RSS

« PLATOON » (1986)

03 Juil
PLATOON2

TOM BERENGER

Avec « APOCALYPSE NOW », « VOYAGE AU BOUT DE L’ENFER » et « FULL METAL JACKET », « PLATOON » est un des quatre films « définitifs » sur la guerre du Vietnam et très certainement, avec le recul, le chef-d’œuvre d’Oliver Stone qui s’inspire de ses propres souvenirs. Et surtout qui privilégie l’efficacité aux effets de style, à l’exception d’un ou deux ralentis bien placés.PLATOON

À travers les yeux d’un ‘cherry’ (un « bleu ») fraîchement arrivé sur la zone de combat et alter-ego évident de l’auteur, Stone plonge directement dans la confusion, la violence et la folie. D’abord extrêmement réaliste, le film glisse vers le symbolisme quand s’affrontent deux visages de la guerre : Willem Dafoe, désillusionné mais humain et lucide et Tom Berenger, tueur psychopathe sans état d’âme. Entre eux, Charlie Sheen, la jeune recrue qui va tenter de survivre dans ce déluge de mitraille, de pluie et de hurlements, tiraillé entre ses deux « mentors ».

Par son montage ultra-découpé, sa photo « sur le vif » et l’immersion physique des comédiens, « PLATOON » offre une image de la guerre qu’on devine très proche de la réalité. Une séquence comme la destruction du village atteint des sommets de tension et d’horreur, obligeant à se confronter à ses propres démons. C’est d’une impressionnante maîtrise, d’une honnêteté totale, sans le moindre résidu d’héroïsme hollywoodien. La musique de Georges Delerue, presque en contrepoint des images, sublime la mise-en-scène et lui apporte son sous-texte humaniste et initiatique.

Omniprésent, Charlie Sheen est parfaitement convaincant. Dafoe est intrigant dans un rôle complexe anticipant sur son incarnation du Christ chez Scorsese. Berenger trouve peut-être le rôle de sa vie en « chien de guerre » remodelé au shrapnel, dont seulement la moitié du visage paraît humaine. Joli cast d’ensemble où on reconnaît des débutants comme Forest Whitaker, Johnny Depp (à peine identifiable, tant il ne fait que passer) ou Keith David.

PLATOON3

CHARLIE SHEEN ET WILLEM DAFOE

Trente ans après, « PLATOON » n’a pas pris une ride, il saisit aux tripes dès les premières images pour ne plus lâcher pendant deux heures. Un très grand film…

Publicités
 

3 réponses à “« PLATOON » (1986)

  1. Miguel

    3 juillet 2016 at 12 h 39 min

    Oliver Stone a réussie à gérer les scènes de violences de manière à ce qu’elles soient choquante mais pas gratuite donc supportable car utile pour la compréhension du film et des personnages qui y évoluent. Certaines scènes donnent un sérieux coup de bambou sans pour autant y voir une goutte de sang. Seuls les cris, les ombres, les lamentations suffisent…

     
  2. Patrick

    3 juillet 2016 at 14 h 52 min

    Un immense film de guerre, Stone a réalisé là en effet son FILM.

     
  3. JICOP

    3 juillet 2016 at 18 h 30 min

    Film immense , intense .
    Une claque dans la gueule vu a l’epoque sur grand ecran .
    Epoque ou Charlie Sheen marchait avec talent sur les traces de son illustre paternel qui s’ etait deja frotte au cauchemar Vietnamien dans  » Apocalypse now  » .
    Le reste du casting est extraordinaire avec en particulier Tom Berenger en chien de guerre sans pitie .
    Stone filme au plus pres , revit par camera interposee la celebre guerre et ses atrocites . le personnage de Sheen , jeune bourgeois voulant partager la mobilisation avec les plus pauvres est clairement un avatar du realisateur qui etait engage volontaire a l’epoque .
    Bande originale superbe de surcroit .

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :