RSS

« THE THING » (1982)

24 Déc

thing2À sa sortie, « THE THING » donna l’impression d’un banal remake opportuniste de « LA CHOSE D’UN AUTRE MONDE » (1951) et fut un gros échec. Puis peu à peu, il devint un film-culte pour happy few, avant de s’installer définitivement comme un vrai classique de la SF contemporaine et une des plus incontestables réussites de John Carpenter.

Le revoir aujourd’hui est un plaisir ineffable, car le film n’a pas pris une ride et fonctionne à plein régime, en tout cas jusqu’à son dernier quart qui s’effiloche un peu au niveau du scénario. Malgré cela, « THE THING » a gardé son aura de cauchemar paranoïaque et évolue lentement en délire de neige, de flammes et de chairs torturées en constante mutation. Carpenter ne lésine pas sur les détails « gore », mais sa mise-en-scène demeure toujours invisible et totalement au service de l’histoire. De fait, on est immergé du début à la fin, sans s’identifier vraiment à ces personnages interchangeables et sans grande personnalité, mais qui semblent parfaitement concrets et réels. Seuls sortent du rang Kurt Russell en pilote d’hélico aux faux-airs de cowboy et Keith David jouant son rival mal embouché. Leur ultime face-à-face dans le campement embrasé est une petite merveille d’ironie et de nihilisme.

On trouve plusieurs séquences qui sont de vraies leçons de réalisation (la façon dont est filmé le chien au début, la longue scène des tests sanguins), une maîtrise naturelle de la trouille et une ingénieuse utilisation du format Scope. On regrettera donc – répétons-le – une longue partie située dans le sous-sol de la base, qui semble piétiner et n’aller nulle part. Mais les F/X de Rob Bottin sont toujours aussi épatants, la conception même de l’alien est une merveille de créativité et la BO d’Ennio Morricone s’intègre à l’univers du réalisateur sans souci. On peut lire « THE THING » comme une parabole désespérée sur la peur de l’Autre ou le voir simplement au premier degré et admirer une fois de plus la maestria de ses concepteurs.

thing

KURT RUSSELL ET A. WILFORD BRIMLEY

Publicités
 

9 réponses à “« THE THING » (1982)

  1. JICOP

    24 décembre 2016 at 8 h 26 min

    Chef d’œuvre intégral , mis en scène avec génie par ce diable de Carpenter .
    Se rapprochant de Lovecraft , big John trouve là le sujet idéal pour se rapprocher au plus près , au propre comme au figuré , du mal absolu .
    Morricone rythme d’un score glacial et inhumain les péripéties des ces hommes voués tot ou tard à la mort .
    Rob Bottin était en pleine folie créatrice , prolongeant concrètement les fantasmes du réalisateur … dire que cet  » artiste  » est devenu agent immobilier à cause de l’avènement des effets spéciaux numériques …
    Meme les séquences finales dans le tunnel sont grandioses , s’inscrivant dans le dantesque total .
    Tous les acteurs sont impliqués , quand on pense que le tournage devant figurer une station Arctique s’est déroulé dans un studio de Californie en plein été par une chaleur étouffante .
    Le casting exclusivement masculin rajoute d’ailleurs à la tension globale en refusant toute intrusion féminine prompte à une potentielle séduction . ( hormis homosexuelle cela va sans dire ).
    C’est un film d’une richesse folle et la fin est une des plus belles et désespérées du cinéma .
    Si je partais sur une ile deserte , et en admettant qu’il y ait un lecteur dvd portable à l’énérgie solaire , il est dans la liste .

     
  2. Miguel

    24 décembre 2016 at 8 h 44 min

    Matter « The Thing » le 24 décembre…heu..bon.. qui coupe la dinde ? 🙂

     
    • walkfredjay

      24 décembre 2016 at 9 h 11 min

      J’imagine déjà la pauvre dinde sortant du four et s’enfuyant avec ses pattes d’araignée ! 😮

       
  3. Kinskiklaus

    24 décembre 2016 at 11 h 14 min

    Premier volet de la trilogie de l’apocalypse de Carpenter, les autres étant « Prince des ténèbres » et « L’antre de la folie ». Point commun entre ces trois films ? Aucune issue, le désespoir le plus cru. Chef-d’oeuvre absolu. Au concert de Big John au Grand Rex le mois dernier, quand ce dernier a joué la partition et que les images du film défilaient sur l’écran derrière lui, je me souviens avoir ressenti comme une sorte de malaise. J’ai beau connaître le film par coeur, à chaque fois, il me terrifie autant. Mention spéciale aux effets spéciaux de Rob Bottin, peut-être les plus beaux qu’il m’ait été donné de voir dans un film. Euh, Jicop le maso, personnellement, ce serait le dernier film que j’emporterais sur une île déserte…Pour ma part, je me contenterai de « Salut l’ami, adieu le trésor » ! Petit aparté, tu habites à Paris Jicop ?

     
    • JICOP

      24 décembre 2016 at 11 h 51 min

      Oui KKlaus . Maso . indéniablement 🙂 Avec Carpenter assurément !! et j’aime tellement le film que j’avais loué pré-adolescent à mon video-club et qui marqua mon existence de cinéphile à jamais .
      Meme ressenti que toi au concert ; l’alchimie entre les premières notes du score de Morricone joué par Carpenter et les extraits du film en arrière plan fonctionnait parfaitement ; glaçant toute une salle de concert … très fort
      Pour répondre à ta question , je vis dans la région Parisienne , pas loin d’un aéroport au nom de chef d’état qu’Edward Fox voulait tuer dans un film de Fred Zinnemann . ( petite énigme très facile à résoudre 😉 )

       
  4. Kinskiklaus

    24 décembre 2016 at 12 h 16 min

    D’accord vieux chacal ! Un de ces quatre, faudrait qu’on aille s’en j’ter un derrière la cravate !

     
    • JICOP

      24 décembre 2016 at 14 h 06 min

      Avec plaisir mon Klaus … avec ou sans moderation 🙂

       
      • Kinskiklaus

        24 décembre 2016 at 14 h 11 min

        Avec moi, toujours sans !

         
  5. Patrick

    24 décembre 2016 at 12 h 50 min

    Excellent film.

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :