RSS

« JASON BOURNE : L’HÉRITAGE » (2012)

01 Fév

legacyScénariste des trois premiers films de la franchise « Jason Bourne », Tony Gilroy se retrouve donc aux manettes d’un 4ème un peu spécial, puisque privé de son héros ! Un peu comme si le prochain James Bond avait pour protagoniste l’agent 006. Ça n’empêche nullement le film de s’intituler « JASON BOURNE : L’HÉRITAGE » par ailleurs…

Tourné cinq ans après le précédent opus, celui-ci n’est pourtant pas une sequel, mais une « paralellquel ». C’est-à-dire qu’il se déroule PENDANT les événements de 2007. Bourne étant en cavale, la CIA décide par sécurité d’éliminer tous les témoins des plans ‘Treadstone’ et autres, autrement dit les chercheurs, les super-espions, etc. Le scénario est en fait très simple mais narré de façon excessivement embrouillée.

On suit donc un de ces soldats condamnés dans sa fuite, accompagné d’une jolie savante également traquée. Avec un point de départ aussi tiré par les cheveux et franchement sans aucune raison d’être, on s’étonne de la relative réussite du projet. Le film est aussi prenant que ses prédécesseurs, aussi riche en action et en suspense, on retrouve les mêmes passages obligés (combats à mains nues, cavale sur les toits de Manille, poursuite en moto, etc.), et au bout du compte si tout cela laisse fondamentalement indifférent, on ne s’ennuie guère.

Jeremy Renner a la lourde tâche de remplacer Matt Damon. Acteur sympathique mais singulièrement transparent et peu expressif, il s’en sort à peu près, mais ne suscite pas beaucoup d’empathie. Pourtant le thème de son intelligence « boostée » par des produits chimiques et menaçant de régresser est passionnant et aurait pu être plus exploité. Rachel Weisz est ravissante dans un rôle sans intérêt et un peu agaçant (ces hurlements !). Edward Norton, ectoplasmique, succède à Chris Cooper, Joan Allen et David Strathairn pour jouer les têtes-à-claques de la CIA. Ces deux derniers font une brève apparition dans « JASON BOURNE : L’HÉRITAGE », au même titre qu’Albert Finney et Scott Glenn. Le toujours excellent Oscar Isaac aurait mérité un rôle plus développé.

Ce 4ème film est donc une transition en attendant le comeback de Matt Damon qui se fera quatre ans plus tard. Un bon passe-temps donc, mais pas davantage.

legacy2

RACHEL WEISZ, JEREMY RENNER ET OSCAR ISAAC

Publicités
 

19 réponses à “« JASON BOURNE : L’HÉRITAGE » (2012)

  1. Patrick

    1 février 2017 at 12 h 08 min

    Un film moyen qui n’a rien de folichon.

     
  2. Edmond

    1 février 2017 at 12 h 33 min

    Pas été jusqu’au bout !

     
  3. Marc Provencher

    1 février 2017 at 15 h 36 min

    « Rachel Weisz est ravissante dans un rôle sans intérêt et un peu agaçant. »

    Je n’ai jamais vu ce film, mais je constate que WalkFredJay, à force de se taper des suspenses à haute tension, a développé un goût du risque casse-gueule qui risque fort de le mettre dans un terrible pétrin. Car Rachel n’est JAMAIS agaçante. Qu’on se le dise. Mais attendez… La vengeance est douce au cœur de l’Indien… N’y aurait-il pas moyen de dénicher un film où je pourrais dire, sur un petit ton agaçant : « Je trouve Eva Green un peu agaçante » ? Je cours les visionner tous !

     
    • JICOP

      1 février 2017 at 17 h 48 min

      C’est vrai que l’attaque etait quelque peu pernicieuse .
      S’ attaquer ainsi a Rachel..bon , je n’ai rien dit pour ne provoquer de debat terrible apres celui sur Besson mais faudrait voir a ne pas allumer la meche …

       
      • walkfredjay

        1 février 2017 at 17 h 59 min

        Je suis allé un peu loin, j’en conviens. MAIS MENACER DE S’EN PRENDRE À EVA ???

         
  4. walkfredjay

    1 février 2017 at 16 h 01 min

    ATTTTTTENTION, MARC ! Tu t’aventures sur un terrain trrrrrrrès glissant !

     
  5. Kinskiklaus

    1 février 2017 at 19 h 11 min

    J’ai toujours trouvé pour ma part le jeu de Rachel Weisz assez plat, sans envergure. Même son physique me laisse de marbre. Quant à Eva Green, seule sa beauté m’agace !

     
    • Marc Provencher

      1 février 2017 at 19 h 25 min

      Grand fumeur d’herbe zen avec fleurs dans les cheveux et macaron ‘DON’T WORRY BE HAPPY’ à la boutonnière, je refuse de répondre à cette vile provocation. Rachel Weisz dans ‘THE CONSTANT GARDENER’ ou ‘THE RUNAWAY JURY’ est extraordinaire, et voilà tout.

      D’aucuns feront valoir que je viens de répondre à cette vile provocation après avoir annoncé que je ne répondrais pas à cette vile provocation. Eh bien, ça fait une autre vile provocation à laquelle je ne répondrai pas non plus !

       
    • JICOP

      1 février 2017 at 19 h 51 min

      Et voila bien les provocateurs infatigables .
      A peine termine le debat sur Luc Besson , ci-devant nabab rondouillard adepte de clownesques pantomimes , que KinskiKlaus tel un enfant appuyant sur une sonnette avant de s’ enfuir en pouffant balance une de ses grenades dont il a le secret : Rachel Weisz sans charme …jeu plat et sans envergure .
      En d’autres temps , pour l’honneur d’une dame , Marc Provencher et moi-meme vous aurions attendu a l’aube sur terrain neutre avec vos temoins .
      E una vergogna !!!

       
      • Kinskiklaus

        1 février 2017 at 20 h 00 min

        On me glisse dans l’oreillette que Daniel Craig n’est pas content. Mais alors, pas content du tout, les gars !

         
    • Thomas

      1 février 2017 at 21 h 41 min

      on dit « Seule sa beauté m’exite ! » quand on est un gentlemen

       
  6. Kinskiklaus

    1 février 2017 at 19 h 43 min

    …Marc…C’est pas moi…j’te jure, c’est les autres qui m’ont forcé à écrire ça…j’y suis pour rien ! Tabarnak !

     
  7. Thierry

    1 février 2017 at 22 h 45 min

    Je me suis retapé trois fois Agora, c’est dire… Rachel… The Constant Gardener… Ah, Rachel… Je me suis repassé aussi cinq fois Dark Shadows, faut dire. Pendant ce temps, on ne parle pas de Benjamin Renner, que pour ma part j’ai découvert dans l’excellent The Assasination ofJesse James, trouvé excellent d’énergie dans 28 Semaines Plus Tard, ai pensé qu’il sauvait par sa présence le balbutiant The Town d’Affleck. A mon avis un des prometteurs d’Hollywood, certes un rien fourvoyé dans ce Jason Bourne mou du genou. A mon avis, le gars attend son grand rôle. Ah oui, je me suis pas mal regardé My Blueberry Nights, aussi. Rachel, quoi…

     
    • JICOP

      3 février 2017 at 16 h 40 min

      Bienvenue au club des admirateurs de la divine Rachel , Thierry . 🙂
      J’ajouterai  » The fountain  » ,  » I want you  » …

       
  8. Marc Provencher

    3 février 2017 at 15 h 00 min

    « …pas une sequel, mais une « paralellquel ». »

    Je suggère « paraquel », ça a plus de chances de passer dans le langage.

     
    • walkfredjay

      3 février 2017 at 15 h 56 min

      C’est vrai. Mais sache, pour ta gouverne cher Marc, que je n’ai pas inventé ce terme. Il est fréquemment utilisé aux U.S.A.

       
      • Marc Provencher

        3 février 2017 at 17 h 05 min

        Pas grave. I’m gonna explain to these slow-minded, ignorant Americans ouate hit ise to RILLI spique the angliche langouage.

         
  9. Marc Provencher

    31 juillet 2017 at 20 h 26 min

    Bon ! Je viens de le voir, et c’est pour moi une heureuse surprise. Et à mon avis, la meilleure idée du film est justement son casting : Jeremy Reiner – enfin quelqu’un qui n’a pas une tête de robot – m’a changé agréablement de Matt Damon. Quant à Rachel Weisz, ah que dire. La remarque de Fred, aveuglé de toute évidence par son culte (néopaïen?) d’Eva Green, est tout à fait injuste. C’est un beau personnage, au contraire, de scientifique aveuglée par sa soif de recherche et qui saisit trop tard les conséquences.

    C’est plutôt original et astucieux, en fait, d’imaginer cette cavale du type (un peu machine-à-tuer sur les bords, mais brave type au fond) qui a besoin de sa drogue pour rester intelligent (ne pas redevenir crétin ?) et de la belle et émouvante scientifique qui seule, peut lui synthétiser son cocktail. On étire un peu la sauce avec cette poursuite à Manille, par contre Manille voilà un sacré bon décor de film. La façon dont l’agence accède à TOUTES les caméras de surveillance possibles et imaginables pour traquer nos courageux héros fait son petit effet : froid dans le dos !

    Il y a d’excellentes idées de suspense et d’action – ma préférée étant Reiner capturant un loup pour vite lui flanquer son GPS dans la gueule avant que le missile n’arrive.

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :