RSS

« NUMBER ONE » (1969)

15 Fév
NUMBER2

CHARLTON HESTON

Avec en toile de fond le football américain, « NUMBER ONE » est une réflexion particulièrement morbide et désespérée sur le vieillissement de l’homme, sur le moment fatidique où il faudrait raccrocher les gants mais qu’on ne s’y résout pas.NUMBER

Dans « WILL PENNY LE SOLITAIRE » sorti deux ans plus tôt, Tom Gries avait déjà offert à Charlton Heston un contremploi de pauvre cowboy illettré. Ici, c’est un personnage d’ex-champion lessivé à 40 ans, se retrouvant face à lui-même, à son mariage parti en quenouilles et à un avenir de triste médiocrité qui s’offre à lui. Une image qu’on pourrait mettre en parallèle avec une situation professionnelle que devait réellement expérimenter l’acteur, déjà plus en phase avec un Hollywood en pleine évolution et qui peinait à trouver sa place dans un cinéma contemporain, loin des superproductions en costumes d’antan. Avec son masque anguleux fermé à double-tour, entaché d’amertume et de colère, son grand corps raide, Heston compose un ‘Cat’ réaliste mais jamais émouvant tant il est peu communicatif. C’était une curieuse idée de l’avoir distribué dans ce rôle, mais il s’en sort très bien en refusant tout pathos et émotion facile. Il est entouré de bons acteurs comme Jessica Walter en épouse indifférente, Bruce Dern en ancien joueur reconverti ou Diana Muldaur en maîtresse éphémère. Mike Henry, ex-Tarzan, retrouve sa tenue de footballeur, son premier métier.

Bien réalisé et photographié, captant à merveille l’ambiance singulière des seventies, « NUMBER ONE » est parfois gâché par une humeur misogyne et homophobe (embarrassante caricature du couturier gay et « grande folle »), un dialogue souvent réac (l’angoisse de voir arriver la jeune génération de « petits génies » et l’incompréhension devant l’informatique naissante) et par une absence de structure solide. Ce n’est au bout du compte que le portrait en mosaïque d’un homme obsolète, à la dérive incapable de changer de vie et de sauter du train pendant qu’il en est encore temps. Plutôt cafardeux, en somme…

NUMBER3

BRUCE DERN, CHARLTON HESTON ET MIKE HENRY

Publicités
 

4 réponses à “« NUMBER ONE » (1969)

  1. JICOP

    16 février 2016 at 22 h 41 min

    J’adorerai voir ce film qui a l’air proche par son theme du quasi-contemporain  » swimmer  » avec Burt Lancaster .
    Je pars illico chercher ce film en dvd . Merci Fred .

     
    • walkfredjay

      16 février 2016 at 22 h 49 min

      Beaucoup moins stylisé et symbolique que « THE SWIMMER », mais les thèmes sont proches en effet.

       
  2. JICOP

    5 avril 2018 at 8 h 23 min

    Oui alors je sais, Heston était mal vu dans notre pays a cause de son appartenance à la NRA.
    Il était un peu réac vers la fin. ( comme la moitié des Américains)
    Il avait un jeu un peu théâtral.
    Oui. Sans doute tout cela mais Heston combattit pour les droits civiques des minorités avec Belafonte et Poitier.
    Et puis surtout Heston est un des héros de mon enfance: Taylor, Ben-hur, le survivant, le seigneur de la guerre, le flic de  » soleil vert « , major Dundee, Moïse et j’en passe.
    Bravo Charlton, mort il y a dix ans le jour de mon anniversaire en plus. Inoubliable pour ma part.

     
    • walkfredjay

      5 avril 2018 at 9 h 12 min

      D’accord avec toi ! Ne JAMAIS confondre l’homme (ou la femme) et l’acteur (actrice). Sinon, je pense que nous bannirions 90% de nos vedettes préférées. Heston était un étrange acteur, théâtral, parfois très mauvais, mais souvent très bon et avec une présence épique à nulle autre pareille. Will Penny, aussi, à ne pas oublier.

       

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :