RSS

« LA PISCINE » (1969)

01 Avr
piscine

ROMY SCHNEIDER ET ALAIN DELON

« LA PISCINE » est le premier film que Jacques Deray tourna avec Alain Delon. C’est un huis clos dans une villa de Saint-Tropez, une sorte de mélange des univers de Françoise Sagan et Patricia Highsmith, où un couple de « beautiful people » (Delon et Romy Schneider) passe son été à se prélasser au soleil et à faire l’amour, jusqu’à l’intrusion d’un vieil ami (Maurice Ronet) un fêtard pique-assiette et de sa fille (Jane Birkin).piscine2

Aux premières notes de la BO terriblement datée de Michel Legrand, on tique. Quand on apprend que Delon joue un écrivain raté devenu un publicitaire dépressif et Ronet un producteur de disques amateur de bolides, on se dit qu’on va avoir du mal à s’intéresser. Mais heureusement, il se passe quelque chose dans « LA PISCINE » qui transcende l’anecdote, densifie les protagonistes. Une sorte d’alchimie indéfinissable qui le rapproche plus ou moins consciemment de « PLEIN SOLEIL » le chef-d’œuvre de René Clément tourné neuf ans plus tôt, avec déjà Delon, Ronet, la Méditerranée et même Romy qui tenait un bref caméo. Une fois encore, la relation entre les deux hommes s’achèvera en drame car Delon ne pourra réellement exister que lorsqu’il aura éliminé son mauvais génie qui « le dépasse d’une tête et des épaules » et passe son temps à l’humilier discrètement, à lui rappeler qui est le « mâle dominant ».

Bien sûr, 45 ans c’est un âge avancé pour n’importe quel film et « LA PISCINE » a un peu vieilli : l’érotisme torride du début, un peu trop appuyé, peut prêter à sourire, mais l’essentiel est intact. Et en le revoyant aujourd’hui, on se rend compte que le personnage par qui le malheur arrive n’est pas vraiment Ronet, pervers de pacotille plus irritant que vraiment nocif, mais… sa fille. Sous ses allures de godiche maussade, c’est elle qui insuffle le poison, qui allume la mèche avec une fausse naïveté qui mènera au meurtre. Et à l’élimination de ce père qu’elle méprise. À noter que si la prestation de Birkin paraît quelque peu laborieuse en français, elle prend toute sa dimension dans la version tournée en anglais, exploitée dans le Blu-ray sorti il y a quelques années.

Certaines ambiances, comme celle de la dernière partie où l’été s’achève, sont magnifiquement retranscrites et la fin ambiguë ne manque pas de sel.

piscine3

MAURICE RONET, ROMY SCHNEIDER ET ALAIN DELON

« LA PISCINE » est surtout un film d’acteurs. Le couple Schneider-Delon crève vraiment l’écran par son évidence, transcendant des rôles pourtant pas spécialement profonds ou bien développés. On est dans la pure alchimie. Ronet est irremplaçable en salopard égoïste et charmeur. Et Paul Crauchet apparaît à la fin, en flic marseillais perspicace et placide.

Peut-être pas tout à fait un classique, mais un film sensuel, encore plein de mystères et de violence feutrée.

Advertisements
 

24 réponses à “« LA PISCINE » (1969)

  1. Patrick

    1 avril 2017 at 9 h 32 min

    Je devrais peut-être lui donner une 2nde chance car je m’étais ennuyé devant La Piscine.

     
  2. Kinskiklaus

    1 avril 2017 at 9 h 36 min

    J’ai enfin vu ce film il y a quelques années seulement et, sans en nier les qualités évidentes, j’ai trouvé qu’il avait fort mal vieilli. Peut-être en attendais-je trop et que sa glorification chez les admirateurs de Delon et de Romy n’a fait qu’amplifier ma méfiance envers ce film. Culte chez beaucoup de cinéphiles, devenu un classique du cinéma, je suis un peu passé à côté. En comparaison, pourtant son aîné de neuf ans, je préfère largement « Plein Soleil » dont le charme vénéneux passe bien davantage la porte des âges.

     
    • walkfredjay

      1 avril 2017 at 9 h 41 min

      Il y a une filiation évidente entre les deux films, mais ils ne boxent pas dans la même catégorie. « LA PISCINE » est en effet un peu surfait et surévalué pour les raisons décrites dans le post, mais avec les années un charme fait de nostalgie principalement, finit par agir. J’avoue que la BO de Legrand reste difficile à avaler !

       
  3. Kinskiklaus

    1 avril 2017 at 10 h 25 min

    Je découvre grâce à ton article la vraie affiche du film qui, dans mon esprit représentait Delon et Romy enlacés en tenue légère. Je préfère nettement celle présentée ici.

     
  4. Kinskiklaus

    1 avril 2017 at 10 h 28 min

    En réalité, je suis un peu paumé: quelle était l’affiche du film à sa sortie en 69 svp?

     
  5. Kinskiklaus

    1 avril 2017 at 10 h 30 min

    Apparemment, l’affiche présentée ici proviendrait d’une ressortie en 1974.

     
    • walkfredjay

      1 avril 2017 at 11 h 02 min

      L’affiche originale représente le visage de Delon en noir & blanc et au-dessous, Romy Schneider en couleur, étendue nue sur un lit.

       
  6. Kinskiklaus

    1 avril 2017 at 11 h 11 min

    Merci Fred.

     
    • Edmond

      1 avril 2017 at 18 h 22 min

       
      • Kinskiklaus

        1 avril 2017 at 19 h 56 min

        Merci Edmond! Je voulais incruster la photo dans mon commentaire précédent mais ça n’a pas fonctionné. Belle affiche aussi. Je crois que c’est à cause d’elle qu’on raconte depuis que Delon a la grosse tête…

         
      • walkfredjay

        1 avril 2017 at 20 h 50 min

        J’ai un faible pour celle de 1974, alors qu’elle ne représente qu’une petite partie du film…

         
  7. Thomas

    1 avril 2017 at 11 h 18 min

    Il y a eu un remake récent assez curieux avec Tida Swinton & Ralph Fiennes, A Bigger Splash :

     
  8. Kinskiklaus

    1 avril 2017 at 11 h 31 min

    Yep Thomas. Personnellement, j’avais rapproché ce film d’un navet assez consternant. Je ne suis pourtant pas proche de l’oeuvre originelle mais cette dernière fait figure de chef-d’oeuvre à côté de ce pâlot remake à la suce branlette de chou bobo.

     
  9. Miguel

    1 avril 2017 at 12 h 23 min

    Haaa « La Piscine », il est génial ce film. C’est simple, c’est monotone, c’est langoureux et c’est fascinant de voir comment on se laisse bercer par l’histoire. Dans le genre aucun film n’a atteint un tel niveau de perfection.

     
  10. JICOP

    1 avril 2017 at 17 h 48 min

    Et le tandem Ronet/Delon se retrouvera sous la direction de Lautner pour  » Mort d’un pourri  » ou Delon tentera de percer les sombres activités de Ronet , son ancien frere d’armes , dans des activités politiques peu orthodoxes .
    Ronet savait décidemment insuffler à ses personnages cette ambiguité et ce trouble qui faisaient partie intégrante de lui-même .
    Et dans les trois films ( avec  » Plein soleil  » donc ) il se fait tuer dans la première partie … drole de coincidence .

     
    • walkfredjay

      1 avril 2017 at 18 h 06 min

      Et ils étaient également opposés dans « LES CENTURIONS ».

       
      • JICOP

        1 avril 2017 at 18 h 18 min

        Ah oui tu as raison , j’avais oublié « les centurions  » .
        D’ailleurs la photo de Ronet en uniforme aperçue furtivement dans  » Mort d’un pourri  » était peut etre tirée de ce film .
        J’avais bien aimé ce film de guerre .

         
  11. walkfredjay

    1 avril 2017 at 18 h 19 min

    Sur le mur, il y avait des photos de leurs trois précédents films ensemble.

     
    • JICOP

      1 avril 2017 at 18 h 27 min

      Ah oui , maintenant que tu le dis 🙂 Beau clin d’œil .

       
  12. Corey

    1 avril 2017 at 19 h 41 min

    Si si, un classique. Il y a une atmosphère, une ambiance électrisante dans ce film, qui au delà de tout le reste, captive. Delon n’a jamais été aussi beau, Romy aussi fragile. Très bon faiseur, La piscine est le chef d’oeuvre de Deray, qui n’arrivera jamais à recréer une telle alchimie dans aucun de ses autres films.

     
    • JICOP

      1 avril 2017 at 20 h 24 min

       » La piscine , le chef d’œuvre de Deray  » . ça c’est sur Corey c’est pas  » Netchaïev est de retour  » son chef d’œuvre 😉

       
      • walkfredjay

        1 avril 2017 at 20 h 49 min

        La fin de carrière de Deray est totalement déprimante ! Et pourtant, c’est un réalisateur que j’aime bien globalement. Que lui est-il arrivé ?

         
  13. Corey

    2 avril 2017 at 1 h 11 min

    Je ne sais pas. Pour tout un tas de raisons, j’ai une tendresse particulière pour Le solitaire. Mais après…

     
    • Patrick

      2 avril 2017 at 16 h 21 min

      Pareil je ne trouve pas le Solitaire déplaisant c’est un peu le chant du cygne d’un certain style de cinéma.

       

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :