RSS

« LA RÉVOLTE DES DIEUX ROUGES » (1950)

05 Avr
ROCKY

ERROL FLYNN

Un bon vieux western de derrière les fagots se déroulant intégralement en extérieurs, avec Errol Flynn, a priori on part confiant. Pourtant, difficile de s’emballer pour « LA RÉVOLTE DES DIEUX ROUGES » (encore un titre français stupéfiant et hors-sujet !), qui met longtemps à installer son postulat, son contexte historique pour s’achever en une espèce de huis clos en plein-air où des soldats confédérés, des ‘yanks’, un ‘old timer’ bougon et une jeune première sont assiégés par des Indiens énervés.ROCKY2

On sent bien que le réalisateur est beaucoup plus intéressé par les pics rocheux du Nouveau Mexique que par ses personnages. Les plans larges sont d’ailleurs aussi magnifiques qu’abondants. Les protagonistes ne sont en revanche que des clichés sur pattes sans le moindre intérêt. Ainsi Flynn écope-t-il du rôle de « l’officier-sudiste-qui-possédait-une-plantation-jadis ». Il fait bien plus âgé que ses 41 ans et le spectateur observateur s’amusera de son « mal-rasé » baladeur qui fluctue d’une séquence à l’autre, passant de la quasi-barbe à… rien du tout ! Ce cocasse faux-raccord mis à part, l’acteur ne fournit que le minimum syndical. À ses côtés, dans un cast sans aspérité (contrairement aux paysages !), on reconnaîtra le débutant Slim Pickens, tout mince, Sheb Wooley et – pour la petite histoire – Patrice Wymore qui devait devenir Mme Flynn.

Que dire de plus ? Ce n’est pas nul à proprement parler. Les cascades sont même souvent impressionnantes, le noir & blanc est piqué et contrasté. Mais on a tout vu et revu tant de fois déjà ! Et que dire du dernier plan du film, montrant un chien fixant avec émotion le drapeau du Sud ?

ROCKY3

SLIM PICKENS ET ERROL FLYNN

En cherchant bien (ATTENTION : SPOILER !), il y a tout de même une surprise : le massacre implacable et sans gloire de tous les héros, Errol Flynn inclus, par les Indiens qui les encerclent et en font de la chair à pâté. Et pour couronner le tout, l’U.S.-Cavalry qui arrive en retard ! Tout fout le camp…

Publicités
 

2 réponses à “« LA RÉVOLTE DES DIEUX ROUGES » (1950)

  1. Miguel

    5 avril 2016 at 17 h 49 min

    « montrant un chien fixant avec émotion le drapeau du Sud »
    Qu’est ce que le réalisateur a bien pu agiter devant ce pauvre animal pour obtenir cette émotion ?
    un T-bone ?

     
  2. Patrick

    6 avril 2016 at 15 h 17 min

    Un western qui ne m’a laissé aucun souvenir.

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :