RSS

« MR. WOLFF » (2016)

26 Mai

Avec son titre original déroutant (« LE COMPTABLE » !), « MR. WOLFF » se présente au premier abord comme un thriller d’espionnage. Mais rapidement, on se rend compte que le film de Gavin O’Connor a d’autres ambitions.WOLFF

Si le scénario très embrouillé, alourdi de flash-backs, n’est pas toujours d’une folle clarté, si les enjeux mettent un temps fou à émerger d’une narration elliptique, le film révèle enfin sa raison d’être quand on comprend qu’il s’agit de créer le premier super-héros autiste de l’Histoire du 7ème Art ! Mélange de Rain Man et de Juge Dredd, Ben Affleck fait oublier son piteux Batman en composant un personnage crédible, attachant et impalpable de génie mathématique doublé d’un flingueur redoutable et même… d’un amateur d’art contemporain ! On enchaîne donc les séquences d’action, de combats à mains nues, de fusillades au gros calibre, le suspense se nourrit de lui-même en renouant les fils du passé de chacun au fur et à mesure. Ça sent par moments le script un peu trop retravaillé et certains coups de théâtre (l’identité réelle de Jon Bernthal ou de la « voix » féminine qui assiste Affleck) sont téléphonés des heures à l’avance, tuant un peu le plaisir. Mais dans l’ensemble, cela fonctionne, on ne s’ennuie jamais et Affleck tient son personnage du début à la fin sans dérapage.

Autour de lui, la mignonne Anna Kendrick, les vétérans J.K. Simmons, Jeffrey Tambor et John Lithgow un peu sous-employés.

« MR. WOLFF » est donc un thriller très bien fichu, avec un « tout petit supplément d’âme » apporté par son héros, présenté non pas comme une victime mais comme un justicier atypique. Il se passe – et il se dit – tellement de choses en deux heures, que le film supportera la re-vision sans aucun problème !

Publicités
 

32 réponses à “« MR. WOLFF » (2016)

  1. Kinskiklaus

    26 mai 2017 at 8 h 02 min

    « … Affleck tient son personnage du début à la fin sans dérapage. » C’est justement ce que je lui reproche souvent : son manque de dérapage. Ça reste dans le cadre, c’est propre, ça ne déborde pas. S’il s’améliore depuis quelques temps, Affleck reste tout de même un acteur sans aspérités.

     
    • walkfredjay

      26 mai 2017 at 8 h 16 min

      On est d’accord. Ben Affleck on n’a jamais grand-chose à en dire. Au mieux c’est « propre » comme dans ce film, au pire c’est transparent et ennuyeux. On attend toujours le rôle qui le fera décoller. Dans mon souvenir, il n’était pas mauvais dans « HOLLYWOODLAND » dans le rôle de l’acteur George Reeves, qui jouait Superman à la TV dans les années 50.

       
      • Patrick

        26 mai 2017 at 14 h 52 min

        En effet il n’était pas mauvais dans ce rôle, le film est plutôt un bon polar d’ailleurs.

         
  2. Kinskiklaus

    26 mai 2017 at 8 h 23 min

    Pas vu « Hollywoodland ». Je te trouve optimiste, je ne pense pas qu’il parviendra à décoller un jour. Dans tous les films que j’ai vus, je l’estime remplaçable pour chaque rôle, comme s’il n’arrivait pas à imprimer l’écran. Matt Damon, son compère des débuts, se révèle quand même d’une autre trempe.

     
    • Patrick

      26 mai 2017 at 14 h 51 min

      Je ne trouve pas Matt Damon particulièrement marquant comme acteur.

       
      • Kinskiklaus

        26 mai 2017 at 17 h 00 min

        Moi non plus, Patrick. Mais tout de même plus marquant que le falot Affleck.

         
  3. Seb

    26 mai 2017 at 9 h 22 min

    Vu à sa sortie en salles et pas mal déçu par rapport à l’ensemble de critiques positives que le film s’est recolté. Pitch intéressant mais assez vite on a le sentiment les auteurs ne savent plus trop sur quel pied danser et ils livrent en fin de compte un produit bien fade à l’image de Ben Affleck. Il y a bien une ou deux séquences d’action pêchues mais elles sont noyées dans un marasme de monotonie. Le final est très pénible avec un Jon Bernthal en roue libre qui multiplie les grimaces et autres roulements d’yeux. De la part de Gavin O’Connor on est très loin du superbe Warrior qui opposait Tom Hardy et Joel Edgerton !

     
  4. Kinskiklaus

    26 mai 2017 at 9 h 28 min

    « … un Jon Bernthal en roue libre qui multiplie les grimaces et autres roulements d’yeux. » C’est un peu l’exact opposé d’Affleck: Bernthal en fait toujours des tonnes à l’écran, frisant assez souvent la caricature. Déjà dans « The Walking Dead », au fil du temps, j’avais fini par ne plus supporter son jeu.

     
    • Seb

      26 mai 2017 at 9 h 35 min

      Pareil et il semble que lorsque son personnage a disparu de la série, Andrew Lincoln a repris à peu près tous ses tics de jeu !

       
      • Kinskiklaus

        26 mai 2017 at 9 h 55 min

        Exactement, Seb !

         
  5. Kinskiklaus

    26 mai 2017 at 9 h 30 min

    De Gavin O’Connor, je ne le connais que par « Jane got a gun », film que j’avais trouvé d’une platitude assez affligeante, assez proche de la nullité.

     
    • Patrick

      26 mai 2017 at 14 h 53 min

      Pour ma part je n’ai vu que Le prix de la loyauté dans sa filmographie, un film oubliable.

       
  6. Seb

    26 mai 2017 at 9 h 37 min

    Pas vu Jane Got A Gun mais je recommande chaudement Warrior, Klaus. C’est un peu au MMA ce que Rush est à la F1: un film majestueux qu’on peut voir sans être nécessairement un inconditionnel de la discipline !

     
  7. Kinskiklaus

    26 mai 2017 at 9 h 57 min

    Outch, sacrée note sur le site d’Allômachin ! je note, merci Seb.

     
  8. lemmy

    27 mai 2017 at 12 h 57 min

    J’ai vu ce film dans de terribles conditions : dans un avion, en VF, sur un écran riquiqui, donc le pire du pire : on y trouverait que Rambo est sans intérêt. J’ai trouvé ce film d’une fadeur sans nom, ou plutôt si, celle d’Affleck. Est-ce moi ou y a-t-il ‘underplay’ et ‘woodplay’ ? Son jeu, ce qui en ressort, était parfait dans ‘Gone girl’, mais là…

     
    • walkfredjay

      27 mai 2017 at 13 h 09 min

      En fait, jouant un autiste, son non-jeu est plutôt bien employé. Il n’est pas mal dans « MR. WOLFF », mais je ne verrai jamais un film pour la seule raison qu’il joue dedans, c’est certain.

       
  9. Kinskiklaus

    27 mai 2017 at 13 h 08 min

    Ami lemmy, pourrais-tu expliquer à un largué comme moi ce que sont des « underplay » et des « woodplay » ? Merci. (T’as vu Marc comment qu’on cause en France ?)

     
    • lemmy

      27 mai 2017 at 13 h 22 min

      L’underplay c’est un nom officiel pour le jeu minimaliste, sans afféteries, allant à l’essentiel, c’est Gary Cooper dans la dernière partie de sa carrière, le « wwodplay », je viens de l’inventer, c’est le jeu d’un bout de bois.

       
  10. Kinskiklaus

    27 mai 2017 at 13 h 52 min

    D’accord, merci lemmy. « Woodplay », yep, ça sied bien au jeu de Ben Affleck. C’est à se demander si quelqu’un le trouve bon !

     
  11. walkfredjay

    27 mai 2017 at 13 h 54 min

    En fait, les anglo-saxons qualifient ce style de jeu en disant que tel acteur joue comme une bûche (log).

     
    • lemmy

      27 mai 2017 at 14 h 34 min

      A chaque fois avec cette expression, je ne peux m’empêcher de penser à la femme à la bûche (log lady) de Twin Peaks…

      Affleck est quand même d’un monolithisme insensé pour son Batman, le regard, mes aîeux, son regard… Et on fait de lui le meilleur Batman de l’histoire du ciné. Il n’est pas si mal, mais bon… L’underplay oui, mais quand il y a de l’intensité, ne parlons pas de Bronson…

       
      • Kinskiklaus

        27 mai 2017 at 14 h 40 min

        ..ni d’Eatswood ! Le regard d’Affleck, ça te dirait pas d’écrire une thèse à ce sujet lemmy ?

         
      • lemmy

        27 mai 2017 at 15 h 36 min

        300 pages blanches sur le regard d’Affleck… sans les annexes…

         
    • Kinskiklaus

      27 mai 2017 at 14 h 37 min

      Je ne connaissais pas cette expression mais tout se rejoint puisqu’ici, une bûche peut désigner un étron, donc jouer comme une bûche et jouer comme une mer.. revient à présenter les choses de la même façon.

       
      • lemmy

        27 mai 2017 at 17 h 55 min

        Voilà, mais de manière polie dans un cas. Mais il faut être précis, la bûche ajoute une précision de taille : la raideur ; jouer comme une merde est une qualification plus générique, et je ne dirai pas qu’Affleck joue ainsi.

         
  12. Kinskiklaus

    27 mai 2017 at 14 h 43 min

    D’après les fans, la seule fois où Affleck s’est révélé bon c’est dans « Jennifer Garner ». J’ai honte, je sors.

     
    • JICOP

      27 mai 2017 at 17 h 38 min

      Oh Klaus !! 🙂
      Il était pas mal aussi dans Jennifer Lopez …

       
    • Kinskiklaus

      27 mai 2017 at 18 h 01 min

      Lemmy, tombons d’accord alors : il joue comme un constipé !

       
      • lemmy

        27 mai 2017 at 18 h 12 min

        Le concept me sied, mais j’espère pour toi que l’association française des droits des constipés ne te tombera pas dessus.

         
  13. Daniel

    27 mai 2017 at 17 h 35 min

    Je n arrive pas à trouver un acteur plus monolithique que Ben Affleck, c est dire! même les robots de  » Transformers » sont plus expressifs que lui et je ne le juge pas dans les  » Batman » car j ai toujours pensé que n importe quel acteur pouvait tenir ce rôle …..pour le prochain il n ont qu a mettre Damon comme ça on aura fait le tour et personne ne se rendra compte de rien.

     
    • lemmy

      27 mai 2017 at 17 h 42 min

      A côté, Matt Damon c’est Bozo le clown.

       
  14. Kinskiklaus

    27 mai 2017 at 17 h 46 min

    Quelle unanimité ! Je propose que l’on surnomme dès aujourd’hui cet acteur comme ci-après: Ben Affligeant

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :