.

Malgré une profusion de moyens et une reconstitution historique soignée, nous nageons dans la grosse comédie burlesque. Le scénario se veut picaresque et suit un brigadier français vantard et crétin à qui Napoléon confie un message pour le général Masséna qui n’est en fait qu’un leurre pour tromper l’ennemi, au cas où Gérard serait capturé. Le reste n’est qu’une succession de rencontres, de duels ridicules, de quiproquos affligeants. Peter McEnery passe tout le film à donner des regards-caméra, à faire des apartés sans arracher le moindre sourire.

Que dire ? C’est quasiment irregardable et on passe de la consternation incrédule à l’endormissement le plus profond. Y a-t-il quelque chose auquel se raccrocher ? La beauté de Claudia Cardinale à son zénith, jouant une guerrière ibère farouche, même si la fantaisie débridée n’est pas vraiment sa tasse de thé. Et puis surtout Eli Wallach qui incarne rien moins que… Napoléon. Affublé d’un faux-nez aquilin et d’un maquillage bizarrement blafard, il cède au cabotinage le plus décomplexé – exercice qui ne l’a jamais effrayé – mais n’apparaît pas suffisamment pour sauver les meubles. De toute façon, c’était une cause perdue. Parmi les seconds rôles, on reconnaît Paolo Stoppa en vieil oncle aveugle et Jack Hawkins en brigand des grands chemins.

CLAUDIA CARDINALE, PETER McENERY, ELI WALLACH ET PAOLO STOPPA

CLAUDIA CARDINALE, PETER McENERY, ELI WALLACH ET PAOLO STOPPA

Pas grand-chose à recommander donc dans ces « AVENTURES DU BRIGADIER GÉRARD » fait de bric et de broc sans jamais trouver sa colonne vertébrale et, pire que tout, sans parvenir une seule fois à amuser. Triste spectacle…

Advertisements
 

9 réponses à “« LES AVENTURES DU BRIGADIER GÉRARD » (1970)

  1. Edmond

    16 septembre 2015 at 7 h 28 min

    Bref vaut mieux lire les écrits de sir Conan Doyle !

     
  2. JICOP

    16 septembre 2015 at 9 h 48 min

    Ca a l’air bien frappe , mais avec une distribution pareille , ca attise ma curiosite .
    Encore un OFNI .
    Ceci dit , encore plus mysterieux , le realisateur Skolimowski a realise de bien beaux films comme  » Deep end  » ,  » the shout  » ou encore  » Travail au noir  » , loin d’etre des delires .

     
    • walkfredjay

      16 septembre 2015 at 10 h 39 min

      On lui a sans doute fait une offre qu’il ne pouvait pas refuser… 😉

       
  3. Seb

    16 septembre 2015 at 10 h 23 min

    C’est moi ou Eli Wallach aurait campé un parfait Jules César ?

     
  4. Marc Provencher

    16 septembre 2015 at 18 h 07 min

    «…sans jamais trouver sa colonne vertébrale et, pire que tout, sans parvenir une seule fois à amuser. Triste spectacle. »

    C’est dans de tels moments que je me sens le plus coupable de fréquenter BDW2. Une situation qui rappelle le dicton populaire italien « Armons-nous et allez vous battre ! » (Armiamoci e partite).

    Tandis qu’intrépide, le regard d’acier fixé sur l’horizon, WalkFredJay s’en va courageusement combattre (i.e. visionner un film à ses risques et périls), je reste peinard, avachi sur un énorme fauteuil, sans prendre le moindre risque audiovisuel, à bouffer des grappes de raisins (même si vu l’époque où nous vivons, je ne possède pas d’esclaves sur qui recracher les pépins) – et ce, après avoir fort probablement encouragé le malheureux dans la voie du danger. (« T’as vu ? Y’a Eli Wallach et Claudia Cardinale dans ce film : c’est sûrement très bon! »).

    Ah, je vais moins bien dormir ce soir, c’est sûr !

     
    • walkfredjay

      16 septembre 2015 at 18 h 16 min

      😀

      Et le pauvre Fred, crédule, incapable d’imaginer qu’un ami l’enverrait délibérément à la mort, fonce tête baissée dans tous les pièges les plus grossiers.

       
  5. elborak

    17 septembre 2015 at 7 h 12 min

    Je confirme, les romans de Conan Doyle sont absolument géniaux, débridés, truculents. Savoir que cela existait en film, j’en salivais d’avance en voyant ton post. Moins après l’avoir lu …

     
    • walkfredjay

      17 septembre 2015 at 7 h 15 min

      Peut-être existe-t-il quelque part dans le monde, des fans (un fan ?) de ce film ? Attendons qu’ils se manifestent pour clamer leur indignation devant cette chronique ! Ça te donnerait un autre son de cloche… 😉

       

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :