RSS

« LA CHARGE DE LA BRIGADE LÉGÈRE » (1936)

13 Août

CHARGETourné dans la foulée de « CAPITAINE BLOOD » par la même équipe, « LA CHARGE DE LA BRIGADE LÉGÈRE », inspiré de faits réels survenus en Inde dans les années 1850, ne retrouve hélas, pas la magie et la fougue de son prédécesseur.

Cela n’en fait pas un mauvais film pour autant. Collé à l’Histoire vraie de cet assaut-suicide légendaire entrelardée d’une sous-intrigue mélodramatique à souhait, c’est un beau morceau de cinéma hollywoodien, parfaitement dirigé par Michael Curtiz qui réalise avec maestria les séquences de foule et de combat. Mais sans trop qu’on puisse expliquer pourquoi, il ne parvient pas vraiment à donner vie à l’ensemble.

Il faut dire qu’Errol Flynn écope d’un personnage sans grand intérêt. Officier compétent et discipliné (du moins jusqu’à la dernière partie), il retrouve Olivia De Havilland, mais celle-ci lui préfère… son jeune frère ! La love story attendue est donc complètement biaisée et Flynn se retrouve avec le rôle ingrat du cocu aveuglé par l’amour dans lequel il ne peut jamais donner la pleine expression de son charisme bondissant. Sa partenaire quant à elle, pleurniche dans toutes les scènes où elle apparaît sans exception ! De bons seconds rôles sont heureusement là pour colorer l’arrière-plan : Nigel Bruce (futur Dr. Watson de Basil Rathbone) excellent en général dominé par sa pipelette de femme, Donald Crisp impeccable comme d’habitude et un jeune David Niven dans un bref passage en officier héroïque. À noter que le fourbe ‘Surat Kahn’ est un hilarant sosie d’Iznogoud, le héros de BD de Goscinny.

ERROL FLYNN

ERROL FLYNN

Le film est violent pour l’époque (un massacre de femmes et d’enfants assez corsé), la charge finale est impressionnante et on voit clairement que bon nombre de chevaux n’ont jamais dû se relever de leurs chutes spectaculaires, mais il demeure empesé et solennel, très bien fait sans jamais susciter l’enthousiasme.

Publicités
 

2 réponses à “« LA CHARGE DE LA BRIGADE LÉGÈRE » (1936)

  1. Miguel

    13 août 2016 at 8 h 55 min

    La charge finale est peut être le seul intérêt de ce film et elle fut certainement difficile à diriger, belle prouesse. Les chevaux ne sont pas les seuls animaux a avoir morflés pendant le tournage, a noter la triste scène où Iznogoud tue un léopard. Devant la caméra, l’animal bien vivant semble avoir été abattu pour de vrai (Flynn lui se contentera d’une version en peluche). Tout comme « La Charge Fantastique » et « Little Big Man », le film de Curtiz aura aussi sa version obscure avec un excellent film du même titre tourné en 1968 avec David Hemmings et dont la mise au point sur cette fameuse charge et l’empire britannique sera beaucoup plus corrosive.

     
  2. Claude

    13 août 2016 at 18 h 48 min

    Version obscure de 1968 tournée par l’excellent Tony Richardson, représentant éminent de la génération des « angry young men  » avec Lindsay Anderson et Karel Reisz, aujourd’hui bien oubliés et qui mériteraient bien une réévaluation (appel non déguisé à notre Blogduwest …)

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :