RSS

« LA FILLE DU TRAIN » (2016)

06 Mar

Inspiré d’un best-seller de Paula Hawkins, « LA FILLE DU TRAIN » est un thriller psychologico-féministe qui parvient à accrocher l’intérêt malgré un postulat de départ nécessitant de la part du spectateur une importante, une considérable même « suspension d’incrédulité ».girl

Une jeune femme alcoolique (Emily Blunt) passe ses journées à faire des allers-retours dans un train et espionne par la vitre la rue où elle vivait jadis et la maison de son ex-mari (Justin Theroux), jusqu’à être mêlée à un meurtre. Cette entrée en matière renvoie évidemment aux fantasmes voyeuristes d’un Hitchcock voire d’un DePalma, mais ici rien ne semble plausible ou même vraisemblable : l’amnésie partielle de l’héroïne, bien commode pour justifier le scénario, son œil de lynx pour tout voir à une telle distance (et en mouvement), la mise en place des situations dramatiques, les coïncidences à répétition… En fait, le film ne fonctionne – et dans l’ensemble, il fonctionne étonnamment bien – que si on entre dans la tête de ‘Rachel’ et qu’on se dit qu’une bonne partie de l’histoire est ressentie au milieu des vapeurs d’alcool.

Dans un cast relativement faible (Haley Bennett, Rebecca Ferguson) ou mal utilisé (Allison Janney en flic pas bien futée ou Lisa Kudrow dans une silhouette), Theroux s’en sort bien en « pervers narcissique ». Mais c’est Emily Blunt, comédienne généralement gentillette, qui crève l’écran dans ce personnage obsessionnel, hébété, perdant progressivement pied. Elle joue l’ivresse et la « gueule-de-bois » avec un réalisme saisissant et suscite à la fois l’empathie et l’exaspération. C’est elle qui cimente ce scénario accrocheur mais plein de trous et fait qu’on reste scotché jusqu’au bout.

Un thriller qui tient davantage de l’exercice de style que du pur suspense, qui s’empêtre un peu dans ses flash-backs vers le dénouement, mais qui vaut le coup d’œil pour sa comédienne principale.

Publicités
 

7 réponses à “« LA FILLE DU TRAIN » (2016)

  1. JICOP

    6 mars 2017 at 16 h 44 min

     » thriller psychologico-feministe  » … houla merci , au revoir !! 😉

     
  2. Kinskiklaus

    6 mars 2017 at 18 h 38 min

    Ah! Ah! Ah! Je me suis fait la même réflexion en découvrant l’article de Fred ce matin.

     
  3. Marc Provencher

    6 mars 2017 at 21 h 20 min

    Le roman aussi demande une CONSIDÉRABLE « suspension of disbelief »… au point que je l’ai lâché en cours de route ! Alors pensez, le film, ce sera sans moi – Emily ou pas Emily.

     
  4. Kinskiklaus

    12 mars 2017 at 19 h 16 min

    Je viens de le voir et je vous trouve un peu dur. J’ai pour ma part passé un bon moment, certes, cela restera un film mineur mais j’ai accroché à l’histoire plus que je n’aurais pensé. Sans vouloir en dévoiler la fin, suis-je le seul à avoir trouvé une analogie entre le tire-bouchon et la passion pour la dive bouteille de l’héroïne. J’ai trouvé ça tellement énorme que j’en ai ri aux éclats. C’est forcément volontaire et disons que…fallait oser !

     
    • JICOP

      12 mars 2017 at 19 h 45 min

      Ben voyons .
      En voila un qui voulait pas voir le film et qui en devient un defenseur .
      Si j’etais mauvaise langue je dirais que c’est grace au charme d’Emily Blunt et quelques scenes chaudes au programme , mais je ne suis pas de ce genre la .
      Si monsieur Klaus a voulu voir le film , c’est pour des raisons artistiques et pour une histoire de tire-bouchon bien mysterieuse . 😉 … soit !!

       
  5. Kinskiklaus

    12 mars 2017 at 20 h 02 min

    Mais quelle réputation, mazette ! En plus, ma Muse me flique parfois sur le site et elle me gronde dès qu’elle y lit une bêtise de ma part! Ecoute, j’adore les filles et les trains, ça faisait deux bonnes raisons de voir ce film. C’est plus fort que moi, quand je lis une critique négative d’un film, j’ai envie de le voir pour me faire ma propre opinion. J’y peux rien moi si Haley Bennett y incarne une chaudasse et passe son temps à se faire b…., c’était même pas indiqué dans la chronique de Fred. Mon cher Jicop, vos insinuations à mon endroit sont purement injustes !

     
    • JICOP

      12 mars 2017 at 21 h 19 min

       » j’adore les filles et les trains  » : Ah ben il fallait le dire tout de suite …moi qui doutait de ton integrite intellectuelle .
      Bon ce film etait incontestablement pour toi .
      Et je regrette infiniment mes propos car tes commentaires sont toujours d’une infinie pertinence et d’une grande acuite ( ca c’est pour ta muse si elle me lit 😉 )

       

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :