RSS

« PANDORUM » (2009)

21 Mai

PANDORUM2Contrairement aux apparences, « PANDORUM » est une production allemande, un film de SF ambitieux et au scénario très travaillé, puisant son imagerie à la fois dans la ‘franchise’ des « ALIEN » et dans le récent « THE DESCENT » (2005) qui a établi un nouveau standard en matière de monstres dégoûtants et visqueux.

Le film démarre bille en tête par le réveil de deux hommes (Ben Foster et Dennis Quaid) dans un vaisseau spatial à la dérive, dont ils découvrent progressivement qu’il est envahi par des créatures mutantes et cannibales qui dévorent tout ce qui bouge. L’intérêt principal du film est qu’on ne sait jamais exactement qui sont les protagonistes, vu qu’eux-mêmes ne s’en souviennent pas, où ils se trouvent exactement et la raison de leur mission dans l’espace. La chute est tellement bien amenée et surprenante qu’il serait criminel de trop en dévoiler. C’est bien filmé par Christian Alvart, extrêmement bien photographié (Wedigo von Schultzendorff) et le travail de déco, qu’il soit réel ou virtuel est vraiment irréprochable.

Si tout ce qui concerne le toujours très intense Ben Foster, sa quête du réacteur nucléaire et ses rencontres inopinées est palpitant et tient du plus pur ‘survival’ en huis clos, la partie parallèle avec Quaid est plus nébuleuse et casse un peu le rythme en diluant le stress. Reste que les poursuites avec les monstres, particulièrement hideux et répugnants, sont superbes, qu’une séquence montrant Foster rampant au milieu des mutants endormis est digne d’entrer dans les annales du film d’horreur. Dans un cast international et homogène, on reconnaît Norman Reedus dans un petit rôle de fuyard paniqué.

On n’est pas dans la catégorie « chef-d’œuvre du genre », mais pas non plus dans le DTV lambda. « PANDORUM » fourmille de bonnes idées, même s’il en recycle quelques unes au passage et on ne peut qu’admirer le professionnalisme de l’ensemble dont on devine qu’il n’a probablement pas bénéficié des mêmes moyens qu’un blockbuster U.S. À redécouvrir, donc. Et quelle belle fin !

PANDORUM

BEN FOSTER ET DENNIS QUAID

Publicités
 

3 réponses à “« PANDORUM » (2009)

  1. JICOP

    21 mai 2017 at 6 h 48 min

    Excellent film de S.F qui contient quelques belles séquences de trouille .
    Le budget relativement modeste est contrebalancé par une bonne utilisation des décors et un scénario malin .
    Le parallèle avec  » the descent  » est pertinent avec les scènes dans les entrailles du vaisseau qui se rapprochent des grottes et boyaux du film de Neil Marshall et ses ignobles monstres .
    La fin est étonnante et l’on quitte le thriller spatial claustrophobe basique pour se rapprocher d’un concept de science-fiction adulte et proche des grands maitres de science-fiction .

     
  2. Thomas

    21 mai 2017 at 8 h 23 min

    sans oublier la beauté de l’actrice allemande Antje Traue ,revue en « bad girl from space » dans Man of Steele

     
  3. Kinskiklaus

    21 mai 2017 at 8 h 56 min

    Une belle chronique plus un avis positif de Jicop, vous me donnez envie de le découvrir les gars. Et Thomas qui nous parle d’une bombasse : tout pour me plaire. Hop, dans la liste de mes futurs achats !

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :