RSS

Archives Mensuelles: novembre 2016

PAUL GUERS : R.I.P.

guers

PAUL GUERS (1927-2016), ACTEUR DE THÉÂTRE ET JEUNE PREMIER DES ANNÉES 50, IL TOURNA PRÈS DE CENT FILMS ET TÉLÉFILMS.

 
5 Commentaires

Publié par le 30 novembre 2016 dans CARNET NOIR, FILMS FRANÇAIS

 

« GREY GARDENS » (2009)

grey

DREW BARRYMORE ET JESSICA LANGE

En 1975 sortit « GREY GARDENS », un long-métrage documentaire sur la vie de deux femmes, une mère et sa fille, vivant en recluses dans le South Hampton, dans une demeure en ruines. Leur sort attira les médias parce qu’elles étaient parentes de Jackie Onassis.grey2

35 ans après, sous le même titre de « GREY GARDENS », HBO produit un téléfilm sur la vie de ces personnalités excentriques, dignes de « QU’EST-IL ARRIVÉ À BABY JANE ? », incluant comme ossature dramatique, le tournage du documentaire.

Le film est une franche réussite, refusant le voyeurisme pour traiter de cette relation toxique, destructrice, voire cannibale. Jessica Lange est prodigieuse dans le rôle de la mère, « artiste » égocentrique, qui enferme psychologiquement sa fille dans cette maison à l’abandon, pourrissant littéralement sur pied. Face à elle, Drew Barrymore est tout aussi extraordinaire, d’abord en jeune femme libre et pleine de vie, puis en névrosée rendue chauve par le stress de son quotidien. Le scénario refuse le sensationnalisme et les grandes confrontations, mais pénètre subtilement au cœur de cette cohabitation aussi choquante que touchante. On ne pense jamais à ces femmes comme à deux « vieilles folles », sauf peut-être quand les services d’hygiène découvrent l’intérieur de la propriété, véritable décharge insalubre grouillant de vermine.

Les performances hors du commun des deux comédiennes sont grandement aidées par les maquillages vieillissants, parmi les plus convaincants qu’on ait pu voir à l’écran. Parmi les seconds rôles, on retiendra la superbe apparition de Jeanne Tripplehorn dans le rôle de ‘Jackie O.’, tellement incongrue qu’on la croirait fantasmée.

grey3

JEANNE TRIPPLEHORN ET JESSICA LANGE

« GREY GARDENS » est un très beau film sur un amour exclusif et nocif, sur deux existences gaspillées, à voir ne serait-ce que pour Miss Lange et Barrymore absolument époustouflantes.

 

BRITISH WOODY IN BLUE…

woody-br

SORTIE DÉBUT 2017 EN BLU-RAY ET EN ANGLETERRE, DE 7 FILMS DE LA MEILLEURE PÉRIODE DE LA LONGUE CARRIÈRE DE WOODY ALLEN.

 
 

HAPPY BIRTHDAY, TOM !

sizemore

TOM SIZEMORE, SECOND RÔLE DES ANNÉES 90 AU JEU SURVOLTÉ, DONT LA CARRIÈRE S’ENLISE DANS LES DTV TOURNÉS À LA CHAÎNE.

 
3 Commentaires

Publié par le 29 novembre 2016 dans ANNIVERSAIRES

 

« HITCHER » (1986)

hitcherŒuvre-culte instantanée dès sa sortie, « HITCHER » a engendré des sequels, remakes et autres plagiats plus ou moins déguisés. Lui-même n’est autre qu’une variation élaborée sur le thème du « DUEL » de Spielberg, un serial killer prenant la place du poids-lourd.

Pourquoi « HITCHER » continue-t-il à fasciner autant – et peut-être même plus encore – tant d’années après ? D’une linéarité exemplaire, d’un dépouillement sans faille, c’est un curieux mélange de ‘road movie’, de thriller sanglant et de fable freudienne, voire diablement crypto-gay sur la transmission du Mal. Dans le décor immuable du désert westernien, il offre l’image d’une Amérique figée dans le temps, pratiquement dépeuplée et parsemée de stations-services et de « diners » sinistres. Qui est John Ryder (Rutger Hauer) ? Un simple détraqué qui hante les autoroutes pour dépecer ceux qui ont le malheur de le prendre en stop ? Ou alors est-il l’émanation du « dark side » du jeune conducteur joué par C. Thomas Howell, son Mr Hyde, son démon intérieur ? Plusieurs indices nous laissent à penser que les auteurs pencheraient volontiers du côté du fantastique symbolique. Mais ce n’est jamais tranché ou trop explicite. À chacun de lire le film au degré qui lui plaira. Du plus rationnel au plus métaphysique.

Au niveau de l’image, du filmage, « HITCHER » n’a pas pris une ride. Et quel plaisir de revoir de superbes cascades automobiles sans CGI ! La direction d’acteurs est tendue, jamais relâchée : Hauer dans l’autre rôle de sa vie, à égalité avec celui de « BLADE RUNNER », est terrifiant et malsain à souhait en vagabond sadique et increvable. Un « méchant » de tout premier ordre, à filer des cauchemars. Face à lui, Howell n’est pas en reste et compose un personnage évolutif dont la lente décomposition mentale et morale se traduit jusque dans son aspect physique. À leurs côtés, de bons seconds rôles, parmi lesquels Jennifer Jason Leigh en serveuse et agneau du sacrifice. Sa dernière scène est assez traumatisante.

hitcher2

RUTGER HAUER, JENNIFER JASON LEIGH ET C. THOMAS HOWELL

Le format Scope est utilisé à 100% de ses possibilités, pratiquement à chaque plan, les couleurs sont saturées, le montage ne connaît aucun temps mort. « HITCHER » est un film unique, qu’on n’a pas fini de redécouvrir et dont l’influence continue de se faire sentir trois décennies plus tard.

Une prochaine réédition en Blu-ray (pas encore annoncée, hélas) permettra certainement de le réévaluer à la hausse. Un chef-d’œuvre.

 

FRITZ WEAVER : R.I.P.

weaver

FRITZ WEAVER (1926-2016), GRAND SECOND RÔLE TRÈS ACTIF DANS LES SEVENTIES, MÉMORABLE DANS LA MINISÉRIE « HOLOCAUSTE ».

 
2 Commentaires

Publié par le 28 novembre 2016 dans CARNET NOIR

 

HAPPY BIRTHDAY, LUCY !

gutteridge

LUCY GUTTERIDGE, JEUNE PREMIÈRE DES ANNÉES 80 À LA CARRIÈRE DISCRÈTE. MÉMORABLE DANS « TOP SECRET ! » .

 
1 commentaire

Publié par le 28 novembre 2016 dans ANNIVERSAIRES, CINÉMA ANGLAIS