RSS

HAPPY BIRTHDAY, ANNIE !

25 Oct
girardot

ANNIE GIRARDOT (1931-2011), DE VISCONTI À HANEKE, EN PASSANT PAR LELOUCH, UN PARCOURS D’EXCEPTION. LA STAR DES ANNÉES 70.

Advertisements
 
17 Commentaires

Publié par le 25 octobre 2016 dans ANNIVERSAIRES, FILMS FRANÇAIS

 

17 réponses à “HAPPY BIRTHDAY, ANNIE !

  1. JICOP

    25 octobre 2016 at 7 h 40 min

    Immense actrice au registre doux amer copieusement dessiné dans les années 70 mais capable d’incursions dans d’autres registres comme dans l’étonnant  » mari de la femme a barbe  » ou le singulier  » traitement de choc  » .
    Une prestation incroyable en fin de carrière dans  » la pianiste  » d’Haneke .
    Je n’oublierai jamais le documentaire qui lui fut consacrée peu avant sa mort ou le commentaire disait quand elle était atteint d’Alzheimer que désormais Annie Girardot ne se souvenait plus qu’elle était Annie Girardot , une des plus grandes actrices du cinéma Français … émouvante jusqu’au bout !!!

     
  2. Kinskiklaus

    25 octobre 2016 at 8 h 51 min

    Ouaip, Alzheimer, quelle saloperie. Ma grand-mère en est atteinte, faut le vivre au quotidien pour comprendre la perversité de la chose, un enfer à vivre pour la famille. Sinon, Annie Girardot, que dire, peut-être la plus grande actrice française des cinquante dernières années.

     
  3. Corey

    25 octobre 2016 at 18 h 01 min

    immense comédienne. Je revoyais pour le 300e fois La Zizanie il y a quelques jours, pas vraiment son registre, mais ou elle arrivait à être aussi explosive que De Funès, c’est dire.

     
  4. Kinskiklaus

    25 octobre 2016 at 18 h 15 min

    Mince, mauvaise pioche pour moi, je déteste la Zizanie. Ce film me stresse à un point inimaginable. Ça gueule à tout rompre, ça courre à toutes jambes, bref, un calvaire. Le seul De Funès que je n’aime pas.

     
    • walkfredjay

      25 octobre 2016 at 18 h 28 min

      J’avoue que De Funès, que j’ai toujours adoré, a cessé de me faire rire après son retour à l’écran suite à ses problèmes de santé. Ça n’avait vraiment plus rien à voir…

       
      • JICOP

        25 octobre 2016 at 19 h 58 min

        Outre ta remarque Fred , non denuee de fondements ,le probleme principal de  » la zizanie  » reside dans le fait que DeFunes et Girardot sont dans le meme registre hysterique alors qu’auparavant seul DeFunes etait un ouragan face a des partenaires victimes .

         
      • Marc Provencher

        1 novembre 2016 at 18 h 27 min

        Curieusement, j’ai trouvé que la comédie qui marqua le retour de De Funès à l’écran après son inquiétant infarctus, ‘L’AILE OU LA CUISSE’, est probablement la meilleure de sa carrière (même si j’ai un soft spot marqué pour ‘L’HOMME ORCHESTRE’) justement parce qu’il ne peut plus en « mettre » tout à fait autant. J’ai fini par aimer De Funès, et même beaucoup, mais c’est un acquired taste. (Tu auras remarqué que pour plaire aux amis français, je m’efforce de ploguer swiftement plus d’expressions anglaises dans mes messages).

         
      • walkfredjay

        1 novembre 2016 at 18 h 38 min

        Je t’en remercie, Marc. On te comprend mieux comme ça !

        Pour ce qui est du De Funès « fatigué », je l’ai déjà dit, je n’y arrive pas. J’ai la sensation d’un moteur encrassé, d’une formidable machine bloquée à 40% de ses capacités. Mais je suis heureux malgré tout qu’il ait pu faire ce comeback… Il a des instants tout à fait étonnants dans « LA SOUPE AUX CHOUX », où se dessine l’acteur dramatique qu’il a toujours refusé d’être. Mais pour l’apprécier, il faut supporter le film !

         
  5. Miguel

    25 octobre 2016 at 19 h 08 min

    « Vas-y maman » une petite comédie où elle partage l’écran avec Pierre Mondy, les deux font merveille.

     
  6. Miguel

    25 octobre 2016 at 19 h 40 min

    Nicole de Buron a su trouver en elle tout le talent pour interpréter avec humour la femme française perdu dans l’émancipation des années 70. « Va-y Maman » où elle partage l’écran avec Pierre Mondy. « Cours après moi que je t’attrape » avec Jean Pierre Marielle et « Erotissimo » (que je n’ai pas vu) avec Jean Yanne.

     
  7. Corey

    26 octobre 2016 at 19 h 23 min

    De Funes d’après 75, c’est moins bon mais il reste quand même quelques grands moments. Notamment les deux films de Zidi, l’aile ou la cuisse et la ZIzanie, deux films tout aussi visionnaires et en avance sur leur époque. Le point fort de la Zizanie, pour moi, c’est justement cet affrontement entre ces deux grands acteurs, qui fait que, pour une fois, De Funes a une épouse de cinéma à la hauteur de sa folie.

     
    • JICOP

      26 octobre 2016 at 19 h 31 min

      Ca se tient Corey ; mais je préfere quand meme quand De Funes reste seul dictateur irascible à bord , fort avec les faibles mais faible avec les forts .
      C’est la ou il au sommet .
      Sur le coté visionnaire des deux films de Zidi , c’est tout à fait juste .
      Comme quoi les films comiques peuvent raconter l’époque en amusant , comme chez Chaplin ou Tati .

       
  8. Marc Provencher

    26 octobre 2016 at 19 h 43 min

    Ma contribution: une farce belge jamais revue intitulée ‘JAMBON D’ARDENNES’, basée sur la concurrence (féroce!) entre une hôtelière, la française Annie Girardot, et une marchande de frites, la belge Anne Petersen. Très vieux souvenir, j’avais bien rigolé.

     
  9. mjfb

    1 novembre 2016 at 18 h 06 min

    dans Rocco et ses frères elle touche au sublime lors de sa scène finale avec Renato qui deviendra son mari dans la vie. Vu le reportage tv sur sa carrière où elle fut la grande actrice française des années 70, elle accepta par la suite les alea de son parcours professionnel avec beaucoup d’amour pour son métier et sa corporation, un peu à l’image de Romy, on se souvient de Serrault incendiant le public des Césars qui venait de lui remettre le prix du meilleur second rôle féminin, à celle qui fut un temps la championne du box office du cinéma français, courageuse et passionnée jusqu’au bout.

     
    • walkfredjay

      1 novembre 2016 at 18 h 27 min

      Fabuleuse comédienne (le Visconti bien sûr, mais aussi « VIVRE POUR VIVRE » de Lelouch entre autres), qui a sans doute trop tourné, a manqué de discernement dans ses choix et s’est grillé les ailes. Un vrai gâchis ! Sa carrière aurait pu égaler en qualité celle d’une Maggie Smith, d’une Anna Magnani ou d’une Anne Bancroft…

       
  10. Marc Provencher

    1 novembre 2016 at 19 h 30 min

    « …l’acteur dramatique qu’il a toujours refusé d’être… »

    Hélas, jamais nous ne verrons Luis-Jean-Sigismond de Funès de Galarza dans ‘LE RECTANGLE VERT’ !

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :