RSS

« SANS IDENTITÉ » (2011)

05 Fév

unknown2Inspiré d’un roman de Didier Van Cauwelaert, « SANS IDENTITÉ » est un thriller multinational qui se déroule entièrement à Berlin et fait penser à un mélange de « FRANTIC » et de la franchise « JASON BOURNE ».

Le scénario est complexe dans sa progression mais au fond assez simple, les séquences d’action souvent très spectaculaires se succèdent sans faiblir, les extérieurs sont bien exploités dans une photo bleuâtre et le montage est d’une extrême nervosité. Bref, tout pour ne pas décrocher de ce thriller totalement invraisemblable mais très bien fichu, porté par la personnalité et la présence d’un Liam Neeson de 59 ans, en pleine possession de ses moyens. Il est parfaitement casté dans ce rôle d’antihéros amnésique, incertain et tourmenté, dont l’enquête pour prouver qu’il est lui-même va l’amener à des découvertes très perturbantes. Autour de lui, une belle distribution avec January Jones (« MAD MEN ») en blonde hitchcockienne, Diane Kruger physiquement pas très crédible en clandestine bosniaque mais plutôt bien et surtout Bruno Ganz, remarquable en ex-flic de la Stasi rongé par le cancer. Sa scène avec Frank Langella est un des grands moments du film.

La mise-en-scène du jamais décevant Jaume Collet-Serra est 100% efficace, entièrement au service de l’histoire et des acteurs et « SANS IDENTITÉ » se laisse regarder avec intérêt de bout en bout, agrémenté qui plus est d’un sous-texte écolo et un brin utopiste des plus sympathiques. Un bon film d’action donc, moins crétin que les « TAKEN » qui firent la gloire de Neeson, moins creux que les « JASON BOURNE » auquel il fait beaucoup penser par moments, et qui fait passer deux heures intenses et palpitantes. Rien d’un chef-d’œuvre, bien sûr, mais du très beau boulot de professionnel.

unknown

LIAM NEESON, JANUARY JONES, AIDAN QUINN, DIANE KRUGER ET BRUNO GANZ

Publicités
 

19 réponses à “« SANS IDENTITÉ » (2011)

  1. Kinskiklaus

    5 février 2017 at 11 h 44 min

    En découvrant l’article, son acteur principal et la laideur de l’affiche, j’ai d’abord cru qu’il s’agissait d’une énième production Besson. Pas vu mais la critique plutôt enthousiaste ainsi que la présence au générique des délicieuses Diane Kruger et January Jones (que bella donna…) me donnent envie de le découvrir.

     
    • walkfredjay

      5 février 2017 at 11 h 56 min

      Tu as vu juste. En fait, c’est comme un « TAKEN » avec de la cervelle. Et quelques molécules de « BOURNE » pour assaisonner.

       
      • Kinskiklaus

        5 février 2017 at 13 h 23 min

        En fait c’est surtout son casting que je trouve alléchant voire surprenant.

         
    • Corey

      6 février 2017 at 0 h 04 min

      Je ne sais pas d’ou sort cette affiche, mais l’affiche française (identique a l’us) reflète mieux l’ambiance du film, et surfe un peu moins sur le succès récent de Taken.

       
  2. Seb

    5 février 2017 at 12 h 56 min

    Vu à sa sortie et pratiquement aucun souvenir si ce n’est que je l’avais trouvé insipide, tarabiscoté et nettement moins marquant qu’un Taken, justement, ne serait-ce que sur le plan de l’action. Collet-Serra a fait beaucoup mieux, quand même !

     
    • walkfredjay

      5 février 2017 at 14 h 31 min

      Ça, je n’ai jamais dit le contraire ! « ESTHER » demeure sa plus belle réussite.

       
  3. Kinskiklaus

    5 février 2017 at 13 h 27 min

    Je n’ai vu que son premier film, une commande, le remake du film de De Toth, « La maison de Cire ». La présence au générique de Paris Hilton (oui je sais, ça pique !) aurait pu me faire peur mais dans mon souvenir, et je précise que je n’ai jamais vu l’original, j’avais trouvé le film assez réussi.

     
    • Seb

      5 février 2017 at 14 h 18 min

      C’était un petit film d’horreur assez amusant mais sans plus dans mes souvenirs. De ce réalisateur je te recommande vivement Esther, film magistral et surprenant à plus d’un titre !

       
      • Kinskiklaus

        5 février 2017 at 14 h 45 min

        Je connais « Esther » de nom. Je note, merci Seb !

         
      • Kinskiklaus

        5 février 2017 at 14 h 52 min

        Dans le genre « enfant dérangée », j’avais été agréablement surpris il y a quelques années par le très méconnu « Le cas 39 ».

         
      • Seb

        5 février 2017 at 16 h 21 min

        Ne me dit absolument rien ! Je note à mon tour, merci Klaus 😉

         
    • walkfredjay

      5 février 2017 at 14 h 32 min

      Bon souvenir des F/X de la maison en train de fondre.

       
    • walkfredjay

      5 février 2017 at 14 h 32 min

      À part le titre, il n’existe aucun rapport entre le film de 1953 et cette version récente.

       
      • Kinskiklaus

        5 février 2017 at 14 h 44 min

        Déjà y a pas Charley dans le remake donc effectivement, ça n’a aucun rapport ! Yep, moi aussi je me souviens surtout des bons effets spéciaux.

         
  4. Patrick

    5 février 2017 at 16 h 56 min

    Tiens j’aurais cru que vous aviez déjà chroniqué ce film.

     
  5. JICOP

    5 février 2017 at 21 h 20 min

    Bon petit film sous influence Hitchcockienne .
    La premiere partie , paranoiaque , est bien plus originale que la seconde plus basique dans l’enchainement de scènes d’action et de poursuites en tous genres .
    Berlin est une ville photogénique pour ce genre d’histoires et Liam Neeson reste crédible à la différence de Diane Kruger , belle mais un peu transparente .
    Bonne idée de remettre les fantômes de la guerre froide dans le scénario et les salauds de l’histoire ont fière allure .
    Pas du grand art mais ça se laisse voir … l’analogie avec  » Taken  » ne tient que par son acteur principal , c’est un peu trop compliqué pour du Besson ( et bim j’ en remet une couche !!!! 😉

     
    • Kinskiklaus

      5 février 2017 at 23 h 59 min

      N’importe quel film paraît toujours plus compliqué qu’une bobine produite par Besson.
      « Diane Kruger, belle mais un peu transparente ». Ne s’agit-il pas d’un pléonasme ?

       
      • JICOP

        6 février 2017 at 1 h 31 min

        Tout au plus une contradiction  » apparente  » ; mon Klaus ( je te salue au passage !!)
        Le terme transparent s’ appliquait surtout a son jeu .

         
  6. Corey

    5 février 2017 at 23 h 56 min

    Pour moi, dans le top 3 du Neeson contemporain avec Taken (qui n’a rien de crétin…) et Le territoire des loups, et un des meilleurs thrillers modernes toutes catégories confondues. Une ambiance, un scénario fouillé, une mise en scène parfaitement calibrée, même en connaissant la fin de l’histoire je ne me lasse jamais de le revoir.

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :