RSS

« BLACK BOOK » (2006)

22 Déc

black2« BLACK BOOK » marque le grand retour de Paul Verhoeven dans sa Hollande natale, après une longue et très inégale incursion américaine où il a laissé un peu de son âme.

Il la retrouve heureusement intacte dans ce film de guerre aux allures de saga. Dès les premières images, on reconnaît son style frontal, direct, mêlant un réalisme cru voire volontiers choquant à une photo cristalline de superproduction U.S. Le ton est étrange et rapidement séduisant : on n’est pas dans la fantaisie héroïque hollywoodienne, mais pas non plus dans la sombre solennité façon « L’ARMÉE DES OMBRES ». L’héroïne de l’histoire, une jeune Juive qui assiste au massacre de sa famille, entre dans la résistance, tombe amoureuse d’un officier allemand et se voit soupçonnée de trahison, connaît un périple tellement incroyable, qu’on se croirait parfois dans une BD colorée et picaresque. D’ailleurs, la vraisemblance n’a manifestement pas été le souci premier des auteurs, qui foncent droit devant, enchaînent les morceaux de bravoure, les volte-face, les coups de théâtre et font tomber ‘Ellis’ de charybde en scylla, jusqu’à être (littéralement) « dans la merde » jusqu’au cou. Il y a çà et là de très belles trouvailles scénaristiques comme le « trajet » en filigrane de cette tablette de chocolat qui scellera finalement le destin de plusieurs personnages.

Le film est d’autant plus prenant et efficace que c’est Carice van Houten qui en tient la vedette. Alors inconnue, elle crève l’écran avec un mélange de candeur et de détermination, laissant perplexe devant la suite relativement décevante de sa carrière internationale. Ici, elle trouve le rôle de sa vie qu’elle tient avec un extraordinaire aplomb. Elle est très bien entourée par Sebastian Koch en officier humain et Waldemar Kobus qui campe un méchant de première grandeur.

black

CARICE VAN HOUTEN

« BLACK BOOK » est presque plus un film d’aventures qu’un banal film de guerre. On dirait par moments une espèce de conte inventé au fil de la plume, une fable horrible mais narrée avec une sorte de légèreté paradoxale. Probablement le film le plus parfait de Verhoeven avec « STARSHIP TROOPERS » dans un tout autre style.

Advertisements
 

29 réponses à “« BLACK BOOK » (2006)

  1. Kinskiklaus

    22 décembre 2016 at 11 h 29 min

    Nous sommes d’accord, son film le plus parfait (en revanche je n’ai jamais accroché à Starship Troopers!). Et paradoxalement, « son film le plus parfait » est peut-être aussi son moins connu. A voir absolument !

     
    • walkfredjay

      22 décembre 2016 at 11 h 32 min

      Je viens de revoir « STARSHIP TROOPERS » (bientôt chroniqué donc) et il gagne vraiment à être revu. Je crois qu’il faut juste entrer dans le mood très très particulier installé par Verhoeven.

       
      • Kinskiklaus

        22 décembre 2016 at 11 h 49 min

        Il fait partie des rares films dans lesquels j’aurais aimé entrer, mais rien à faire, j’ai eu beau essayer une dizaine de fois, je n’accroche pas. Un jour peut-être…

         
  2. Kinskiklaus

    22 décembre 2016 at 11 h 31 min

    Et au passage, très belle chronique, Fred !

     
  3. Kinskiklaus

    22 décembre 2016 at 12 h 02 min

    Pour l’anecdote, concernant « Starship Troopers », lors de la sortie du film, l’un de mes camarades au lycée était littéralement tombé raide dingue dudit film. De mémoire, il l’avait vu cinq fois au cinoche et vantait les mérites de l’armée. Mieux, il s’était renseigné pour entrer dans l’armée. Un camarade très premier degré…

     
    • walkfredjay

      22 décembre 2016 at 12 h 21 min

      Disons que l’ironie grinçante et iconoclaste du Hollandais lui avaient quelque peu échappé… 😉

       
  4. Marc Provencher

    22 décembre 2016 at 14 h 44 min

    Notons qu’il est fait allusion dans le cours du récit au même incident réel qui a donné naissance à ‘À L’AUBE DU CINQUIÈME JOUR’.

     
  5. Patrick

    22 décembre 2016 at 21 h 12 min

    Un excellent film d’un immense cinéaste pour son passage américains seul Hollow man n’est pas un réussite.

     
  6. Kinskiklaus

    22 décembre 2016 at 22 h 08 min

    « Hollow man », s’il reste une honorable série B demeure un film totalement raté du hollandais. Verhoeven + l’homme invisible, sur le papier ça avait une gueule folle, le résultat à l’écran nettement moins. Je pense qu’il a dû se heurter à une censure féroce de la part des studios.

     
    • walkfredjay

      22 décembre 2016 at 22 h 43 min

      Je n’ai pas souvenir que « SHOWGIRLS » soit une merveille non plus…

       
      • Patrick

        23 décembre 2016 at 17 h 26 min

        Showgirls (je ne l’ai pas revu récemment) mais il faut mieux que sa mauvaise réputation.
        On y retrouve tout à fait le ton cynique et féroce de Verhoeven.

         
  7. Kinskiklaus

    22 décembre 2016 at 22 h 52 min

    « Showgirls » a mis du temps à s’installer mais il est aujourd’hui culte pour certains. Je ne l’ai pas revu depuis très longtemps mais contrairement à « Hollow man » la patte Verhoeven y est indéniable. Dans sa partie américaine, il n’y a que « Robocop » qui trouve grâce à mes yeux. Je le considère encore aujourd’hui comme l’un des plus grands films des années 80.

     
  8. Miguel

    23 décembre 2016 at 10 h 48 min

    Paul Verhoeven est un des réalisateurs les plus innovant en matière de fantastique américain et un des rares à avoir une excellente maîtrise de la violence à l’écran (toute brutale soit elle). Mais dés qu’il se lance dans un autre univers, ça le fait franchement pas…c’est plus du Verhoeven, c’est du cinéma hollandais.

     
    • Patrick

      24 décembre 2016 at 12 h 42 min

      C’est clairement un des mes réalisateurs préférés et je trouve que le cinéma manque surtout de nos jours de cinéaste de sa trempe.

       
  9. Kinskiklaus

    23 décembre 2016 at 11 h 07 min

    « …c’est plus du Verhoeven, c’est du cinéma hollandais. » Du cinéma hollandais comme the black book », j’en redemande !

     
  10. Miguel

    23 décembre 2016 at 13 h 04 min

    Avec « Black Book », Verhoeven c’est lancé dans la Seconde Guerre Mondiale romancée, le genre fake et bourré de clichés, tout ce que je déteste…

     
  11. Kinskiklaus

    23 décembre 2016 at 15 h 08 min

    Le cinéma romance toujours tout fait historique, c’est son rôle. « Fake, bourré de clichés »…ma perspicacité me laisse penser que tu ne portes pas « Black Book » dans ton cœur. Chacun son point de vue, chacun ses goûts…Après, ça m’intéresserait que tu me dises quel est ton film préféré traitant de cette période historique.

     
    • walkfredjay

      23 décembre 2016 at 15 h 24 min

      « Fake et bourré de clichés » ? Je crois que c’est délibéré de la part de Verhoeven, d’où le côté BD dont je parle dans la chronique, une sorte de « LES PÉRILS DE PAULINE » resitué dans l’Europe en guerre. Ce qu’a voulu faire Tarantino avec « INGLORIOUS BASTERDS » en beaucoup plus ostensible et, à mon avis, moins réussi.

       
      • Miguel

        23 décembre 2016 at 20 h 31 min

        Ok vu comme ça, Verhoeven a largement fait mieux que Tarantino…

         
  12. Kinskiklaus

    23 décembre 2016 at 15 h 50 min

    De toute façon, tous les films de Verhoeven me font penser à de la BD, aussi bien de par leur côté graphique que dans le traitement de leur scénario. En ce qui concerne Tarantino, tout est toujours trop ostensible chez lui. Même son melon. Pour revenir au commentaire de Miguel, j’avoue rester moi aussi dubitatif quant à son « fake et bourré de clichés ». Si l’on prend les films de référence de ces vingt dernières années, à savoir « Le pianiste », « Il faut sauver le soldat Ryan » et « La liste de Schindler », on peut tout autant prétendre que tout est « fake et clichés » dans lesdits films. Il en sera de même pour le « Dunkerque » de Nolan. Idem pour « Croix de fer », l’un de mes films fétiches. Du cinéma, rien que du cinéma inspiré par des faits historiques.

     
    • Miguel

      23 décembre 2016 at 20 h 14 min

      Ok, oublie « fake et clichés » c’etait peut être un peu too much pour décrire le film de Verhoeven. Pour en venir à ton point de vue, prenons par ex. « De l’or pour les braves » c’est la guerre genre BD mais, par contre, les personnages et l’ambiance du front est très crédible, on y plonge volontiers, on fini même par y croire à Oddball et sa bande d’allumés avec leur megaphone crachant de la country. « Quand les aigles attaquent », c’est aussi la guerre genre BD, l’intrigue à elle seule c’est du maxi délire (celle de « Black Book » est mieux ficelé) mais, encore une fois, l’ambiance, les personnages rendent le film crédible, on y croit, on est dedans. « Black Book » depuis le début, j’y ai jamais cru.

       
      • Kinskiklaus

        23 décembre 2016 at 22 h 15 min

        J’adore les deux films avec Clint que tu cites, notamment « de l’or pour les braves » mais ils demeurent pour moi plus une récréation, un plaisir coupable plus qu’autre chose. Pour le coup, même si je les adore, rien ne rend ces films crédibles à mes yeux. Les films de Brian G.Hutton sont des films dits commerciaux là où celui de Verhoeven a tout d’un film d’auteur, ce n’est pas du snobisme que de le dire. Bref, tout ceci n’est pas important.

         
  13. Edmond

    23 décembre 2016 at 20 h 29 min

    Tablette de chocolat et van Houten publicité subliminale !

     
    • Kinskiklaus

      23 décembre 2016 at 22 h 21 min

      J’en boirais volontiers plusieurs tasses.

       
  14. Kinskiklaus

    23 décembre 2016 at 22 h 35 min

    Sebastian Koch, en voilà un brillant et discret comédien. Formidable dans le non moins formidable « la vie des autres » ainsi que dans le récent « au nom de ma fille ». Même dans le naufrage « Die hard 5 » il est crédible. Pas encore vu le dernier Spielberg mais je ne doute pas qu’il y est là aussi formidable. Il est avec Sky Dumont (Eyes Wide Shut), Christoph Waltz et Horst Buchholz l’un des quatre acteurs à ma connaissance ayant joué dans « L’inspecteur Derrick » qui ont réussi une percée à Hollywood. « Inspecteur Derrick », grand vivier à talents. (je dois être l’un de seuls sur ce blog à avoir vu tous les épisodes, vous me devez le respect!)

     
    • walkfredjay

      23 décembre 2016 at 22 h 47 min

      Koch était bien aussi dans « SANS IDENTITÉ » en savant geek.
      Quant à « DERRICK », effectivement, respect ! J’ai essayé deux ou trois fois, mais j’ai lâché après quelques minutes. Je revois l’oeil globuleux du vieux Tappert, l’image couleur kaki… 😀

       
  15. Kinskiklaus

    23 décembre 2016 at 22 h 57 min

    Il est de bon ton en France de se moquer de Derrick pourtant cette série était bien plus intéressante que la plupart des séries produites ici et misait davantage sur le côté psychologique de l’intrigue que sur l’action. Quant à Koch, jamais vu « Sans identité » mais je viens de me souvenir qu’il était aussi très bon dans « Amen » de Costa-Gavras. Discret mais déjà une bien belle filmographie.

     
    • walkfredjay

      23 décembre 2016 at 23 h 03 min

      En ce qui me concerne, je ne me moque pas : je me souviens ! Mais je sais que la série a ses fans et je veux bien croire qu’elle présentait plus d’intérêt que nos pauvres et tristes séries françaises policières qui ont enterré le polar en France.

       
  16. Kinskiklaus

    23 décembre 2016 at 23 h 25 min

    « En ce qui me concerne, je ne me moque pas : je me souviens ! » J’adore ton humour, Fred ! C’est vrai que comparé à Navarro ou à Julie Lescaut, Derrick passe pour une série intellectuelle. Pour revenir à « Black Book », je constate qu’il s’agit du seul film dans lequel j’ai vu la jolie Carice Van Houten. Je découvre à l’instant qu’elle a remporté pour son interprétation un « veau d’or », l’équivalent néerlandais des César. Diantre, un « veau d’or » ?

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :