RSS

« LE MAÎTRE DU JEU » (2003)

15 Jan

jury2Bien mené par l’efficace Gary Fleder, « LE MAÎTRE DU JEU » est sans aucun doute une des meilleures adaptations d’un roman judiciaire de John Grisham. On ne sent pas passer les deux heures de projection et le mélange pas toujours évident de thriller et de « courtroom drama » se fait sans le moindre heurt, ce qui est déjà à mettre à l’actif du film.

Au-delà de son sympathique discours militant contre l’industrie U.S. des armes à feu, le scénario est en fait une magnifique leçon de manipulation à divers niveaux, où personne n’est ce qu’il paraît être et où les enjeux sont bien plus complexes qu’ils ne semblaient au départ.

C’était encore la bonne époque de John Cusack, excellent dans un personnage opaque et ambigu, dont on ignore les motivations jusqu’à la conclusion. Il forme un séduisant tandem avec Rachel Weisz elle aussi parfaite. Mais il faut bien reconnaître que le film est dominé par la figure tutélaire de Gene Hackman dans son avant-dernier rôle. Homme de l’ombre, il « fabrique » littéralement les verdicts en manœuvrant les jurés jusqu’à les pousser au suicide. Un monstre policé et sans âme, que l’acteur incarne avec une sobriété et une délectation exceptionnelles. Son face-à-face dans les WC du palais de justice, avec Dustin Hoffman est remarquable : l’idéalisme et la foi en la loi confronté au cynisme le plus vil. Chacun joue sa partition et l’échange fait des étincelles.

Autour d’eux, de bons seconds rôles comme Luis Guzmán, Bruce McGill et une courte mais déterminante apparition de Dylan McDermott au début.

jury

DUSTIN HOFFMAN, RACHEL WEISZ, JOHN CUSACK ET GENE HACKMAN

Dans son créneau, « LE MAÎTRE DU JEU » est une franche réussite, rehaussé par de magnifiques extérieurs de New Orleans utilisés sans ostentation. En prime et en dernière minute : une révélation qu’on devine confusément sans la voir vraiment venir. Du très bon cinéma de professionnel, intelligent et techniquement irréprochable.

Advertisements
 

2 réponses à “« LE MAÎTRE DU JEU » (2003)

  1. JICOP

    15 janvier 2017 at 11 h 05 min

    Bon film mais je suis un peu moins emballé que toi .
    Peut etre du au  » film de pretoire  » un peu redondant dans le ciné U.S (  » Objection votre honneur  » , on n’en peut plus ).
    Peut etre du aussi à la mise en scène impersonnelle de Fleder qui avait très bien commencé avec son  » Dernières heures à Denver  » mais qui ne m’a pas convaincu par la suite .
    Mais le casting est bon , avec la toujours divine Rachel Weisz ; ça suffirait presque à notre bonheur 😉

     
  2. Marc Provencher

    16 janvier 2017 at 2 h 38 min

    En somme, c’est un des derniers bons rôles de John Cusack, qui trônait alors – avec juste raison – parmi les premiers rôles « bankables ». Son tandem avec Weisz m’apparaissait presque plausible, malgré le rocambolesque de la prémisse éponyme (réussir à se faire inscrire sur un jury…).

    J’ai beaucoup aimé ce film, d’abord parce que depuis ‘PRESUMED INNOCENT’ (le livre plus que le film) je suis un accro du ‘courtroom drama’ et puis à cause des deux binômes : Cusack / Weisz et Hackman / Hoffman. Quel casting !

    J’ajouterai même qu’avec ce genre de sujet, mieux vaut que le film ne soit pas trop « personnel ». Faut le faire dans le genre cousu-main, et c’en est !

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :