RSS

« ÉTAT SECOND » (1993)

29 Avr
fearless

JEFF BRIDGES

Le premier quart d’heure de « ÉTAT SECOND » est une pure merveille. On découvre peu à peu, pas à pas, les conséquences d’un crash aérien en suivant les traces d’un survivant (Jeff Bridges) qui semble guider quelques passagers hébétés, tel Moïse dans le désert. L’utilisation de la bande-son, le montage sont remarquables.fearless3

Pour parler en acronymes, Peter Weir décrit le PTS (Post traumatic stress) d’une NDE (Near death experience). Complètement métamorphosé par l’accident, l’architecte Bridges pense d’abord qu’il est mort et revenu en fantôme et qu’il est donc devenu invulnérable. Après s’être pris pour Moïse, il devient christique pour aider une jeune femme (Rosie Perez) qui a perdu son bébé, à retrouver le goût de vivre. Tout cela au détriment de sa propre famille qu’il délaisse tout à son « trip » mental qui le mène aux confins de la folie.

Excellent choix que Bridges pour ce rôle complexe qui marche littéralement « à côté de ses pompes ». Il joue cela avec une telle foi, une telle intensité qu’il finit par nous faire croire à ses pouvoirs surnaturels. Le flash-back dans l’avion où – juste avant le crash – il accepte subitement dans une illumination l’idée de mourir, est ce qu’il a fait de plus émouvant et profond à l’écran. Autour de lui, un beau casting : Rosie Perez à fleur de peau, étonnante malgré une voix suraiguë très crispante, Isabella Rossellini en épouse dépassée par les événements, John Turturro en psy timoré, Tom Hulce et Benicio Del Toro.

« ÉTAT SECOND » n’est pas exempt de longueurs et de lourdeurs (l’interminable séquence du centre commercial la veille de Noël qui casse sérieusement le rythme), il semble parfois faire du sur-place, mais le sujet est vraiment passionnant et original et on reste scotché à l’écran, attendant avec appréhension le moment où le rêve s’achèvera et où la mort reprendra ses droits. À voir donc, ne serait ce que pour Bridges qu’on a rarement vu aussi impliqué et identifié à un personnage. Et pour quelques scènes vraiment émouvantes, comme cette visite inopinée à la première femme de sa vie, alors qu’il est encore sous le choc.

fearless2

ISABELLA ROSSELLINI, JEFF BRIDGES ET ROSIE PEREZ

Publicités
 

8 réponses à “« ÉTAT SECOND » (1993)

  1. Patrick

    29 avril 2017 at 9 h 45 min

    Vu il y a très longtemps j’en garde peu de souvenir de ce film qui ne m’avait pas passionné mais j’étais jeune donc à revoir.

     
  2. JICOP

    1 mai 2017 at 19 h 17 min

    Un film qui est toujours à deux doigts de me plaire mais sans franchir la frontière .
    Pourtant pas déplaisant , il manque quelque chose pour emporter la mise , peut etre l’atmosphère , moins envoutante que dans les productions Australiennes de Weir comme  » Picnic at Hanging-Rock  » .
    Toutefois Bridges est étonnant , la fin du film et la musique de Maurice Jarre très émouvantes .
    Sur un thème similaire ou presque , je préfere  » le survivant d’un monde parallèle  » de David Hemmings .

     
    • walkfredjay

      1 mai 2017 at 20 h 42 min

      J’ai revu le film de Hemmings il y a quelques années, et il m’avait terriblement déçu. On l’a souvent dit ici, il y a des films qu’on ne devrait jamais revoir. Mais comment savoir lesquels ? 😉

       
      • Seb

        1 mai 2017 at 21 h 12 min

        Vu il y a quelques années également et j’avais trouvé la chose assez insignifiante et datée, au point que j’ai déjà du mal à m’en rappeler une quelconque scène !

         
      • walkfredjay

        1 mai 2017 at 21 h 47 min

        En plus, le pauvre Robert Powell, un des plus mauvais acteurs anglais de son époque, n’arrangeait rien !

         
  3. Seb

    1 mai 2017 at 20 h 38 min

    Oui, aussi un peu la sensation de quelque chose d' »intéressant mais peut mieux faire ». En fait le début et la fin sont très réussis mais entre deux, ça tourne sérieusement à vide. Sinon c’est moi ou il est clair que le très ch**** M. Night Shyalaman a dû voir ce film une quarantaine de fois avant de faire les siens ?

     
    • walkfredjay

      1 mai 2017 at 20 h 41 min

      Oui, le film perd de sa fulgurance dès que Rosie Perez commence à prendre de l’importance. On dirait que le scénario se perd dans une déviation…

       
      • Seb

        1 mai 2017 at 21 h 17 min

        Il faut que dire que pour le peu de films que j’ai vus avec elle, elle est franchement piètre actrice: irritante, envahissante, caricaturale, etc. Dans Etat second elle a d’ailleurs un accent new-yorkais « lower class » à couper au couteau, tellement poussé qu’elle est par moments complètement inintelligible !

         

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :