RSS

« CHARLIE X » : Robert Walker, Jr. dans « Star Trek »

05 Mai
charlie2

LEONARD NIMOY ET NICHELLE NICHOLS

« CHARLIE X » est un épisode un peu particulier de la 1ère saison de « STAR TREK ». Réalisé par l’acteur Larry Dobkin, il met en scène Robert Walker, Jr. un « enfant sauvage » adopté par un équipage qui le dépose sur l’Enterprise et semble pressé de s’en débarrasser.

Maintenant ado, ‘Charlie’ a les hormones en folie et commence à harceler la pin-up du vaisseau Grace Lee Whitney, avant de révéler des pouvoirs de plus en plus incontrôlables : il se met à faire disparaître les membres d’équipage qui le regardent de travers et à défier l’autorité représentée par le capitaine Kirk.

Surfant sur la mode des films pour teenagers, l’épisode est un peu ridicule et les tentatives de comédie grivoise (les mains aux fesses, les déclarations « brûlantes » de l’ado) tombent vraiment à plat. D’autant que Walker – par ailleurs véritable clone de son père, connu pour son rôle dans « L’INCONNU DU NORD-EXPRESS » d’Hitchcock – n’est pas le meilleur acteur du monde.

Reste des vignettes délectables au second degré : la plantureuse Nichelle Nichols entonnant un chant d’amour pour les beaux yeux (ou belles oreilles, plutôt) de Spock, pendant que celui-ci l’accompagne au luth (sic !) ou la salle de gym de l’Enterprise où quelques figurants épars s’activent mollement à l’arrière-plan sur des machines surréalistes. Plaisant donc, par ses côtés kitsch, mais certainement pas un des moments forts de la série !

charlie

ROBERT WALKER, JR. ET WILLIAM SHATNER

Publicités
 

3 réponses à “« CHARLIE X » : Robert Walker, Jr. dans « Star Trek »

  1. Miguel

    5 mai 2017 at 8 h 57 min

    Un des premiers épisodes de la saison 1 encore très bricolé dans l’ensemble mais les personnages principaux et leurs caractères propres se mettent doucement en place comme les prises de têtes entre Spock et Bones. Cela dit, Spock est encore un petit peu trop détendu (il sourit, un comble). On retrouvera souvent ce genre de scénario dans plusieurs épisodes de la série : l’intelligence et la ruse contre le pouvoir sans limite. La marque Roddenberry.

     
  2. Kinskiklaus

    5 mai 2017 at 9 h 16 min

    J’ignore si je suis mal réveillé, mais en ouvrant l’article, par un curieux effet trompe l’œil, j’ai cru que Spock soulevait son tee-shirt et se caressait le torse. Il m’a fallu m’y reprendre à deux fois pour percevoir qu’en réalité, il s’agissait d’un luth.

     
    • Edmond

      5 mai 2017 at 13 h 15 min

       

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :