RSS

« HANNA K. » (1983)

10 Jan

Tourné après « MISSING », « HANNA K. » ne fait pas partie de la période la plus convaincante de l’œuvre de Costa-Gavras. À cheval entre plusieurs pays, divers langages, il part cette fois en Israël et prend pour héroïne une avocate américaine (Jill Clayburgh) mariée à un Français (Jean Yanne !) et enceinte d’un procureur israélien (Gabriel Byrne) avant de tomber amoureuse d’un Arabe (Mohammad Bakri) qu’elle défend.hanna

Le scénario signé Franco Solinas est languide et tellement allusif et chargé de symboles, qu’on peine à en pénétrer les arcanes. La réalisation suit la même voie et englue au bout de quelques séquences dans une ambiance ouatée, impalpable et se perd en trajets touristiques et en échanges de répliques sans légèreté, sans humour. Bref, on s’ennuie copieusement à la vision de « HANNA K. », malgré un contexte géographique et historique qui aurait pu (dû !) être passionnant et propice au drame politique dont Gavras fut un des grands maîtres.

Le pire est encore Hanna elle-même, avocate pas spécialement douée ou perspicace, véritable cœur d’artichaut partageant le lit d’à peu près tous les hommes qu’elle croise sur sa route. Comédienne généralement pétillante et attachante, Jill Clayburgh se montre ici éteinte et même carrément agaçante. Son couple avec un Jean Yanne en service minimum est hautement improbable et ne prend jamais vie. Alchimie : zéro ! Quant à l’irlandais Byrne, il n’est pas crédible une seconde en israélien.

L’image est douce, sans contraste, le jeu des comédiens constamment en sourdine, à l’image de ce film sans densité ni moelle épinière, dans lequel on s’enfonce progressivement, jusqu’à cette fin bizarre où Hanna invite ses trois « mecs » à déjeuner. L’ironie du dernier plan tombe comme un cheveu sur la soupe. Pas le Costa-Gavras qu’on préfère, donc !

Publicités
 

26 réponses à “« HANNA K. » (1983)

  1. Patrick

    10 janvier 2017 at 11 h 35 min

    Je ne dirais pas que je me suis ennuyé devant mais il est vrai qu’une fois le film terminé on se dit « C’est tout ? ».

     
  2. JICOP

    10 janvier 2017 at 12 h 38 min

    j’attendais beaucoup de la nouvelle collaboration entre Solinas et Costa Gavras après  » Etat de siège  » .
    Au vu du sujet , on pouvait attendre un film puissant et incisif sur un sujet brulant .
    Au lieu de cela , un film sans aspérités , mollement réalisé , mollement interprété et au scénario fade .
    Jill Clayburgh ne retrouve à aucun moment la fièvre de son interprétation dans  » La Luna  » .
    On dirait un de ces films Français estampillés  » rive gauche  » ; didactiques et sans passion .
    Un des mauvais Costa-Gavras ; ça peut arriver …

     
  3. walkfredjay

    10 janvier 2017 at 12 h 43 min

    J’ai toujours évité de voir celui qu’il a tourné avec Hallyday. Ai-je eu tort ?

     
    • JICOP

      10 janvier 2017 at 13 h 10 min

      Ben non ! Pour la réussite d’un projet avec Hallyday ; veillez à ce qu’il ne prononce aucun mot .
      Corbucci l’a compris ; pas Pierre-William Glenn, ni Costa-Gavras et encore moins Godard .

       
  4. Kinskiklaus

    10 janvier 2017 at 13 h 53 min

    Oh, vous êtes durs! Hallyday était pas mal par exemple dans le film de Lelouch « Salaud, on t’aime ». Franchement, le problème n’est pas qu’il soit ou non un bon comédien. Le problème c’est que C’EST Johnny Hallyday, c’est presque impossible d’oublier la légende derrière le rôle. Avec des légendes de ce calibre, la magie fonctionne rarement voire jamais à l’écran. Bien content d’ailleurs que la première mouture de « Fitzcarraldo » soit tombée à l’eau. Mick Jagger dans ce film, c’aurait été impossible pour moi! La seule légende qui pour moi est parvenue à ne pas flinguer un film est Bob Dylan dans « Pat Garrett et Billy le Kid » (Aucun film ne détrônera ce film à mes yeux): rôle presque muet…

     
    • JICOP

      10 janvier 2017 at 14 h 36 min

      Tu as peut etre raison , Klaus .
      Ceci dit ; Dylan dans le Peckinpah , il a pas de longues tirades non plus 😉
      Je verrai le Lelouch pour me rendre compte mais Jaunie n’aidait pas à redorer le  » conseil de famille  » .
      Comme légende , Bowie faisait l’affaire dans beaucoup des films qu’il a tournés .
      Encore un débat interessant .

       
    • walkfredjay

      10 janvier 2017 at 15 h 09 min

      Oui, Johnny… Hilarant dans « LE SPÉCIALISTE » (« Hud n’a pas d’amis ») et utilisé en totem dans l’étrange « VENGEANCE » dans un rôle écrit pour Delon.

       
      • JICOP

        10 janvier 2017 at 15 h 28 min

        Grand regret pour un fan de Delon comme moi qu’il n’ait pas accepté la proposition de To .

         
      • walkfredjay

        10 janvier 2017 at 15 h 36 min

        Oui. Quelle belle sortie ça aurait été pour l’ex-samouraï !

         
    • Patrick

      10 janvier 2017 at 18 h 12 min

      Pat Garrett et Billy le Kid » (Aucun film ne détrônera ce film à mes yeux)

      Si La Horde Sauvage.

       
      • Seb

        10 janvier 2017 at 18 h 47 min

        Quant à moi je trouve Coups de feu dans la Sierra largement supérieur à l’un et l’autre. 😉

         
      • Kinskiklaus

        10 janvier 2017 at 19 h 40 min

        J’ai dit « à mes yeux », Patrick ! « Coups de feu dans la Sierra », j’ai beaucoup d’affection pour ce film mais je me demande ce que signifie le clin d’œil de Seb…

         
      • walkfredjay

        10 janvier 2017 at 19 h 51 min

        Pour moi, c’est compliqué. « COUPS DE FEU DANS LA SIERRA » est le plus abouti, le plus maîtrisé. « LA HORDE SAUVAGE » le plus… sauvage et celui qui a influencé tout un pan de cinéma pendant des décennies. Et « PAT GARRETT… » tout bordélique et à jamais inachevé qu’il soit, le plus émouvant. Difficile à départager, en fait.

         
      • Seb

        10 janvier 2017 at 21 h 42 min

        « […] je me demande ce que signifie le clin d’œil de Seb… »

        Oh, pas grand chose si ce n’est peut-être d’appuyer l’idée qu’il n’y a jamais deux points de vue différents sans trois… en tout cas, loin de moi l’idée de troubler ton sommeil ou ton organisme avec des smileys somme toute très triviaux. 🙂

         
  5. Kinskiklaus

    10 janvier 2017 at 14 h 48 min

    Bowie, difficile pour moi de me prononcer car je suis un vrai fan pur et dur de son oeuvre, incollable sur le sujet (je vous mets au défi!) et pour le coup, même si effectivement il s’en sort bien dans tous ses films, je ne suis jamais parvenu à rentrer dedans. Justement parce-que c’est Bowie et que tout me renvoie à lui. Adolescent, y en a un qui m’a fait bonne impression, c’est Tommy Lee dans un film amateur avec Pamela Anderson. Me souviens plus du titre mais c’était criant de vérité!

     
    • walkfredjay

      10 janvier 2017 at 15 h 10 min

      Kris Kristofferson, égal à lui-même comme chanteur ou comme acteur.

       
      • Kinskiklaus

        10 janvier 2017 at 15 h 59 min

        Complètement d’accord avec toi, Fred, sauf que Kristofferson n’est pas une légende à proprement parlé, tout le monde ne connaît pas son visage ni sa musique. Mick Jagger est une légende, Elvis est une légende, Michael Jackson etc. Des légendes, il en existe peu au final.

         
    • JICOP

      10 janvier 2017 at 15 h 24 min

      Ah oui je l’ai vu ce film ; du cinéma vérité .:)
      Tommy Lee . Meme en concert avec Motley Crue avec sa batterie gyroscopique , je l’ai jamais vu avoir autant la tete à l’envers .
      Faut dire ; la Pamela était plus accrocheuse que dans  » Barb wire  » .

       
      • Kinskiklaus

        10 janvier 2017 at 16 h 01 min

        J’vois qu’on a les mêmes goûts, Jicop !

         
  6. Kinskiklaus

    10 janvier 2017 at 15 h 56 min

    Elle est pas mal la sortie de Delon ! Un téléfilm avec Lorie, c’est la classe absolue!

     
    • JICOP

      10 janvier 2017 at 17 h 34 min

      Putain. Arrête. un téléfilm avec Lorie au lieu d’un polar crépusculaire à Hong Kong avec Johnny To.
      Alain. Qu’est ce qui s’est passé ? Que quelqu’un réponde ici bas !!

       
      • Kinskiklaus

        10 janvier 2017 at 18 h 00 min

        Remarque, je me demande s’il n’est pas préférable de tourner avec Lorie que sous la direction de Ffancis Huster comme Belmondo pour « Un homme et son chien »…

         
  7. Kinskiklaus

    10 janvier 2017 at 16 h 41 min

    Terrible ! Au lieu d’écrire des bêtises, j’aurais mieux fait de me concentrer sur l’article en question. Je me rends compte à l’instant et à l’instant seulement que j’ai regardé ce film de Costa-Gavras il y a une poignée de mois. Tombé dessus un soir à la télévision. Je me souviens m’y être ennuyé mais surtout que tout sonnait faux, aucun ingrédient ne prenait. Vu, sitôt oublié.

     
    • JICOP

      10 janvier 2017 at 17 h 40 min

      Bowie.. 1 an déjà. Putain de faucheuse…

       
      • Kinskiklaus

        10 janvier 2017 at 18 h 02 min

        M’en parle pas, je ne m’en suis toujours pas remis.

         
  8. Marc Provencher

    10 janvier 2017 at 21 h 04 min

    Eh bien, c’est pratique ces blogues où d’autres vont au charbon, au péril de leurs yeux et de leurs oreilles, tandis que je reste paresseusement affalé tel un pacha sur mon tas de coussins, derrière les lignes, en attendant le résultat des courses. (Et en bouffant des grappes de raisins, bien sûr).

    Eh bien le résultat des courses est clair : jamais je ne verrai ce Costa-Gavras, que j’ai bien failli voir plusieurs fois !

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :