RSS

« LE MÉTÉORE DE LA NUIT » (1953)

15 Nov

meteore2Tourné en pleine paranoïa anti-communiste d’après une histoire du maître Ray Bradbury, « LE MÉTÉORE DE LA NUIT » annonce clairement « L’INVASION DES PROFANATEURS DE SÉPULTURES » sorti deux ans plus tard et contient en embryon la plupart des constituants narratifs de la série TV « LES ENVAHISSEURS ».

Maintenant, cela en fait-il un chef-d’œuvre pour autant ? Hélas, non. Car s’il s’est inscrit dans l’Histoire de la SF comme un classique mineur du genre, il faut aujourd’hui énormément d’indulgence et de « remise dans le contexte de l’époque » pour l’apprécier un tant soit peu. Les moyens sont franchement ridicules : les scènes de désert se passent dans quelques mètres carrés de studio, les plans « subjectifs » de l’alien font sourire. Quant à l’aspect physique de celui-ci, il est le clou du spectacle : un gros poulpe à l’œil unique de cyclope ! Et pour couronner le tout, le casting de série B est composé d’acteurs plus que moyens comme Richard Carlson en savant illuminé qui « sait que le cauchemar a déjà commencé » ou Charles Drake en shérif borné. L’honnête homme peut heureusement se consoler avec la présence toujours ravissante de Barbara Rush dans un rôle idiot de « scream queen ».

« LE MÉTÉORE DE LA NUIT » est donc à réserver à l’amateur complétiste du cinéma fantastique des années 50, d’autant plus qu’il est maintenant visible en Blu-ray dans une copie immaculée. C’est à la fois très bien et… parfois embarrassant, tant la HD fait cruellement ressortir les aspects fauchés de la production.

meteore

BARBARA RUSH

Publicités
 

3 réponses à “« LE MÉTÉORE DE LA NUIT » (1953)

  1. Marc Provencher

    15 novembre 2016 at 17 h 15 min

    «Quant à l’aspect physique de celui-ci [l’extra-terrestre], il est le clou du spectacle : un gros poulpe à l’œil unique de cyclope !»

    (Ton agressif-défensif) Ben oui, on sait que môssieur WalkFredJay sait tout. Il sait même de quoi ont l’air les vrais extra-terrestres ! Mais qui aura l’air c… comme la lune, hein, qui, le jour où « ils » débarqueront – car ils débarqueront, ça c’est certain – et qu’ils auront justement l’air de gros poulpes cyclopes, exactement tels que montrés dans ce film prémonitoire ? Hein, qui ?

     
    • walkfredjay

      15 novembre 2016 at 18 h 11 min

      Je pencherais plutôt pour l’écrevisse hydrocéphale. On verra bien…

       
  2. Miguel

    15 novembre 2016 at 19 h 43 min

    Je me rappelle que le plan subjectif du space poulpe donnait l’impression de regarder à travers un pudding,

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :