RSS

« L’AFFAIRE CHELSEA DEARDON » (1986)

17 Fév

legal« L’AFFAIRE CHELSEA DEARDON », tourné par Ivan Reitman entre deux « S.O.S. FANTÔMES », fait partie de ces films qui peuvent éventuellement laisser de vagues mais bons souvenirs, mais qu’il est fortement recommandé de ne jamais tenter de revoir.

Mélange fastidieux de comédie romantique « à la Cary Grant/Katharine Hepburn » et de polar judiciaire, le scénario construit autour d’un vol d’œuvres d’art, est bêtement alambiqué et à vrai dire… pas très palpitant. La réalisation a énormément vieilli, qu’il s’agisse de la photo, du montage ou même du mixage, tout semble désuet, dévitalisé. Le syndrome « années 80 » !

Reitman se repose entièrement sur le charisme de ses comédiens. Il a eu en quelque sorte raison, puisqu’ils constituent aujourd’hui l’unique raison d’aller jusqu’au bout de la projection : Robert Redford qui, à 50 ans, joue un procureur sexy, narcissique et (un peu) farfelu qui en a bien quinze de moins. Il s’en tire plutôt bien, ressortant ses vieux maniérismes de « PIEDS NUS DANS LE PARC ». Face à lui, la charmante Debra Winger à l’irrésistible sourire qu’on est toujours heureux de revoir et Daryl Hannah dont l’étrangeté naturelle est bien mise à contribution. De bons seconds rôles comme Brian Dennehy, Terence Stamp, Steven Hill ou Christine Baranski complètent le tableau.

Pas grand-chose à dire en fait, sur ce produit d’une époque qui cherchait manifestement à prolonger le super-vedettariat d’un Redford mûrissant, mais qu’un scénario artificiel et anémique réduit à un pauvre suspense aux séquences d’action plaquées, à des scènes de comédie pas drôles… À voir éventuellement pour deux ou trois face-à-face entre Winger et Redford, où passe fugitivement une alchimie trop peu exploitée.

legal2

DEBRA WINGER, ROBERT REDFORD, STEVEN HILL ET DARYL HANNAH

Advertisements
 

6 réponses à “« L’AFFAIRE CHELSEA DEARDON » (1986)

  1. Kinskiklaus

    17 février 2017 at 10 h 01 min

    « La réalisation a énormément vieilli, qu’il s’agisse de la photo, du montage ou même du mixage, tout semble désuet, dévitalisé. Le syndrome « années 80 » ! » Sans oublier le sourire ultrabrite de Redford…

     
    • walkfredjay

      17 février 2017 at 10 h 20 min

      Forcément décalé puisqu’il jouait le rôle d’un homme de 35 ans.

       
  2. Kinskiklaus

    17 février 2017 at 10 h 03 min

    Puisque tu les évoques, je me rends compte que tu n’as jamais chroniqué les « SOS Fantômes ». Tu n’aimes pas ?

     
    • walkfredjay

      17 février 2017 at 10 h 19 min

      Si, j’avais bien aimé le premier à l’époque. Mais je n’ai jamais eu envie ou même l’idée de le revoir. Un peu comme les « RETOUR VERS LE FUTUR », d’ailleurs. Bizarre…

       
  3. JICOP

    17 février 2017 at 10 h 47 min

    Pas revu depuis des lustres .
    Malgre Redford que j’adore et Debra Winger qu’on a toujours plaisir a revoir et qui manque , pas grand chose a se mettre sous la dent .
    Realisation molle , enjeux dramatiques reduits .
    Seuls les acteurs semblent avoir plaisir a jouer .
    Etonnant que Redford si implique politiquement n’ait pas mis la barre plus haute dans certains de ses choix cinematographiques a l’epoque .
    De toute facon les eighties n’ont pas ete pour lui une decennie interessante .

     
  4. Patrick

    17 février 2017 at 14 h 06 min

    Film qui ne me laisse pas un grand souvenir.

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :