RSS

« WHERE NO MAN HAS GONE BEFORE » : film-pilote de « Star Trek »

28 Fév
star-trek-pilote2

SALLY KELLERMAN ET GARY LOCKWOOD

« WHERE NO MAN HAS GONE BEFORE » est l’épisode-pilote de la série « STAR TREK », réalisé par James Goldstone.

Bavard et visiblement sous-budgété, il n’en demeure pas moins intéressant pour découvrir d’où la série est partie pour arriver à maturité quelques mois plus tard. Dans cette histoire assez statique, l’Enterprise traverse un champ magnétique, connaît des dommages et deux de ses membres d’équipage, Gary Lockwood vieil ami du capitaine Kirk et Sally Kellerman, une scientifique, semblent « possédés » par une force mystérieuse. Cela se traduit par des yeux aux iris argentés, une capacité à développer ses sens à une vitesse inquiétante et surtout à un désir irrépressible de devenir… un dieu. Et de massacrer tout l’équipage, cela va sans dire !

Tout le monde philosophe beaucoup, s’envoie des rayons d’énergie à la figure et finit par se boxer rageusement dans la rocaille d’une planète abandonnée. C’est sympathique et longuet, on peut s’amuser à découvrir les premières tenues de nos héros : des pulls à col roulé couleur caca-d’oie, à constater que le maquillage de Mr Spock n’était pas encore tout à fait au point et à déplorer l’absence de ‘Doc’ McCoy, remplacé ici par un vieux toubib campé par le shérif de « L’HOMME À LA CARABINE » : Paul Fix. James Doohan et George Takei, déjà présents, ne font que passer dans des silhouettes à peine esquissées.

startrek-pilote

LEONARD NIMOY ET WILLIAM SHATNER

Malgré tout, les bases sont bel et bien là, et après un dépoussiérage et quelques tours de vis, « STAR TREK » était prête à décoller pour 79 épisodes étalés sur trois ans.

Advertisements
 

2 réponses à “« WHERE NO MAN HAS GONE BEFORE » : film-pilote de « Star Trek »

  1. Miguel

    28 février 2017 at 11 h 04 min

    Malgré son coté encore bricolé et mal fagoté, c’est l’épisode qui m’a fait aimer la série. J’y ai perçus une ambiance pulp inspiré des couvertures d’Astounding Story. William Shatner met le paquet dans son rôle de Kirk, Leonard Nimoy interprète un Spock encore un peu agité mais ça va pas durer et avec juste une paires de lentilles en alu, Gary Lockwood et Sally Kellerman forme un couple de d’aliens des plus inquiétants.

     
  2. Marc Provencher

    28 février 2017 at 21 h 14 min

    Ça fait tout drôle de revoir Sally Kellerman aussi jeune. Beau grand brin de fille !

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :