RSS

« MUSIC BOX » (1989)

23 Juil

MUSICPour son quatrième film américain, Costa-Gavras traite de la même thématique que pour son opus précédent, l’excellent « LA MAIN DROITE DU DIABLE » : l’étude du monstre à visage humain.

« MUSIC BOX » est – à égalité avec « Z » – son chef-d’œuvre. Le scénario de Joe Eszterhas est implacable. Il déroule sur deux heures un récit direct, sans digressions ou faux-semblants, qui aboutit à une conclusion digne des plus grandes tragédies.

Installé aux U.S.A. depuis la fin de la WW2, un brave grand-père Hongrois (Armin Mueller-Stahl) est accusé d’avoir été un tortionnaire nazi particulièrement monstrueux. Sa fille avocate (Jessica Lange), persuadée qu’il s’agit d’un malentendu, assure sa défense.

Avec l’ombre de la Shoah qui plane au-dessus de toutes les scènes, « MUSIC BOX » est un suspense psychologique suffocant, dont la chute ne sera pas vraiment surprenante, mais aboutira à des questionnements abyssaux sur la famille, le mensonge, la trahison, le pardon et même sur la nature humaine. « Je ne suis pas cette bête ! » se défend jusqu’au bout l’accusé, confronté à sa propre image et talonné par le passé. Cynisme ? Déni ? Certaines scènes très retorses laissent deviner des traces des gènes paternels dans le comportement de sa pourtant si gentille fille. Leur dernier face-à-face est déchirant, d’une violence inouïe.

Le temps file à toute vitesse pendant la projection, les séquences de tribunal sont magistralement écrites et tournées, la direction d’acteurs est extraordinaire. Jessica Lange n’a peut-être jamais été aussi intense et impliquée. Elle frise le génie dans les scènes à Budapest. Mueller-Stahl est également prodigieux dans un rôle terrible. D’excellents seconds rôles comme Frederic Forrest en procureur, Michael Rooker en frère pas bien finaud, sont eux aussi parfaits.

MUSIC2

JESSICA LANGE, ARMIN MUELLER-STAHL ET FREDERIC FORREST

« MUSIC BOX » est un film dérangeant, indémodable, qui laisse sur un malaise profond, ne serait-ce que concernant les « révélations » sur l’après-WW2 et les relations entre le nazis et la CIA. Mais c’est le personnage de ‘Mischka’, véritable incarnation du Mal absolu qui hante, longtemps après le mot « FIN ».

Ce sera aussi le dernier « grand film » réalisé par Costa-Gavras, qui laissera de toute façon une bien belle filmographie.

Advertisements
 

13 réponses à “« MUSIC BOX » (1989)

  1. Patrick

    23 juillet 2016 at 12 h 13 min

    Un de ses meilleurs films en effet.

     
  2. Seb1878

    23 juillet 2016 at 13 h 07 min

    Grand film et chef d’oeuvre : Il ne s’agit pas de la même chose, non ?

     
    • walkfredjay

      23 juillet 2016 at 13 h 50 min

      Pas tout à fait. Le chef-d’oeuvre de Costa-Gavras (par exemple) signifie que c’est l’oeuvre principale qu’il ait signé. Ce n’est pas pour cela que c’est obligatoirement un « grand film ».
      Ou disons plutôt que « LA SOUPE AUX CHOUX » est le chef-d’oeuvre de Jean Girault, mais ce n’est PAS un grand film ! 😀

       
      • Seb1878

        23 juillet 2016 at 18 h 20 min

        Pas d’accord. Un chef d’oeuvre est forcément supérieur à un grand film. Glenn or Glenda est un grand film mais Plan 9 est le chef d’oeuvre de Ed Wood ! En tous les cas : Je vois les choses comme ça.

         
      • walkfredjay

        23 juillet 2016 at 18 h 22 min

        Un chef-d’oeuvre du cinéma est supérieur à un grand film, oui ! Mais le chef-d’oeuvre d’un auteur ne veut pas dire qu’on a forcément affaire à un grand film. Je vois les choses comme ça. 😉

         
      • Patrick

        23 juillet 2016 at 19 h 47 min

        Girault s’en est bien sorti avec JO.

         
  3. Seb1878

    24 juillet 2016 at 10 h 03 min

    Je vais réfléchir à cela…Mais comment le chef d’oeuvre de son auteur ne peut il pas être plus fort qu’un gd film ? Je vais réfléchir à ton truc…

     
  4. Seb1878

    24 juillet 2016 at 10 h 09 min

    Sinon : J’aimerai ta review de Good Kill !!!

    Je suis désemparé sur ce film…

     
    • walkfredjay

      24 juillet 2016 at 10 h 16 min

      Je n’avais pas spécialement envie de le voir, à vrai dire. Quelqu’un d’autre l’a vu, parmi nos amis ?

       
  5. Kinskiklaus

    24 juillet 2016 at 11 h 19 min

    Chef-d’oeuvre…grand film…Je ressens des maux de tête tout à coup. Au début, j’ai pensé que Fred rencontrait des problèmes de drogue et qu’en lançant ce débat, il souhaitait nous en faire part de manière détournée. Puis finalement, je me dis qu’il n’a pas tout à fait tort. Un exemple m’est venu en tête: Polanski considère « Le pianiste » comme son chef-d’oeuvre. Pour ma part, c’est un grand film mais cinématographiquement parlant, et c’est subjectif, à mon sens, ce n’est pas son chef-d’oeuvre. Et on pourrait faire ce genre de démonstration avec énormément de réalisateurs.

     
  6. Eggshen

    30 août 2016 at 1 h 38 min

    Découverte de ce film suite à votre article, et confirmation de sa grandeur. Félicitations encore renouvelées pour votre blog.

     
    • walkfredjay

      30 août 2016 at 7 h 52 min

      Merci ! J’espère vous en faire découvrir bien d’autres… 🙂

       

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :