RSS

« LE TEMPS DE LA COLÈRE » (1956)

02 Mai

temps2Tourné entre deux chefs-d’œuvre de Richard Fleischer : « BANDIDO CABALLERO » et « LES VIKINGS », « LE TEMPS DE LA COLÈRE » est un très solide film de guerre situé dans le Pacifique pendant la WW2.

En 90 minutes et des poussières, le scénario ultra-compact parvient à raconter le parcours d’un riche planteur sudiste (Robert Wagner) hautain et arrogant, qui sur le terrain, découvre qui il est réellement. Un héros, mais aussi un être humain faillible, qui tremble après chaque combat. Il apprendra à connaître et à respecter les ouvriers qu’il méprisait dans le civil et reviendra métamorphosé au pays.

Les flash-backs sont très simplement mais habilement insérés dans ce récit guerrier, tous les seconds rôles sont croqués en quelques répliques (L.Q. Jones, Brad Dexter) et le film ne connaît aucun temps mort. Mais ce qui en ressort vraiment, c’est le personnage hallucinant joué par Broderick Crawford, sorte de « colonel Kurtz » implicitement homosexuel (il partage sa hutte avec ses deux « mignons » : Frank Gorshin et Skip Homeier et féminise le prénom de Wagner qui devient ‘Frances’ au lieu de ‘Francis’), lâche et totalement hors-contrôle. Le rôle n’est pas très développé, mais suffisamment pour, à la fois faire froid dans le dos à chacune de ses interventions et montrer ce que la guerre peut faire d’un individu aux nerfs fragiles. Wagner n’a jamais été meilleur, d’une réelle intensité dramatique, Buddy Ebsen est excellent en soldat loyal et chaleureux.

Bref, un film passionnant et maîtrisé de bout en bout par ce vieux « pro » de Fleischer, à ranger dans les vrais classiques du film de guerre hollywoodien, de ceux qui racontent en parallèle la petite et la grande Histoire.

temps

ROBERT WAGNER, FRANK GORSHIN, BRODERICK CRAWFORD, SKIP HOMEIER, L.Q. JONES, TERRY MOORE ET BRAD DEXTER

À noter que la BO signée Hugo Friedhofer est une variante du mythique « Dies Irae » (jour de colère) immortalisé pour le cinéphile par le générique-début de « SHINING » et qui justifie le titre français.

Publicités
 

7 réponses à “« LE TEMPS DE LA COLÈRE » (1956)

  1. JICOP

    2 mai 2017 at 9 h 51 min

    Moi qui suis fan de Fleischer , c’est certainement un de ses meilleurs films meme s’ il est moins connu que d’autres de ses classiques .
    Et dire qu’il ne l’evoque meme pas dans son autobiographie , considerant que le film avait ete trafique et edulcore par la Fox , ajoutant qu’on l’avait oblige a faire des flash-back au lieu de tourner en continuite .
    On peut considerer que les embuches evoquees par Fleischer sont devenus des points forts , grace egalement au talent du realisateur dans certaines sequences , comme ce superbe enchainement d’une flaque boueuse en l’eau d’une piscine ou la course folle de Wagner pour sauver son ami .
    Fleischer voulait garder a l’origine le titre du roman  » the day the century ended  » et montrer comment la guerre mettait a l’epreuve toutes les classes sociales ( ici un riche heritier du sud des Etats-Unis ) et entrainait la fin d’un monde et d’une epoque .
    Aucun personnage n’est caricatural , et Wagner et Crawford sont formidables d’intensite .
    Un tres bon film de guerre sorti la meme annee qu’  » Attaque  » d’Aldrich … bon cru .

     
  2. Marc Provencher

    2 mai 2017 at 15 h 42 min

    « …le personnage hallucinant joué par Broderick Crawford. »

    Quel acteur, celui-là. Je n’en reviens toujours pas de ses prestations dans ‘ALL THE KING’S MEN’ et ‘IL BIDONE’. Juste pour le voir jouer, j’ajoute ce film à ma liste ! (Je suis nettement plus sceptique sur Robert Wagner, mais bon…)

     
  3. Daniel

    2 mai 2017 at 16 h 40 min

    Pareil ! Très sceptique sur les  » performances d acteur » de Robert Wagner mais je fais confiance à Fred d autant plus que je ne connais pas ce film et que je suis impatient de le voir. Surtout pour pouvoir dire ensuite :  » J ai vu un film avec Wagner ou il est formidable « …ce sera la première fois . Soit dit en passant Robert Wagner est quand même l une des dernières mémoires vivantes d un certain Hollywood.

     
    • JICOP

      2 mai 2017 at 16 h 48 min

      Wagner est vraiment très bien dans ce role , épousant parfaitement l’évolution de son personnage , passant d’un riche héritier imbu de sa personne à un soldat brave et bon camarade .
      Marc et Daniel , je vous encourage à voir ce film pour cette raison mais aussi pour d’autres .

       
    • Patrick

      2 mai 2017 at 17 h 43 min

      C’est un bon film et Wagner est convaincant dedans.

       
  4. Daniel

    2 mai 2017 at 16 h 58 min

    Robert Wagner dans le rôle d un riche héritier imbu de sa personne ! Tu as résumé toute la carrière de Wagner , Jicop ! Mais bien sur que je tiens à voir ce film pour les raisons évoquées plus haut !

     
  5. Miguel

    3 mai 2017 at 7 h 14 min

    Bon, on va dire que je chipote mais je trouve que les scènes sensées se dérouler dans le Pacifique pendant la WW2 ne sont hélas pas très crédibles. La jungle ressemble plus à une forêt et les scènes ce déroulant dans un village donnent sérieusement l’impression de se passer sur le front européen. Dommage que le réalisme soit moins soignés que celui de «Merrill’s Marauders» de Samuel Fuller où le climat chaud et humide du front asiatique est très perceptible pendant tout le long film au risque de choper sois même la malaria.

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :