RSS

« STAR TREK, LE FILM » (1979)

21 Fév

startrek2Exactement dix ans après l’arrêt de la courte série TV « STAR TREK » (trois saisons), son producteur Gene Roddenberry souhaitant vraisemblablement surfer sur le triomphe de « LA GUERRE DES ÉTOILES », lançait avec « STAR TREK, LE FILM » le début d’une franchise de longs-métrages qui dure encore aujourd’hui.

Les rênes sont confiés au vétéran Robert Wise qui opte pour un scénario de SF ouvertement métaphysique (une machine à la recherche de son créateur, pour faire court) et qui prend le contrepied du rythme effréné des films de George Lucas, pour revenir à quelque chose de plus contemplatif et adulte, lorgnant plutôt sur « 2001 – L’ODYSSÉE DE L’ESPACE ». Pourquoi pas ? Le seul problème est qu’il pousse le concept un peu trop loin et que revoir le film aujourd’hui tient de l’épreuve d’endurance. D’interminables minutes sont consacrées au déplacement de maquettes dans l’espace intersidéral, ce qui donne des images parfois très belles, mais qui ont un effet soporifique extrêmement puissant. Les comédiens, tous des vétérans de la série d’origine, n’ont pratiquement rien à faire, à part rester assis et prendre des airs éberlués ou effrayés (à ce petit jeu, George Takei en fait des tonnes !). Wise tourne donc le dos au kistch sympathique des sixties et choisit le solennel à tout crin. C’est un choix respectable et une volonté de transcender le matériau. Mais c’est hélas, au détriment du spectacle et du plaisir simple de l’aventure.

Les acteurs, mûris et les traits marqués, retrouvent leurs personnages comme on entre dans de vieilles pantoufles et c’est l’aspect touchant du film. Leonard Nimoy est particulièrement à l’aise dans l’impassibilité et le jeu de sourcil. Parmi les autres comédiens, Persis Khambatta, le crâne rasé et portant une mini-tunique, est très jolie à contempler en « sonde » humanisée envoyée par « V’ger », l’Ennemi invisible. La révélation de l’identité de celui-ci est d’ailleurs une excellente idée qui réveille un peu sur la fin.

startrek

PERSIS KHAMBATTA, LEONARD NIMOY, WILLIAM SHATNER ET DeFOREST KELLEY

Ce premier « STAR TREK » cinéma est donc à ne pas mettre entre toutes les mains et aurait sans doute gagné à se prendre moins au sérieux. Les F/X, s’ils ont énormément vieilli et c’est normal, lui donnent tout de même un certain charme rétro.

Publicités
 

37 réponses à “« STAR TREK, LE FILM » (1979)

  1. Kinskiklaus

    21 février 2017 at 9 h 02 min

    Hep, M’sieur, ai-je les idées mal placées ou bien la troisième et dernière image bizarrement coupée illustrant l’article nous donne-t-elle à apercevoir le zizi de Mr Spock ? Hein dites, M’sieur, j’voudrais savoir ! En tous les cas, superbe affiche semblant surfer sur l’ère disco de l’année 79. A l’extrême rigueur, je pourrais me laisser tenter un jour par ce film.

     
    • JICOP

      21 février 2017 at 10 h 16 min

      Les Vulcains sont depourvus d’organes genitaux …a cet endroit .
      Mais ils possedent des oreilles tres pointues …;)

       
      • Kinskiklaus

        21 février 2017 at 11 h 16 min

        Ah d’accord Jicop, je comprends mieux… Donc sur cette photo, Spock a l’air très très content! En fait, il s’agit d’un film crypto-gay.

         
      • walkfredjay

        21 février 2017 at 11 h 27 min

        La relation entre Kirk et Spock est très largement teintée de crypto-gay au fil des longs-métrages ! 😉

         
  2. walkfredjay

    21 février 2017 at 9 h 17 min

    Hmmm… C’est juste sans main. Juste sa main… 🙂

     
  3. JICOP

    21 février 2017 at 10 h 14 min

    Moi j’aime bien ce premier volet majestueux comme j’ai pu souvent le dire .
    Wise a fait un excellent travail , les sequences de voyages intersideraux sont sublimes , portees par le score de Jerry Goldsmith .
    Et la revelation finale est bien amenee et meme poetique .
    C’est certes un peu eloigne de l’imagerie pulp de la serie mais cet aspect  » s.f adulte  » est foncierement un plus a une epoque qui enfantait des clones de  » Star wars  » a la pelle .
    Pour finir , meme si les effets speciaux sont d’epoque ils ne sont en aucun cas ringards.
    On peut meme les preferer comme votre serviteur a de bien ternes et artificiels CGI .

     
    • Miguel

      21 février 2017 at 10 h 33 min

      C’est vrai, ce Star Trek là, n’en a hélas que la façade mais ça reste un bon divertissement malgré tout. L’histoire est inspirée d’un épisode de la série. L’équipe de Kirk est visiblement un peu rouillés. Les costumes sont nuls, les décors sont pourris. Mais les trucages dans l’espace sont chouettes et la musique de Jerry Goldsmith est spatiale.

       
      • walkfredjay

        21 février 2017 at 10 h 48 min

        C’est tout de même très TRÈS lent !

         
      • Miguel

        21 février 2017 at 13 h 02 min

        Lent, soporifique mais utile quand on arrive pas à trouver le sommeil.

         
  4. Kinskiklaus

    21 février 2017 at 11 h 28 min

    « Parmi les autres comédiens, Persis Khambatta, le crâne rasé et portant une mini-tunique, est très jolie à contempler en « sonde » humanisée envoyée par « V’ger », l’Ennemi invisible. » Je me sens, seul, bon sang que j’me sens seul…J’comprend rien à ce qu’ils racontent !

     
    • JICOP

      21 février 2017 at 12 h 09 min

      Enfin quoi bon sang , on suit au fond de la salle , c’est pourtant pas sorcier .
      Une bipede humanoide pourvue de deux branches bio-ioniques galbees surmontees d’une mini-jupe seventies a destructuration incorporee , elle-meme couplee a un reacteur trans-scissionnaire gere a distance .
      Suis un peu Klaus , tu retardes tout le monde la 😉

       
  5. walkfredjay

    21 février 2017 at 11 h 33 min

    C’est quand même connu que V’ger envoie des sondes humanisées sous forme de pin-ups hindoues chauves, enfin !

     
  6. Kinskiklaus

    21 février 2017 at 12 h 41 min

    « Une bipede humanoide pourvue de deux branches bio-ioniques galbees surmontees d’une mini-jupe seventies a destructuration incorporee , elle-meme couplee a un reacteur trans-scissionnaire gere a distance . » Merci Jicop, j’y vois plus clair tout à coup, tu te révèles bien plus pédagogue que Fred sur ce coup-là, il devrait en prendre de la graine!

     
  7. Kinskiklaus

    21 février 2017 at 12 h 43 min

    « …une mini-jupe seventies a destructuration incorporee , elle-meme couplee a un reacteur trans-scissionnaire gere a distance . » Bon sans mais c’est bien sûr: la jupe créée par Paco Rabanne, pilotée depuis la station MIR !!! Comment n’y ai-je pas pensé plus tôt !

     
    • JICOP

      21 février 2017 at 13 h 44 min

      Ahhh . Tu vois quand tu veux 😉

       
      • Kinskiklaus

        21 février 2017 at 14 h 53 min

        On rigole, on rigole mais en me documentant sommairement sur cette comédienne, Persis Khambetta, Miss Inde 1965, j’apprends que la pauvre est morte bien jeune…

         
  8. Kinskiklaus

    21 février 2017 at 15 h 11 min

    Je savais que William Shatner avait sorti plusieurs albums, mais alors, le dernier en date paru en 2011, mazette… Sorte de concept-album dans lequel il reprend essentiellement des standards souvent rock ayant un rapport avec l’Espace. Entouré d’une pléthore de musiciens, pour la plupart des légendes du rock, Shatner utilise le talk over davantage que le chant et je dois dire que ça fonctionne plutôt pas mal pour certains standards. Le « Space Oddity » de mon Dieu Bowie se révèle loin d’être médiocre mais ce n’est rien à côté de sa cover du « Bohemian Rhapsody » de Queen. Soyez curieux, vous ne le regretterez pas! (facilement trouvable sur You Teub).

     
    • JICOP

      21 février 2017 at 17 h 03 min

      J’y cours mon Klaus .
      Merci du tuyau .
      J’avais deja entendu parler des aventures vocales du Shat . sans m’aventurer sur ce trek .

       
    • lemmy

      1 mars 2017 at 11 h 58 min

      Shatner a sorti 4 albums ! Je conseille fortement son album « Has been » de 2004 qui est surprenant car vraiment très bon. Il n’y a qu’une reprise, « Common people » de Pulp, avec Joe Jackson qui est formidable. Le titre « Has been » est savoureux. A noter un titre avec le punk Henri Rollins et le chanteur-guitariste de Zappa, Bowie et King Crimson, Adrian Belew. Les textes de Shatner sont superbes, les arrangements musicaux très réussis.

       
      • Kinskiklaus

        1 mars 2017 at 12 h 13 min

        J’adore Adrian Belew !!! Merci pour l’info lemmy ! (au passage, merci infiniment pour la carte!!! Je t’écrirai très bientôt en MP).

         
      • JICOP

        1 mars 2017 at 12 h 13 min

        Shatner avec Henry Rollins et Adrian Belew …ah oui quand meme !! 🙂
        Et une reprise de Pulp en plus .
        Le Shat a des gouts musicaux tres surs .
        Il me parait indispensable d’ecouter cet album et de l’ajouter dans ma track-list de ces derniers temps , entre Queensryche , maitre Gims , King Diamond et toujours le dernier Bowie …oh ne quitte pas on me dit qu’un intrus s’ est glisse dans la liste 😉

         
      • lemmy

        1 mars 2017 at 15 h 22 min

        J’imagine que ce sont les producteurs des disques qui font plus étalage de leurs goûts musicaux.

        Les 3ème et 4ème disque de Shatner sont moins bons : ils sont sortis chez Cleopatra records, notamment spécialistes des disques tribute avec de vieilles stars du rock. Il n’en reste pas moins que Ritchie Blackmore a exprimé sa joie de collaborer avec Shatner sur la reprise de « Space oddity »…

        Le 3ème disque est du style prog-rock, centré sur des reprises de titres autour du voyage dans l’espace, on y trouve Ian Paice, Johnny Winter, Steve Hillage, Peter Frampton, Carmine Appice, Michael Schenker, Zakk Wilde et Mike Inez, Shery Crow sans compter des gloires du rock progressif comme Patrick Moraz, Steve Howe et l’immense John Wetton. Reprises talk-over surprenantes de Hawkwind, Queen, Bowie, Deep Purple et Black Sabbath (avec Zakk Wilde).

        Le 4ème disque, plus chiant car composé et réalisé par Billy Sherwood, comporte tout de même Mick Jones, Steve Vai, Nik Turner (Hawkwind), Robby Krieger, George Duke et le grand Rick Wakeman.

        Le statut culte de Shatner semble attirer ces mercenaires de la musique.

        Le premier disque de Shatner, de 1968, est culte en liant des narrations de grands textes à un titre : purée lier ‘Cyrano’ et ‘Mr Tambourine man’… ‘Spleen’ et ‘Lucy in the sky with diamonds’ (sa version a été rebaptisée LSD, non sans raison) dont on dit qu’elle est probablement la plus mauvaise reprise des Beatles jamais faite. Shatner et Mc Cartney ont joué live cette version il y a 3 ou 4 ans à la joie hilare de Mc Cartney.

        Même moi, je n’ai pas osé chercher les albums live de ce bon William… Il a également interpréter des titres (dont du rap) à droite et à gauche sur des films ou des télés, dont un taré « Rocket man » d’Elton John dont je recommande la vidéo hallucinée.

         
  9. Marc Provencher

    21 février 2017 at 16 h 29 min

    Bon, c’est vrai que c’est peut-être un peu longuet. Mais pour ce ‘reboot’ cinématographique, je pense qu’il fallait d’abord en passer par là… avant que ne se déchaîne ‘LA COLÈRE DE KHAN’ !

     
    • Kinskiklaus

      1 mars 2017 at 16 h 10 min

      Je vous présente lemmy, l’attaché de presse de Shatner ! Pour ma part, il m’est arrivé d’entendre certaines de ses chansons dans « les nocturnes » de Georges Lang sur RTL.

       
      • JICOP

        1 mars 2017 at 16 h 21 min

        Et quel attache de presse .
        Que des pointures au service de James T.Kirk .
        J’imagine le Shat en train de hurler « Space truckin ‘  » de Deep purple sur la passerelle de l’Enterprise …bon sang ca aurait de la gueule .

         
  10. walkfredjay

    21 février 2017 at 16 h 35 min

    Demain… 😉

     
    • Kinskiklaus

      21 février 2017 at 17 h 36 min

      « Demain… » « La colère de KHAN ». Qu’est-ce que c’est encore que ce bidule de Khan ? Un métisse juif mongol ? Oh non ! Punaise ! Treize films, une série d’animation plus des centaines et des centaines d’épisodes… Je vous demande de me pardonner mes péchés. Je mérite la torture mais là, tout de même, vous m’infligez le châtiment ultime ! Prochaine étape, l’intégrale Jacques Doillon, c’est ça hein, bande de sadiques !

       
  11. walkfredjay

    21 février 2017 at 18 h 16 min

    Oui, mais d’abord les oeuvres complètes de Marguerite Duras.

     
  12. Patrick

    21 février 2017 at 18 h 23 min

    Un beau film de SF mais un peu longuet en effet sinon les FX ont plutôt bien vieilli je trouve.

     
  13. Thomas

    21 février 2017 at 18 h 24 min

    Donc cette série de post sur Star Trek n’a pour but que de vous permettre d’étaler votre mépris pour les films de S.F et des Space-Opéras !!! A quoi bon ?
    Vous êtes bien plus passionnant quand vous parlez de films et de genre qui vous intéresse vraiment et que vous faites découvrir des pépites méconnues .

     
    • walkfredjay

      21 février 2017 at 18 h 41 min

      On se calme ! Je n’ai de mépris pour aucun film et en tout cas pas pour les « STAR TREK » que j’ai découvert récemment et bien aimés dans l’ensemble, qu’il s’agisse des anciens ou des plus récents.
      Qu’elle ne soit pas « passionnante », c’est bien possible, mais je ne vois vraiment pas en quoi cette première chronique « étale du mépris » !

       
    • Kinskiklaus

      21 février 2017 at 18 h 57 min

      Personne n’étale son mépris, Thomas! Chacun donne son avis. Quant à moi, je fais le guignol pour distraire un peu tout le monde et parce que j’aime ça, d’autant plus que je n’ai aucun mépris pour « Star Trek » dans la mesure où je n’en ai jamais vu ni un film ni même un seul épisode. On parle de cinéma là, pas de quoi s’énerver. Parfois je ne suis absolument pas d’accord avec certaines chroniques de Fred, alors je pète un coup et ça va tout de suite mieux !

       
      • walkfredjay

        21 février 2017 at 19 h 00 min

        J’ai toujours dit qu’une chronique ne se veut pas parole d’évangile ou sentence péremptoire sur une oeuvre. C’est un avis, un ressenti personnel Et si ça provoque des discussions, tant mieux. Mais Kinskiklaus a raison : pas de quoi s’énerver ! Argumentons, plaisantons, et voyons des films…

        (toutefois, si tu es si chatouilleux concernant cette série de films, je te conseille de déserter « BDW2 » pendant quelques jours…)

         
    • JICOP

      21 février 2017 at 19 h 18 min

      Ah ben non Thomas moi j’aime bien . Et on a meme un Quebecois qui est un authentique Trekkie avec l’accent et tout alors .
      Moi je dis longue vie et prosperite 😉

       
  14. Kinskiklaus

    21 février 2017 at 19 h 36 min

    Farpaitement! Comme le dit si bien Jicop: longue vue et promiscuité ! Comment ça, c’est pas ça? Mais puisque j’vous dis qu’j’y comprends rien !

     
  15. Kinskiklaus

    21 février 2017 at 19 h 54 min

    Leonard Nimoy maîtrisait bien l’humour !

     
  16. Kinskiklaus

    21 février 2017 at 19 h 56 min

    Encore mieux !

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :