RSS

TOMAS MILIAN : R.I.P.

23 Mar
MILIAN

TOMAS MILIAN (1933-2017), ACTEUR CUBAIN QUI FIT CARRIÈRE EN ITALIE, AUSSI BIEN DANS LE FILM D’AUTEUR QUE DANS LE CINÉMA LE PLUS POPULAIRE.

Advertisements
 

10 réponses à “TOMAS MILIAN : R.I.P.

  1. lemmy

    23 mars 2017 at 19 h 46 min

    Je l’ai découvert dans « Le Dernier face à face » : que ce film m’a marqué… Ciao, Cuchillo…

     
  2. Kinskiklaus

    23 mars 2017 at 19 h 55 min

    Oui, éternellement Cuchillo pour moi.

     
  3. Patrick

    23 mars 2017 at 20 h 17 min

    C’est un bel âge mais ça me fait quand même de la peine car j’aime bien cet acteur 😦

     
  4. Marc Provencher

    23 mars 2017 at 21 h 02 min

    Foutue camarde. Acteur-caméléon tout-terrain, Milian eut plusieurs carrières, dont deux à Cinecittà et une à Hollywood. Il a tourné aussi bien pour Bolognini que pour Corbucci avant de ressurgir de mon côté de l’Atlantique dans des films comme AMISTAD ou TRAFFIC, ainsi qu’à la télé (OZ). Même si je voyais ça ans de mauvaises conditions (sur YouTube), je l’ai trouvé exceptionnel dans ‘LES SOLDATESSES’ de Valerio Zurlini. En voilà un qui va vraiment me manquer.

     
  5. JICOP

    23 mars 2017 at 22 h 37 min

    Et voila le Marlon Brando Cubain qui s’ en va nous laissant comme des imbeciles .
    Le peone Cuchillo , le flic Romain Nico Giraldi , le realisateur dans  » identification d’une femme  » d’Antonioni .
    Grande gueule , casse-bonbons de premiere mais genial acteur cameleon .
    Une etoile de plus qui s’ eteint dans le ciel d’Almeria .

     
  6. Marc Provencher

    24 mars 2017 at 14 h 50 min

    Je regarde, attristé, ces quatre affiches. ‘O’CANGACEIRO’ est un bon exemple de film « sauvé » par Tomas Milian. Non que ce soit bon, hélas: la mise en scène est d’une platitude qui jure terriblement avec le picaresque de son propos et l’originalité de son idée de départ (un autre pas vers le Sud entraîne le western spaghetti carrément au Brésil).

    Mais heureusement Milian, s’il n’est vraiment pas ici dans son registre sobre-comme-un-chameau propre aux performances du côté de Bolognini, Maselli, Brusati ou Lattuada, campe avec une truculence inimitable un de ces personnages qu’on ne trouve nulle part dans les westerns américains (sauf dans des rôles très secondaires), un « héros » planche-pourrie et opportuniste, voleur de poules avec des idées de grandeur – y compris une parenthèse carrément mystique, yes sir – qui est, attendez voir, pour ou contre la Révolution selon que ça l’arrange.

    Du coup j’ai regardé le film jusqu’au bout uniquement pour le réjouissant Tomas Milian Show, qui aurait mérité une mise en scène de Monicelli (ou peut-être du Corbucci des bons jours) et non de ce monsieur Fago.

     
    • JICOP

      24 mars 2017 at 15 h 16 min

      Tu as raison Marc .
      Milian a sauve bien des films par sa demesure .
      Etonnant quand meme ce western Italien directement inspire du fameux  » dieu noir et diable blond  » du Bresilien Glauber Rocha et sa suite  » Antonio das mortes  » .

       
      • Marc Provencher

        24 mars 2017 at 15 h 46 min

        En effet, c’est spécial de voir le western italien se laisser contaminer par le Cinema Nuovo. Hélas, il y a loin de la coupe aux lèvres: pour ce genre de produit, il eût fallu une mise en scène déjantée – comme est déjanté le personnage principal – et non platement illustrative. Cela dit, on sent qu’ils y croient, et comme toujours, c’est l’essentiel pour que ça soit au moins regardable.

         
    • Patrick

      24 mars 2017 at 16 h 41 min

      ‘O’CANGACEIRO’ j’ai du le revoir pour vraiment l’apprécier.

       

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :