RSS

« CE QUE JE SAIS D’ELLE… D’UN SIMPLE REGARD » (2000)

26 Sep

THINGS« CE QUE JE SAIS D’ELLE… D’UN SIMPLE REGARD » se compose d’une succession de « sketches » sur la vie de plusieurs femmes dans le L.A. du début du millénaire, reliés entre eux par un fil ténu (le personnage central d’une histoire apparaissant brièvement dans la partie d’un autre), comme dans « SHORT CUTS » d’Altman.

Écrit et réalisé par un homme, c’est pourtant un film « de femmes », les « mâles » n’apparaissant que de façon anecdotique et la plupart du temps peu brillante. Ces quelques femmes sont toutes confrontées à la solitude urbaine, à l’âge qui les rattrape, à la maladie, au handicap et à la mort. Pourtant le film n’a rien de sinistre et entraîne dans le sillage de ces personnages en crise, avec une sorte de sérénité, un regard détaché mais bienveillant.

Tout n’est pas du même niveau, bien sûr. La partie consacrée au couple de lesbiennes (Calista Flockhart et Valeria Golino) ne passionne guère et le jeu appuyé de Kathy Baker qui tombe amoureuse de son nouveau voisin nain, paraît parfois irritant. Mais le casting est généralement brillant : Holly Hunter dans un rôle paradoxal de « working girl » confrontée à l’avortement et finalement à elle-même, Glenn Close remarquable en médecin malade de solitude, Amy Brenneman et Cameron Diaz exceptionnelles en sœurs trop dépendantes l’une de l’autre, sans oublier de jolis seconds rôles : Roma Maffia en gynécologue, Penny Allen en SDF intuitive ou Elpidia Carillo sorte de fantôme furtif et tragique.

THINGS2

GLENN CLOSE, CAMERON DIAZ, AMY BRENNEMAN ET HOLLY HUNTER

Malgré une forme qui laisse parfois à désirer (l’emploi systématique de filtres colorant le haut du cadre), « CE QUE JE SAIS D’ELLE… D’UN SIMPLE REGARD » est un beau film pointilliste, adulte et intelligent, qui offre à de belles comédiennes des partitions dignes de leur talent.

Publicités
 
3 Commentaires

Publié par le 26 septembre 2016 dans DRAMES PSYCHOLOGIQUES, LES INCLASSABLES

 

3 réponses à “« CE QUE JE SAIS D’ELLE… D’UN SIMPLE REGARD » (2000)

  1. Seb

    26 septembre 2016 at 10 h 33 min

    Un film qui vaut surtout pour ses actrices au diapason et un dialogue finement ciselé (l’échange entre Glenn Close et Calista Flockhart au début est très fort, notamment) car la mise en scène est effectivement assez plate. Il ne me semble pas avoir vu d’autres films de ce réalisateur qui n’a pas l’air très prolifique…

     
  2. Seb1878

    26 septembre 2016 at 11 h 59 min

    Pour moi : un chef d’œuvre sans aucune faute.

    Et je trouve Kathy Baker (l’actrice la plus sous estimée du cinéma américain ????) formidable.

    http://www.hollywood00.com/article-ce-que-je-sais-d-elle-d-un-simple-regard-115719120.html

     
  3. Nicolas

    26 septembre 2016 at 19 h 33 min

    Merci de cette chronique pour parler d’un film trop méconnu et attachant. Dans la même veine, on peut enchaîner sur NINE LIVES du même réalisateur, neuf portraits de femmes en plans-séquences. Disponible en DVD en import.

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :