RSS

« 31 » (2016)

21 Juin

« 31 » se passe dans les seventies dans l’Amérique profonde. Ça parle d’un groupe de marginaux déjantés qui tombent, le jour d’Halloween, entre les griffes de psychopathes qui les enferment dans une usine désaffectée pour les massacrer un par un, au cours d’un jeu particulièrement sanglant et malsain. 31

Pourquoi ? Le problème n’est pas là. Ce qui intéresse Rob Zombie, c’est de trouver prétexte à pléthore de scènes ‘gore’, à crises d’hystérie, à membres tranchés à la tronçonneuse. Le bonhomme sait filmer, c’est indéniable. Il a trouvé une sorte d’univers visuel qui lui est propre (enfin, le terme n’est sans doute pas bien choisi !) de film en film et se complait dedans. Mais il n’a clairement rien à raconter, aucun message à faire passer, aucune idée nouvelle. Il dépoussière les vieilles séries B d’antan, les slashers façon « TOURIST TRAP » et les enjolive d’une photo chiadée, d’une bande-son électrisante et invite des comédiens de l’époque à participer à la fête : Meg Foster, anguleuse et émaciée, joue une des victimes, une maquerelle. Un faciès incroyable ! On retrouve également les Anglais Malcolm McDowell et Judy Geeson grimés comme dans un remake grotesque de « BARRY LYNDON », l’inoxydable Tracey Walter en pompiste édenté. Mais ce sont Sheri Moon Zombie en héroïne endurante et l’inquiétant Richard Brake en champion des serial killers qui sortent du rang. Le monologue du second qui ouvre le film est franchement stressant.

« 31 » possédait tous les atouts pour être un bon petit film d’horreur comme on les aime. Mais le scénario est vraiment indigent, ne va nulle part et épuise l’intérêt dès qu’on a compris qu’il n’ira jamais au-delà d’un carnage sans queue ni tête, d’un bain de sang sans raison d’être. Il faudra tout de même que M. Zombie prenne la peine d’engager un scénariste, un de ces jours… Ça peut aider, parfois.

31 2

MEG FOSTER

Publicités
 
 

19 réponses à “« 31 » (2016)

  1. JICOP

    21 juin 2017 at 8 h 02 min

    Tiens des revenants !!!
    je pensais pas que Judy Geeson tournait encore .
    Et j’avais le souvenir de Meg Foster dans le  » they live !  » de Carpenter et ses yeus incroyables .
    Elle a un peu changé , c’est rien de le dire .

     
    • walkfredjay

      21 juin 2017 at 8 h 59 min

      Meg Foster assume son âge. J’avoue préférer cette « gueule » insensée qu’elle affiche aujourd’hui aux visages lissés, déformés par les liftings et le botox de ses contemporaines.

       
      • Kinskiklaus

        21 juin 2017 at 9 h 06 min

        Tout à fait d’accord ! Retouchées, la plupart des femmes deviennent des freaks. En revanche, un exemple réussi quand même parmi les milliers de loupés: Susan Sarandon à Cannes cette année. Je ne sait pas si l’un de vous l’a vue mais alors elle peut dire merci à son chirurgien. Très très belle et très très très en forme… Mais je préfère mille fois les femmes au naturel, la vraie beauté, c’est ça. Et halte aux faux seins, c’est désagréable au toucher. Vive le naturel !

         
      • JICOP

        21 juin 2017 at 9 h 07 min

        T’as raison Fred .
        On se plaint à juste titre des gueules tirées qu’une actrice sans fards comme elle attire l’œil incontestablement .

         
  2. Kinskiklaus

    21 juin 2017 at 8 h 14 min

    C’est vrai qu’elle a pris cher la Meg. Mais faut avouer qu’un gros plan sur le visage d’une personne de 70 ans, c’est souvent assez violent. Ô vie cruelle…
    Pas vu ce film et ne le verrais jamais car je fais partie de ceux qui pensent que Rob Zombie est une arnaque. Il possède un vrai style, mais le fond se révèle toujours creux. Je sais qu’il possède une horde de fans, désolé, je n’en suis pas.

     
  3. Kinskiklaus

    21 juin 2017 at 9 h 08 min

    Pour l’anecdote, malgré son regard sévère (elle me faisait peur quand j’étais gosse), il paraît que c’est une femme délicieuse avec les fans qu’elle rencontre dans diverses conventions.

     
  4. Patrick

    21 juin 2017 at 15 h 17 min

    Je le tenterais peut-être mais je ne suis pas un grand fan de Rob Zombie.

     
  5. Miguel

    21 juin 2017 at 15 h 39 min

    Film en partie produit par des appels de fonds sur internet avec ,en échange, des trucs et du matos utilisés sur le tournage (une tête ou un bras en latex, un sac de tripes, un autographe de Malcolm Mcdowell j’imagine ou que sais je encore). Bref j’aime bien ce concept de production, c’est roots. Bon, j’irai jamais voir ce truc mais j’aimerai bien voir comment Rob Zombi travaille la lumière car j’en entend que du bien.

     
  6. Kinskiklaus

    21 juin 2017 at 16 h 07 min

    Le financement participatif est l’avenir du cinéma indépendant.

     
    • Miguel

      21 juin 2017 at 20 h 44 min

      Je le pense aussi car l’idée d’un public qui participe au financement de son réalisateur préféré fera certainement son chemin, enfin je l’espère. Je me vois bien filer 20€ pour le prochain film de Jarmush et avoir en échange un aveux signé de sa part où il confirme qu’il est bien le fils caché de Lee Marvin.

       
      • Seb

        21 juin 2017 at 21 h 07 min

        Pas du tout, Miguel ! Jarmusch est ni plus ni moins que l’outsider ou si vous préférez le vilain petit canard des triplés Bogdanoff. Il est temps qu’Igor et Grichka l’acceptent comme un des leurs !

         
  7. Kinskiklaus

    21 juin 2017 at 21 h 25 min

    Je penche clairement vers la démonstration de Seb, pour moi, ça ne fait aucun doute!
    Le fils caché de Lee Marvin ? Vraiment, Miguel ? Dis donc, je ne t’embaucherais pas comme physio à l’entrée d’une boîte de nuit !

     
    • Miguel

      21 juin 2017 at 21 h 43 min

      Seb penche pour les Bogdanoff et Kinskiklaus me conseille d’acheter des lunettes. Aucune importance, Jarmush peut me dédicacer une photo avec écrit dessus les mêmes remarques, moi je suis preneur.

       
  8. walkfredjay

    21 juin 2017 at 21 h 46 min

    Jarmush se vante d’avoir la même voix que Marvin.

     
  9. Kinskiklaus

    21 juin 2017 at 22 h 03 min

    C’est pas faux, ceci dit. Il existe des similitudes dans l’intonation de sa voix.

     
  10. Miguel

    21 juin 2017 at 22 h 41 min

    Il en jette pas mal quand même le Jim. A l’époque de « Stranger than Paradise », j’aimais croire à ce mythe du fils perdu, ça donnait du sel à sa personnalité. On y croyait.

     
  11. Kinskiklaus

    21 juin 2017 at 23 h 18 min

    Tu as vu son dernier film, Miguel ?

     
    • Miguel

      22 juin 2017 at 11 h 09 min

      « The limit of control », c’est le dernier film de lui que j’ai vu, très bien.

       
  12. Kinskiklaus

    22 juin 2017 at 11 h 28 min

    Pas aimé ce film ni détesté. A vrai dire, je ne savais pas trop quoi en penser à la fin de la projection.

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :