RSS

« STAR TREK – INTO DARKNESS » (2013)

13 Fév

Pour appeler les choses par leur nom et en s’exprimant en bon français, « STAR TREK – INTO DARKNESS » est la sequel d’un reboot (sic !) et a priori, on le sait par expérience, il y a peu à attendre de ce genre de produit. On aurait plutôt envie de fuir ventre à terre. Vilain préjugé ! Sorti quatre ans après le n°1 de la nouvelle franchise, ce second opus le dépasse à tous points-de-vue et offre un grand spectacle assez sidérant.trek-darkness

Le scénario maîtrise parfaitement le dosage entre l’action pure, le suspense et la comédie distillée par petites touches jamais trop pesantes. Les personnages sont encore mieux campés et surtout, le « méchant » est d’une rare puissance et d’une ambiguïté que seul un acteur de la trempe de Benedict Cumberbatch pouvait apporter. Même si on n’est pas friand de SF au cinéma et de space operas, ce « STAR TREK – INTO DARKNESS » est une fête pour l’œil et pour l’esprit. Les décors – qu’ils soient virtuels ou « en dur » – sont très imaginatifs sans jamais céder à la surenchère et au milieu de toute cette agitation, des batailles galactiques et des bastons dantesques, le scénario reste focalisé sur l’essentiel, c’est-à-dire l’amitié grandissante entre le bondissant et brouillon capitaine Kirk (Chris Pine) et l’impavide Mr Spock (Zachary Quinto), qui culmine avec une scène d’agonie étonnamment émouvante dans un tel contexte. Tous les personnages secondaires ont du grain à moudre, qu’il s’agisse de Simon Pegg ou Karl Urban dont les rôles ont bien évolué. Seule Zoë Saldana fait un peu tapisserie.

On ne sait pas trop par quel miracle (un respect absolu du matériau de départ, peut-être ? Une volonté de ne pas décevoir les fans de la première heure ?) ce film réussit là où tant d’autres ont échoué avant lui. Le « ravalement » est totalement abouti et convaincant, l’histoire tout en restant simple et naïve n’est jamais débile et les protagonistes possèdent une réelle épaisseur et même une capacité d’évolution. On ne peut que dire chapeau bas et attendre le prochain.

À noter que Leonard Nimoy, pour son ultime rôle à l’écran, apparaît vers la fin, vu sur un écran mal réglé dans un dernier dialogue avec son alter-ego jeune. Un adieu bref mais rétrospectivement émouvant…

Advertisements
 

11 réponses à “« STAR TREK – INTO DARKNESS » (2013)

  1. Kinskiklaus

    13 février 2017 at 10 h 33 min

    Opus de nouveau réalisé par J.J Abrams. (je participe comme je peux !)

     
  2. walkfredjay

    13 février 2017 at 10 h 46 min

    Merci ! Ça coulait tellement de source, que j’ai oublié de le mentionner 🙂

     
  3. Marc Provencher

    13 février 2017 at 15 h 00 min

    Encore plus réussi que le précédent. Pour avoir réussi à manœuvrer son vaisseau entre les trekkies maniaques d’une part (qui vont jusqu’à apprendre le klingon plutôt que l’espagnol, le russe ou l’arabe – rigoureusement sic), les pressions de la peinture à numéros et de la surenchère hollywoodiennes d’autre part, la « fatigue » qui accompagne la surabondance de l’offre en matière de SF au cinéma (films de super-héros, etc), l’équipe des deux films au grand complet mérite un trophée, disons une mini-Enterprise en or. (Ou bon, plaqué or, car s’il y a d’autres films de cette série – et j’espère qu’il y en aura – ça risque de revenir cher à la longue). À part l’interprète de Sulu qui ne fait guère japonais, tout est parfait ! C’est un tour de force peu commun.

    Par contre, nous avons perdu l’enseigne Chekhov, ce qui m’attriste d’autant qu’Anton Yelchin était vraiment bien dans ce rôle. Au lieu de le remplacer par un autre acteur, on pourrait plutôt lui imaginer des funérailles au début du troisième film…

     
    • JICOP

      13 février 2017 at 16 h 51 min

      Anton Yelchin malheureusement décédé écrasé par sa propre voiture avait le mérite d’être Russe pour interpréter l’enseigne Chekhov.
      Je n’ai pas vu dans l’analyse du film la présence remarquée en tenue légère de la ravissante Alice Eve titulaire du poste de médecin sur L’Enterprise… Allo maman bobo !!

       
      • Kinskiklaus

        13 février 2017 at 17 h 13 min

        Ah, voilà enfin un bien bel argument qui pourrait me donner envie de découvrir cette saga!

         
  4. walkfredjay

    13 février 2017 at 15 h 04 min

    Du quatrième, tu veux dire…

     
    • Marc Provencher

      13 février 2017 at 18 h 58 min

      Ben oui, ça alors, ça m’est passé sous le nez ! Je copierai cent fois : Marco est un mauvais trekkie, Marco est un mauvais trekkie, Marco est un mauvais trekkie.

       
    • Marc Provencher

      13 février 2017 at 18 h 59 min

      Et c’est avec Idris Elba !

       
  5. Patrick

    13 février 2017 at 16 h 56 min

    Certes il est mieux que le 1er pour autant ça reste pour ma part un film de SF plan-plan qui n’apporte pas grand chose au genre.

     
  6. Miguel

    13 février 2017 at 21 h 24 min

    Cette affiche à la Matrix m’a dissuadé de regarder la suite.

     
    • Kinskiklaus

      13 février 2017 at 21 h 48 min

      Pour quelqu’un comme moi qui ne connait que peu de choses de cette saga, je suis bien de ton avis, Miguel. Dans mon imaginaire, cette affiche ne correspond en rien à l’univers de Star Trek. En plus d’être hideuse, l’affiche ne fait que copier celles des films d’action grand public que les studios nous pondent à longueur d’année.

       

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :