RSS

Archives Mensuelles: décembre 2016

HAPPY BIRTHDAY, SUZY !

delair

SUZY DELAIR, LA PÉTULANTE ET DRÔLE ACTRICE ET CHANTEUSE DES ANNÉES 40 QUI VA ALLÈGREMENT SUR SES CENT ANS !

Publicités
 
8 Commentaires

Publié par le 31 décembre 2016 dans ANNIVERSAIRES, FILMS FRANÇAIS

 

« L’ARMÉE DES OMBRES » (1969)

armee2

LINO VENTURA

Adapté de l’œuvre de Joseph Kessel, « L’ARMÉE DES OMBRES » est généralement admis aujourd’hui comme le chef-d’œuvre de Jean-Pierre Melville et comme étant un des films « définitifs » sur l’occupation allemande et la résistance.armee

Thématiquement loin de ses ‘films noirs’ nourris au cinéma U.S., mais stylistiquement assez proche (photo monochrome grise-bleutée, personnages taillés dans la masse, dialogue réduit au strict nécessaire), l’auteur se raccroche plutôt à ses souvenirs personnels de la guerre et signe un film austère, solennel, d’une lenteur délibérée, totalement dépourvu d’humour, et parfois imbu de sa propre importance.

Suivant quelques mois de l’existence d’un réseau entre Marseille, Lyon et Paris, le film est constitué de longs « tableaux » d’inégale durée, dilatant certains moments comme l’exécution d’un mouchard, jusqu’à l’insoutenable et osant des ellipses assez raides. En résulte un rythme étrange, des fluctuations d’intensité, sans que jamais ne se dilue un sens de la tragédie et du sacrifice qui enrobe toute l’action.

Bien sûr, malgré sa maîtrise de l’image, Melville cède à ses péchés mignons (quelques maquettes peu convaincantes et une apparition surréaliste d’un De Gaulle en carton-pâte), mais « L’ARMÉE DES OMBRES » grâce à de magnifiques morceaux de bravoure et une interprétation hors-pair, n’a pris que peu de rides. Un gros effort a été accompli pour rendre Lino Ventura moins imposant physiquement que d’habitude, plus vulnérable. Il est remarquable de bout en bout, capable d’une dévotion enfantine envers son patron (Paul Meurisse) et d’une férocité absolue pour protéger le réseau. À ses côtés, Simone Signoret incarne une magnifique ‘Mathilde’ héroïne aux pieds d’argile, Christian Barbier et Paul Crauchet sont irremplaçables dans leurs meilleurs rôles. Meurisse et Jean-Pierre Cassel sont moins emballants. À noter une brève apparition de Serge Reggiani en barbier taiseux et un bref caméo de Nathalie Delon (« LE SAMOURAÏ ») dans une scène de bar.

armee3

SIMONE SIGNORET, CHRISTIAN BARBIER, LINO VENTURA ET PAUL CRAUCHET

Pour sa vision transcendée mais nullement idéalisée de la résistance et de ses soldats, pour ses personnages condamnés d’avance, pour l’obsédante musique d’Éric Demarsan, « L’ARMÉE DES OMBRES » mérite largement d’être devenu un grand classique du cinéma français.

 

BARBARA TARBUCK : R.I.P.

tarbuck

BARBARA TARBUCK (1942-2016), COMÉDIENNE DE TV, VUE DANS DE NOMBREUSES SÉRIES SOUVENT DANS DES RÔLES TRÈS BREFS.

 
Poster un commentaire

Publié par le 30 décembre 2016 dans CARNET NOIR

 

HAPPY BIRTHDAY, VÉRA !

clouzot

VÉRA CLOUZOT (1913-1960), ACTRICE BRÉSILIENNE QUI TOURNA TROIS FILMS, TOUS SOUS LA DIRECTION DE SON MARI H.-G. CLOUZOT.

 
Poster un commentaire

Publié par le 30 décembre 2016 dans ANNIVERSAIRES, FILMS FRANÇAIS

 

« POURSUITE MORTELLE » (2011)

lonely« POURSUITE MORTELLE » (titre français d’une désolante banalité) est une production britannique tournée dans les highlands écossais, un surprenant mélange de ‘survival’ viscéral et de polar ultra-violent, mêlant des « vrais gens » à des mercenaires et même à la mafia russe.

Le scénario est très bien agencé, même s’il n’évite pas toujours les invraisemblances, et il entraîne dans une longue course-poursuite avec comme enjeu la vie d’une fillette kidnappée retrouvée par hasard par des randonneurs.

Ça n’arrête pas une seconde et ce rythme effréné anesthésie l’esprit critique et donne envie de s’abandonner au spectacle, d’autant plus que la réalisation de l’ex-monteur Julian Gilbey est très « américaine » et d’une belle précision. En tête d’un casting, uniformément excellent, l’énergique Melissa George trouve un rôle physique dans lequel elle insuffle une belle dose d’empathie. Sa relation mère-fille avec la petite otage ajoute un intéressant substrat humain à l’action. Sean Harris est un immonde « méchant » comme lui seul sait les camper, un tueur d’enfants à face de rat. Karel Roden est très bien en entremetteur d’un caïd russe et Eamonn Walker imposant en mercenaire ultra-professionnel.

Haletant et porté par une constante volonté de surprendre avec les grosses ficelles du suspense adroitement détournées, truffé d’images marquantes (le tueur au masque de porc armé d’un fusil à gros calibre, la fusillade pendant le carnaval, des plans d’escalade dignes de « CLIFFHANGER »), « POURSUITE MORTELLE » est un bon film, solide et sans défaut majeur, qui paraît quelques années après sa sortie, grandement sous-estimé. Il est donc chaudement recommandé de le (re)découvrir…

lonely2

MELISSA GEORGE ET SEAN HARRIS

 

DEBBIE REYNOLDS : R.I.P.

reynolds

DEBBIE REYNOLDS (1932-2016), CHANTEUSE, DANSEUSE ET STAR DE L’ÂGE D’OR HOLLYWOODIEN. ELLE CHANTA SOUS LA PLUIE…

 
5 Commentaires

Publié par le 29 décembre 2016 dans CARNET NOIR

 

HAPPY BIRTHDAY, JO !

fleet

JO VAN FLEET (1915-1996), GRANDE ACTRICE DE THÉÂTRE, MÉMORABLE DANS « LE ROI ET 4 REINES » OU « RÈGLEMENT DE COMPTES À OK-CORRAL ».

 
5 Commentaires

Publié par le 29 décembre 2016 dans ANNIVERSAIRES