RSS

« AMERICAN GANGSTER » (2007)

04 Nov
RUSSELL CROWE ET DENZEL WASHINGTON

RUSSELL CROWE ET DENZEL WASHINGTON

Si « AMERICAN GANGSTER » avait été produit pendant les événements qu’il décrit – grosso-modo de 1968 à 1975 – il aurait probablement été réalisé par Sidney Lumet, celui de « SERPICO » et du « PRINCE DE NEW YORK ». On dirait d’ailleurs que Ridley Scott s’est inspiré du style sec et sans fioriture de celui-ci, à l’opposé du sien, pour s’approprier ce sujet.AMERICAN G3

Le scénario, tiré de faits réels, suit en parallèle l’ascension d’un malfrat noir de Brooklyn (Denzel Washington) qui profite de la guerre au Vietnam pour faire entrer des tonnes d’héroïne aux U.S.A. et d’un flic incorruptible (Russell Crowe) qui se rapproche lentement de lui au fil d’une longue enquête de terrain. Les deux hommes ne se rencontreront qu’à la fin du film, pour un face-à-face inattendu voire très surprenant.

La version longue de presque trois heures est copieuse, ultra-documentée, un peu handicapée par une photo délibérément réaliste à mille lieux des habituelles recherches esthétiques du réalisateur. Celui-ci décrit deux personnages aux antipodes l’un de l’autre, mais également froids et impavides. Jouant sur une même tonalité, les deux vedettes s’annulent parfois et ne parviennent pas à réellement donner vie à leurs rôles. Rois de l’underplay, ils offrent un affrontement feutré, en demi-teintes, à l’image du film lui-même, à peu près dépourvu de morceaux de bravoure, mais suivant sa ligne avec un sérieux qui impose le respect. Mais à ce jeu-là, il est certain qu’on jubile beaucoup moins que devant « SCARFACE » ou « HEAT ».

Côté seconds rôles, c’est un véritable régal : Josh Brolin incroyable en ripou flamboyant, Ruby Dee géniale en mère effarée du caïd, Carla Gugino très bien en épouse déçue du flic et dans de toute petites apparitions Norman Reedus (« WALKING DEAD ») en flic et Idris Elba (« LUTHER ») en ‘pimp’ trop sûr de lui.

RUSSELL CROWE, IDRIS ELBA ET DENZEL WASHINGTON

RUSSELL CROWE, IDRIS ELBA ET DENZEL WASHINGTON

Il manque clairement un petit quelque chose à « AMERICAN GANGSTER » pour s’inscrire dans le panthéon des grands polars contemporains, voire dans les grandes réussites de Ridley Scott, mais il demeure un bon film solide et rigoureux, qu’on aurait peut-être aimé un brin plus ludique.

Publicités
 

13 réponses à “« AMERICAN GANGSTER » (2007)

  1. Marc Provencher

    4 novembre 2015 at 22 h 37 min

    « Ruby Dee géniale en mère effarée du caïd. »

    Je n’en revenais pas : la légendaire Ruby Dee en personne ! Ce fut son dernier rôle au cinéma. Elle jouait l’épouse du héros dans ‘THE JACKIE ROBINSON STORY’ en 1950…

    C’est un superbe film, sobre et réaliste, qui va à l’encontre des esbroufes visuelles à la De Palma et des surenchères lassantes qui gâchent souvent ce genre de produit. La parenté avec Lumet me semble très bien vue.

     
    • walkfredjay

      4 novembre 2015 at 23 h 11 min

      J’ai préféré à seconde vision. J’aurais aimé un peu plus de flamboyance dans le personnage de Washington, mais oui c’est un beau film.

       
    • JICOP

      5 novembre 2015 at 1 h 46 min

       » esbrouffes visuelles a la DePalma  » .
      A cette sentence lapidaire , mon sang n’a fait qu’un tour .
      Et voila l’ami Marc qui repproche a un metteur en scene de soigner ses films .
      Si c’est de  » Scarface  » dont il s’ agit , c’etait volontaire pour souligner le cote bling bling avant l’heure du personnage sus-nomme et la vulgarite criante du Miami des annees 80 .
      DePalma magicien de la camera : chaque plan de son  » Carlito’s way  » est une ode au septieme art que nous adorons tous sur ce site .
      Cher monsieur Provencher , ce que vous appelez de l’esbrouffe est en verite de la magnificence , de l’enluminure … bien loin de l’hysterie d’un Michael Bay ou de la platitude d’un Jon Avnet ( longue liste a prevoir ) .

      Je reconnais les critiques incessantes qui ont emaille sa carriere , les memes qui ont accuse Leone de vulgarite ou des memes pretendus exces visuels …. autant accuser l’opera d’etre bruyant .

       
      • Marc Provencher

        5 novembre 2015 at 19 h 29 min

        « chaque plan de son » Carlito’s way » est une ode au septieme art que nous adorons tous sur ce site. »

        Je pratique De Palma depuis le tout début, dans les années soixante-dix. ‘CARRIE’ m’a pétrifié et alors j’ai vu les précédents et les suivants. Ado j’ai vu ‘PHANTOM OF THE PARADISE’ après avoir consommé certaines substances et c’était du brutal. J’ai aimé beaucoup de ses films, qui sont très divertissants, et j’apprécie même le pastiche d’Hitchcock avec ‘OBSESSION’. Cependant, plus ça avance, plus il se regarde filmer. En fait, je n’aime guère les films « d’ode au septième art », car peu de choses m’agacent autant dans un film que les clins d’œil d’initiés adressés aux cinéphiles. Il y a quelque chose comme une sorte d’autisme culturel à force qu’un cinéma se réfère uniquement à d’autres films plutôt qu’à la réalité, là dehors. Ça va de pair avec une mise en scène qui attire constamment l’attention sur elle-même. C’est le côté pré-Tarantino de M. De Palma qui me tombe sur les nerfs, surtout à partir de son remake des ‘INCORRUPTIBLES’ et du coup du landau dans l’escalier qu’on croirait sorti tout droit d’une satire façon ‘Rubrique-à-braque’. Je pense que De Palma a atteint son sommet personnel avec l’extraordinaire ‘BLOW OUT’ (et là, ce n’est pas une « fine allusion » à Antonioni mais plutôt une transposition avec armes et bagages, ce qui demande bien plus de créativité) et que depuis, il n’a plus rien à dire (sauf dans ‘CASUALTIES OF WAR’), ce qui rend plus évident son côté tape-à-l’œil.

         
      • walkfredjay

        5 novembre 2015 at 19 h 45 min

        Assez d’accord avec Marc. J’aime « SCARFACE », « OUTRAGES », « CARLITO’S WAY », « BLOW OUT » un peu « PULSIONS », un tout petit peu « FURY », mais il a pondu des calamités comme « L’ESPRIT DE CAÏN », « MAFIA SALAD », « MISSION TO MARS » et pas mal d’autres, et ses derniers films sont consternants.

         
  2. JICOP

    5 novembre 2015 at 20 h 26 min

    Bon . A vous deux , avouez que vous listez pas mal de bons films de DePalma quand meme .
    J’admets que ses derniers films ne sont pas terribles , neammoins  » Redacted  » et plus loin le premier  » Mission Impossible  » ou  » Snake eyes  » sont loin d’etre nuls .
    La scene du landau des  » incorruptibles  » est peut etre too much mais le reste du metrage est quand meme superbe .
    Son style est souvent emphatique mais sert souvent le recit (  » Phantom… » ,  » Scarface  » ) mais la ou il me touche , c’est qu’il compense presque toujours par une melancolie attachante et un romantisme presque desuet , ce qui n’est pas du tout le cas de Tarantino puisque Marc y faisait allusion .
    Ce fut un bel echange , chers amis , vous aurez compris que je voue a Brian DePalma une admiration tenace .

     
    • walkfredjay

      5 novembre 2015 at 20 h 28 min

      Et tu as raison ! Il faut défendre ses amours de celluloïd. Je suis moins tolérant quand j’entends dire (tellement souvent !) que Tarantino est un génie…

       
  3. Corey

    7 novembre 2015 at 0 h 43 min

    Et ce n’est pas le cas ?

     
    • walkfredjay

      7 novembre 2015 at 1 h 28 min

      Tarantino un génie ? À chacun son opinion, cher Corey !

      Ça me rappelle cette réplique dans « Les Guignols de l’Info ». PPD demandait à Tapie : « Vous ne trouvez pas que Claude Lelouch a du talent ? » et Tapie répondait : « Je sais pas, j’ai vu que ses films ».

       
  4. Corey

    8 novembre 2015 at 3 h 08 min

    Question totalement désintéressée, car je n’ai jamais vu un seul Tarentino. Mais il y a une telle unanimité autour de son supposé génie , que je m’interroge…

     
    • walkfredjay

      8 novembre 2015 at 8 h 27 min

      Pas un seul ? Je ne sais pas comment tu as fait pour y échapper !

      Maintenant, pourquoi est-il aussi adulé, je l’ignore. Son premier film « RÉSERVOIR DOGS » avait vraiment secoué le ronron du polar U.S. par sa construction et sa logorrhée verbale. Ensuite c’est devenu un système lassant, un phénomène de mode. QT a su recycler tous ses fantasmes de cinéphile et laisser croire à un public non-cinéphile qu’il avait tout inventé.

      Ce n’est pas un nul, loin de là, mais il n’a pas grand-chose à raconter et se montre souvent complaisant et autosatisfait. Et ne parlons même pas de ses prestations en tant qu’acteur ! Personnellement, je sauverais son premier film et « JACKIE BROWN ». Et des petits morceaux épars de ses autres productions çà et là. Mais cet avis personnel est loin d’être majoritaire ! Très loin, même.

       
      • JICOP

        8 novembre 2015 at 8 h 41 min

        Non non tu n’es pas seul , je suis avec toi sur ce coup là .
        Et encore le pire n’est pas tant lui , que la dizaine de suiveurs idiots et de producteurs ignares ( pléonasme ) qui ont multiplié ad nauseum le concept violence gratuite/jactance saoulante/recyclage des concepts pour aboutir à un système vide .
        Ajouté à son lourd dossier le détournement du concept  » Django  » complètement éloigné du Corbucci et ; last but not least : pas une soirée dansante ou fiesta quelconque ou les zozos se balancent les mains écartés devant les yeux comme Travolta et Thurman dans  » Pulp Fiction  » … au secours j’en peux plus .

         
    • Seb

      8 novembre 2015 at 11 h 10 min

      Unanimité, unanimité, n’exagérons rien… Tarantino est autant critiqué qu’adulé, que ce soit dans certains cercles cinéphiles « pointus » comme dans les discussions de tous les jours avec le « profane » qui suit ses films de loin. Au risque de mettre des étiquettes un peu à la hâte, j’ai l’impression que la plupart de ceux qui le qualifient de génie font partie d’une certaine catégorie de cinéphiles « connaisseurs mais pas trop », ceux pour qui le summum du septième art se résume aux Parrains, aux Scorsese, à Heat, Scarface et Tarantino donc, mais qui n’ont probablement jamais vu un film de Ford, Bergman ou Naruse (sélection subjective mais assez pertinente à mon sens). J’ai toujours envie de dire à ceux-là: « il y a un monde au-delà de Tarantino et les films de gangsters ! »

       

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :