RSS

« QUO VADIS » (1951)

22 Sep
QUO 17.41.32

PETER USTINOV

« QUO VADIS » a ouvert la voie à tous les péplums bibliques des années 50 et 60, qu’ils soient américains ou italiens (le film fut d’ailleurs tourné à Cinecitta). Par l’extraordinaire richesse de sa production, sa durée hors-norme et la qualité de l’interprétation, il impressionne encore aujourd’hui, même si ce genre de récit emphatique et empesé n’est pas forcément du goût de tout le monde.QUO3

Le scénario couvre l’incendie de Rome, le sacrifice des Chrétiens dans l’arène et le suicide de Néron avec un faste visuel inédit à l’époque et un emploi du Technicolor qui laisse pantois. L’histoire d’amour tourmentée entre une jeune chrétienne fervente (Deborah Kerr au jeu un brin mélodramatique) et un commandant de l’armée impétueux (un lugubre Robert Taylor, qui paraît constamment mal à l’aise) ralentit un peu le récit, mais le film se focalise rapidement sur Néron, empereur débile mental, grotesque et barbare. Du moins est-ce le portrait qu’en propose Peter Ustinov qu’on n’a jamais vu aussi cabotin et, paradoxalement, aussi convaincant. La lippe molle, l’œil fou, il incarne ce monstre comme un gros chérubin stupide mais terrifiant. Ses échanges avec le subtil Leo Genn, qui le manipule avec doigté, sont remarquables.

La dernière partie du film n’est qu’une succession de meurtres, de suicides, de sévices, pour s’achever dans la longue séquence des lions dans l’arène, qui tient encore assez bien la distance grâce à un montage ingénieux qui laisse à deviner sans montrer. Seul le taureau est étonnamment peu crédible, ressemblant davantage à une vachette énervée qu’à un minotaure écumant.

« QUO VADIS » vaut le détour pour ses hallucinantes scènes de foule, pour le superbe morceau de bravoure de l’incendie. On se montrera donc indulgent envers le prêchi-prêcha et une longueur tout de même excessive.

QUO2

ROBERT TAYLOR ET DEBORAH KERR

À noter que Sophia Loren est censée avoir tourné sa première figuration dans « QUO VADIS ». Difficile à repérer ! Même Elizabeth Taylor est créditée d’un ‘caméo’. Son apparition fut apparemment tournée (il existe des photos de tournage) mais coupée au montage. Le cher Bud Spencer apparaît également en garde impérial !

Publicités
 

14 réponses à “« QUO VADIS » (1951)

  1. Marc Provencher

    22 septembre 2016 at 12 h 25 min

    « À noter que Sophia Loren est censée avoir tourné sa première figuration dans « QUO VADIS ». (…) Le cher Bud Spencer apparaît également en garde impérial. »

    Ah, quelle affiche…

    (En lettres gigantesques) Enfin réunis !

    SOPHIA LOREN et BUD SPENCER dans…

     
    • walkfredjay

      22 septembre 2016 at 13 h 04 min

      Tant qu’à faire, et même si son rôle a été coupé au montage, je rajouterais : « AVEC LA PARTICIPATION EXCEPTIONNELLE D’ELIZABETH TAYLOR » !

       
  2. Miguel

    22 septembre 2016 at 14 h 43 min

    Un très beau film. A l’affiche n’oublions pas non plus : Felix Aylmer qui interprète avec beaucoup d’émotion un ancien général romain converti au christianisme et Patricia Laffan remarquable et un brin flippante en reine machiavélique au sourire et au regard aiguisés comme des poignards.

     
  3. Seb

    22 septembre 2016 at 17 h 59 min

    « On se montrera donc indulgent envers le prêchi-prêcha et une longueur tout de même excessive. »

    …ainsi que quelques transparences particulièrement laides (je pense notamment à celle où Robert Taylor chevauche avec un paysage d’arrière-plan très mal intégré). Film grand et fondateur malgré tout, même si mon chouchou dans le corpus des péplums hollywoodiens « vieille école » reste La chute de l’Empire romain du presque toujours génial Anthony Mann… avec Sophia Loren justement !

     
  4. JICOP

    22 septembre 2016 at 20 h 12 min

    Moi j’adore ces vieux peplums en technicolor et cinemascope , lu les personnages clament leurs repliques comme sur une scene de theatre .
    C’est tellement desuet mais ca a un charme fou .
    Et c’est pas la bande-annonce du dernier  » Ben-Hur  » qui va me faire changer d’avis .
     » Quo vadis  » fait partie des reussites du genre malgre un Robert Taylor moins fougueux que ne l’aurait ete Charlton Heston par exemple , contrastant avec Ustinov delirant en empereur fou .
    Comme Seb , particulierement friand de  » La chute de l’empire Romain  » ou de l’enorme  » Barabbas  » .

     
    • walkfredjay

      22 septembre 2016 at 20 h 21 min

      J’ai un faible pour « BARABBAS », surtout pour la composition totalement déjantée de Jack Palance en gladiateur.

       
    • Seb

      22 septembre 2016 at 20 h 54 min

      En effet Jicop, la BA du nouveau Ben-Hur donne envie de finir la tablette de prozacs. Tant qu’à faire, c’est encore plus drôle de revoir Coluche en Ben-Hur Marcel dans Deux heures moins le quart avant Jésus-Christ !

       
  5. Seb1878

    23 septembre 2016 at 11 h 57 min

    Deborah est superbe ds ce film. Le film raconte aussi sont éveil au désir sexuel. C’est une sous intrigue qui apparait lors du défilé ou elle exprime, au passage du grand Robert, une gde exaltation.

     
  6. Kinskiklaus

    23 septembre 2016 at 16 h 54 min

    Alors là, et ce depuis toujours, je suis totalement imperméable au genre péplum. Idem pour les films avec des chevaliers. Aucun n’a trouvé grâce à mes yeux, en fait, ces genres ne me font pas rêver, ni au cinéma, ni en littérature ni en quoi que ce soit. Cherchez pas les gars, il n’est pas né celui qui me fera changer d’avis. Voilà, c’était la critique constructive de Kinskiklaus sur un genre qu’il n’aime pas et pour un film qu’il ne verra jamais !

     
    • Marc Provencher

      23 septembre 2016 at 20 h 11 min

      « Voilà, c’était la critique constructive de Kinskiklaus. »

      Si ça peut te déculpabiliser, KinskiKlaus, j’ai appris voilà des années, sur le site d’historiens Histoforum, que l’expression « critique constructive », si prisée de nos baby-boomers et de vos soixante-huitards, était en fait un mot d’ordre typique du régime totalitaire de Tito, dans les années cinquante. C’est un couple d’érudits ex-Yougoslaves réfugiés en France qui nous racontaient ça, hilares et malicieux, sur le ton: « Eh beh, nous ne savions pas que ça avait remporté un tel succès à l’étranger… » Mais « critique constructive », faisaient-ils observer avec raison, c’est tout bêtement un oxymoron, comme « eau sèche » ou « chaleur glaciale ».

       
    • JICOP

      23 septembre 2016 at 20 h 27 min

      Dommage Kinskiklaus , des vestales en jupette , des empereurs fous mangeant du raisin en rigolant comme des damnes , des centurions valeureux et des figurants par milliers ecrases par des rochers en carton pate , ca a son charme .
      Meme notre David Bowie etait formidable en Ponce Pilate dans  » La derniere tentation du Christ  » , certes peplum metaphysique mais quand meme .
      Quand au Klaus Kinski originel , il aurait fait un Neron ou un Caligula de toute dinguerie 🙂

       
  7. Kinskiklaus

    23 septembre 2016 at 23 h 18 min

    Merci pour l’anecdote Marc, j’ignorais totalement . Très intéressant en tous les cas. Jicop, j’ai bien aimé le film de Scrosese mais effectivement, on s’éloigne quand même du péplum. Mais même si je suis un grand admirateur de David Bowie, j’avoue ne jamais avoir été totalement conquis par son jeu de comédien sur grand écran peut-être que parce-que je suis trop fan justement et que je ne suis jamais parvenu à effacer le fait qu’il s’agisse de Bowie qui défile sur l’écran. Je n’ai pas ce problème par exemple avec d’autres chanteurs/comédiens comme Kris Kristofferson dont j’ignore tout de l’oeuvre musicale.

     
    • JICOP

      24 septembre 2016 at 12 h 37 min

      C’est juste comme remarque . On arrive parfois difficilement a se defaire de l’image du chanteur . Ceci dit j’ai adore Bowie acteur dans  » les predateurs  » et  » Furyo  » .
      C’etait plus nuance pour Iggy ou Lemmy Kilmister 🙂

       

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :