RSS

« 21 GRAMMES » (2003)

07 Juin
21

NAOMI WATTS

« 21 GRAMMES » est le premier film à gros budget d’Alejandro González Iñárritu, qui embrasse avec un brio indéniable la destinée de trois individus, réunis dans le malheur par un accident de voiture.21 2

Benicio Del Toro, ouvrier qui a trouvé refuge dans la religion a tué sans le vouloir la famille de Naomi Watts qui accepte de faire don du cœur de son mari à Sean Penn, cardiaque et quasi-mourant. La réunion improbable de ces trois êtres torturés, déchirés, en quête de rédemption, va être racontée de façon complètement éclatée – selon l’habitude du réalisateur – en mosaïque, en puzzle dont les pièces se recollent progressivement, sans tenir compte de la chronologie. Ici, seule prévaut l’émotion, la plus brute possible.

Sur plus de deux heures, on n’a guère l’occasion de souffler. Grâce à un casting haut-de-gamme réunissant la crème des acteurs des années 2000, le film immerge dans un drame suffocant, inéluctable sur lequel plane en permanence l’ombre de la mort imminente.

Sean Penn a réellement l’air malade, on en souffre pour lui ! Naomi Watts parvient à traduire la souffrance de son personnage jusqu’au malaise. Les face-à-face entre les deux comédiens font des étincelles. Del Toro impose sa masse de brutalité animale, toujours prête à exploser, Charlotte Gainsbourg tient le rôle le moins intéressant, le moins bien intégré au récit. De grands acteurs occupent l’arrière-plan : Eddie Marsan en prêtre exalté, Danny Huston en mari défunt, Melissa Leo parfaite en épouse prête à tout pardonner, etc.

21 3

SEAN PENN, BENICIO DEL TORO, MELISSA LEO ET EDDIE MARSAN

« 21 GRAMMES » en demeurant sur la même tonalité dramatique de la première à la dernière image, peut éventuellement lasser, voire rebuter. Le spectacle de ces individus livides, hagards, condamnés à plus ou moins brève échéance, n’a rien de bien réjouissant. Mais le film s’achève malgré tout sur une étincelle d’espoir, ténue certes, mais bien présente.

Publicités
 

10 réponses à “« 21 GRAMMES » (2003)

  1. Kinskiklaus

    7 juin 2017 at 8 h 40 min

    Ni adoré, ni détesté, un film qui m’a laissé un peu de marbre. Les comédiens sont formidables mais les différentes intrigues m’ont plus ennuyé qu’autre chose. Le tout est bien ficelé, trop bien ficelé pour être honnête. Comme toujours chez Inarritu, on sent que le cinéaste cherche à épater son monde, on sent sa patte sur chaque plan. Bref, c’est beau mais ça sent un peu la branlette destinée à plaire aux lecteurs de « Telerama » et des « Cahiers du cinéma ». Ça veut péter plus haut que son derrière et ça finit par se faire dessus. A voir malgré tout, ne serait-ce que pour cette scène absolument éblouissante dans laquelle la mignonne Naomi Watts nous expose à nous spectateurs sa magnifique poitrine nue aux tétons au garde à vous. La plus belle scène de tétons du cinéma ex-aequo avec ceux de Kim Basinger dans le remake de « Guet-Apens ». Dieu que c’est beau !

     
  2. Kinskiklaus

    7 juin 2017 at 8 h 41 min

    Mention spéciale à Melissa Leo, comédienne discrète toujours efficace.

     
  3. Seb

    7 juin 2017 at 13 h 18 min

    C’est un Iñárritu que j’aime encore bien, avec des restes de la beauté brutale d’Amours chiennes mais aussi déjà un aperçu des scories larmoyantes et misérabilistes qui plomberont totalement un film comme Babel.

     
  4. Kinskiklaus

    7 juin 2017 at 14 h 04 min

    Pour avoir vu tous les films du cinéaste mexicain, à l’exception de « Amours chiennes », j’en reviens toujours au même constat: ses œuvres s’effacent dans ma mémoire aussi vite qu’elles y sont apparues. « 21 grammes », hormis les tétons de Naomi Watts, je ne me souviens de rien. « Babel », rien du tout, « Biutiful », idem, « Birdman », si j’ai été plus que charmé à sa première vision, il ne m’en reste plus rien non plus et « The Revenant », itou, il ne me revient pas. Inarritu a inventé une nouvelle forme de cinéma : le cinéma jetable ou la technique dite de la « branlette mexicaine ».

     
    • Seb

      7 juin 2017 at 14 h 40 min

      C’est un peu rude Klaus mais pas foncièrement faux. J’ai été surpris en bien par The Revenant qui reste quand même impressionnant sur le plan visuel et possède par endroits un beau souffle épique, surtout après ce verbeux et prolixe Birdman qui m’avait semblé tourner complètement à vide. Amours chienne reste un chef-d’œuvre selon moi mais il est vrai que par la suite Iñárritu a essentiellement déçu, se vautrant de plus en plus dans un cinéma où tout doit être systématiquement asséné à coups de sabots de plusieurs mégatonnes. Pas trop mon cinéma quoi…

       
  5. Kinskiklaus

    7 juin 2017 at 15 h 24 min

    Et je ne pense pas que les scénarios soient à remettre en cause, la plupart étant très jolis sur le papier. Par exemple, son scénariste sur ses trois premiers films, Guillermo Arriaga signa aussi celui de « Trois enterrements », film que j’aime infiniment.

     
    • Seb

      7 juin 2017 at 15 h 33 min

      Tout à fait, un exemple d’ailleurs parmi d’autres qui démontre que Besson est bien mieux derrière la caisse que la caméra !

       
  6. Kinskiklaus

    7 juin 2017 at 15 h 50 min

    Tu dis ça, tu dis ça mais tu trépignes d’impatience en attendant la sortie de « Valérian et la Cité des milles planètes » ! J’ai mes indics, moi !

     
    • Seb

      7 juin 2017 at 16 h 23 min

      Merde… ils t’ont aussi dit que j’ai collectionné l’intégralité des figurines d’Arthur et les Minimoys en achetant tous les paquets de Froot Loops sur lesquels j’ai pu mettre la main en 2006 ? Je n’ai pas encore trouvé le courage de m’en débarrasser, ça touche trop à l’affect.

       
  7. Kinskiklaus

    7 juin 2017 at 18 h 17 min

    Je respecte tes passions ridicules, Seb, pas de soucis ! De toute façon, je ne dirais jamais de mal de « Arthur et les Minimoys » dans la mesure où mon Dieu Bowie figure au casting. Tu l’auras compris, je défends toujours Besson. Je le remercie au passage d’avoir offert un beau rôle à Fritz « Harry » Wepper dans « Le dernier combat ». Excellent acteur l’acolyte de Derrick, je l’annonce sans ironie aucune.

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :