RSS

« LES FRAISES SAUVAGES » (1957)

23 Oct
FRAISES2

INGRID THULIN

Basé sur l’interprétation des rêves, sur les souvenirs de jeunesse remontant à la surface, sur le bilan d’une existence sur le point de s’achever, « LES FRAISES SAUVAGES » est le film le plus lisible, le plus immédiatement émouvant et accessible d’Ingmar Bergman, qui parvient à littéralement psychanalyser son personnage principal, le temps d’un trajet en voiture.FRAISES

Alors qu’il va être décoré, le vieux professeur Victor Sjöström décide sur un coup de tête de se rendre sur les lieux en voiture. Sa bru (Ingrid Thulin, qui n’a jamais été aussi bien photographiée) l’accompagne et ils vont faire diverses rencontres pendant le chemin : un trio de jeunes gens rieurs, un couple qui se hait, un pompiste reconnaissant (Max Von Sydow, le temps d’une séquence).

Pendant ce ‘road movie’ nonchalant, entrecoupé de scènes rêvées, de bribes de souvenirs d’enfance, le vieil homme va devoir se confronter à lui-même. À sa froideur, à son égoïsme, au manque d’amour qui ronge ses proches. Se pourrait-il qu’il soit devenu un « mort-vivant » parce que la femme de sa vie (Bibi Andersson) a préféré épouser son frère, cinquante ans plus tôt ? Alors que le professeur approche de la mort, le film semble pourtant relater une renaissance. Le vieillard acariâtre et maniaque présenté au début apprend à s’intéresser aux autres, à s’émouvoir, à se montrer généreux et son dernier plan sera celui d’un visage apaisé et heureux. Mort, peut-être ?

« LES FRAISES SAUVAGES » est une pure merveille d’émotions, teintée de nostalgie et d’humanisme. Le regard de Bergman n’a jamais été aussi bienveillant sur les faiblesses humaines, aussi plein d’espoir. Victor Sjöström, extraordinaire d’expressivité, porte le film sur les épaules laissant évoluer son professeur avec une subtilité inouïe. Son face-à-face final avec son fils, qui a le malheur de trop lui ressembler (Gunnar Björnstrand) est magnifique de pudeur et de non-dits.

FRAISES3

BIBI ANDERSSON, VICTOR SJÖSTRÖM ET MAX VON SYDOW

Un des grands chefs-d’œuvre de son auteur, dont on sentira l’influence dans de nombreux films de Woody Allen comme « UNE AUTRE FEMME » (le thème de la réussite professionnelle confrontée à l’échec personnel) et « CRIMES ET DÉLITS » (la façon de mêler passé et présent), qui comptent d’ailleurs parmi ses meilleurs.

Advertisements
 

5 réponses à “« LES FRAISES SAUVAGES » (1957)

  1. Miguel

    23 octobre 2016 at 20 h 11 min

    Un film plutôt décevant quand on aime se laisser envoûter par le style Bergman. Trop de jalons pour guider le spectateur mais c’était les débuts avant l’exploration des profondeurs où là, seul la particularité de la mise en scène servait à nous guider. Bergman inspiration pour certains réalisateurs? Personnellement, quand je revois Clint Eastwood dans « Josey Wales hors-la-loi » traînant derrière lui sa bande de réfugiés, ça me fait rappeler à chaque fois « le Septième Sceau ».

     
    • walkfredjay

      23 octobre 2016 at 20 h 20 min

      C’est en tout cas, un bon film d’initiation à l’oeuvre de Bergman.

       
      • Miguel

        23 octobre 2016 at 20 h 39 min

        Je ne verrai pas ça comme ça, disons que c’est plutôt : « tout ce que vous pouvez commencer à oublier chez Bergman avant d’aller plus loin dans ses œuvres »

         
      • walkfredjay

        23 octobre 2016 at 20 h 48 min

        Oui. En même temps, le côté accessible du film (tout en demeurant du pur Bergman, il ne faut pas exagérer !) peut inciter à aller vers ses oeuvres plus exigeantes, voire plus hermétiques.

         
  2. Seb

    23 octobre 2016 at 20 h 58 min

    Très belle chronique, vraiment ! Un film d’une richesse inouïe et mon Bergman préféré avec Fanny et Alexandre.

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :