RSS

« LE BON ET LES MÉCHANTS » (1976)

04 Avr

bon« LE BON ET LES MÉCHANTS » se situe pendant l’occupation allemande, mais il adopte un point-de-vue rarement utilisé à l’écran : celui des gangsters, des braqueurs de banques qui ont poursuivi leurs méfaits pendant cette période plus que trouble, allant jusqu’à s’allier avec la Gestapo pour dépouiller les familles juives.

Cet angle historique, c’est tout l’intérêt de ce film un peu trop touffu, qui mixe sans complexe la comédie, le suspense, les poursuites en voiture, les histoires d’amour (Claude Lelouch oblige…), mais jette un éclairage inédit sur les agissements de la bande de Bonny & Lafont et le rôle excessivement ambigu de fonctionnaires de police comme celui joué par Bruno Cremer, dont on ne sait plus très bien à la fin, s’il fait partie des « bons » ou des « méchants ». Les aventures du trio campé par Jacques Dutronc, Marlène Jobert et Jacques Villeret, sont sympathiques mais sentent trop souvent l’improvisation. Le non-jeu du premier, pour habile qu’il soit, s’avère parfois insuffisant pour créer un vrai personnage. Au bout du compte, on s’intéresse plutôt au couple formé par un Cremer rusé, constamment en sueur, et Brigitte Fossey qui en vient progressivement à le mépriser. Dans un joli cast de seconds rôles, on retiendra l’apparition de Serge Reggiani en chef de la résistance.

Étalonné en sépia, porté comme toujours par l’agréable BO de Francis Lai, « LE BON ET LES MÉCHANTS » fait partie des réussites de Lelouch, de ces films qu’apprécient même ceux qui ne supportent pas le style du réalisateur. Il est parsemé de moments de grâce, de séquences étonnamment dures (la torture de la baignoire, précisément détaillée). Et Marlène Jobert, charmante et souriante, n’y a peut-être jamais été aussi naturelle. Un joli film mais aussi – et surtout – une intéressante leçon d’Histoire.

À noter, un texte à la fin, indique une possible sequel, sur le « gang des tractions avant », qui ne verra jamais le jour.

bon2

JACQUES DUTRONC, MARLÈNE JOBERT ET BRUNO CREMER

Advertisements
 

6 réponses à “« LE BON ET LES MÉCHANTS » (1976)

  1. Kinskiklaus

    4 avril 2017 at 8 h 51 min

    Un Lelouch que j’ai prévu de voir prochainement. Que vous appréciez ou non le réalisateur, je vous conseille la lecture de son livre d’entretiens « Ces années-là » paru chez Fayard. Si je suis partagé sur son cinéma, je vénère certains de ses films et en déteste la majorité, j’adore en revanche l’écouter nous conter des anecdotes. C’est un type vraiment passionnant, je trouve.

     
    • Patrick

      4 avril 2017 at 15 h 45 min

      Pareil je ne suis pas un fan de son cinéma et pourtant j’ai vu quelques uns de ses films qui m’ont vraiment dont LE BON ET LES MÉCHANTS qui est un des ses meilleurs films.

       
  2. JICOP

    4 avril 2017 at 10 h 36 min

    Un bon Lelouch faussement leger .
    Villeret est formidable et une pub formidable pour la traction avant , autre star du film .

     
  3. Simon95

    4 avril 2017 at 12 h 33 min

    oui, un des films rarement supportables de Lelouch.

     
  4. Marc Provencher

    4 avril 2017 at 19 h 57 min

    « Et Marlène Jobert, charmante et souriante… »

    (Voix traînante du cynique qui voit des renvois d’ascenseurs partout) Eeeeeeh, évidemment que WalkFredJay l’a à la bonne, vu qu’c’est elle qu’a fabriqué Eva.

     
  5. walkfredjay

    4 avril 2017 at 20 h 16 min

    C’est pas faux.

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :