RSS

« MADEMOISELLE » (2016)

24 Juin

La première qualité de « MADEMOISELLE », c’est le dépaysement le plus total. À tous niveaux. Visuel déjà, au cœur de cette Corée japonisante, dans la narration ensuite découpée en trois chapitres distincts et dans les personnages enfin, dont on n’a jamais fini de découvrir la véritable personnalité.MLLE

Chan-wook Park a toujours œuvré dans un cinéma étrange et dérangeant et cet opus ne fait pas exception à la règle. Dans « MADEMOISELLE », on croise une jeune fille cloîtrée, un contrefacteur, une fausse servante, un bibliophile pervers, une énorme pieuvre rouge, une pendue. Le scénario à tiroirs n’en finit jamais d’étendre son pouvoir hypnotique, tout en se contredisant au fur et à mesure. La seconde partie du film reprend les événements de la première, mais filmés d’un autre point-de-vue. C’est à la fois fascinant et très confus, les plans machiavéliques se développent jusqu’à l’absurde. Mais on peut se raccrocher à une seule chose familière et concrète : l’amour. La relation extraordinaire qui lie deux femmes et qui donne lieu à de belles scènes saphiques certes, mais aussi à un face-à-face psychologique d’une belle densité.

Min-hee Kim est vraiment exceptionnelle dans le rôle de « Mademoiselle », victime soumise mais ambiguë. Les nuances de jeu entre les deux premières parties sont infinitésimales mais modifient le sens profond de chaque situation. Du grand art ! Face à elle, Tae-ri Kim ne démérite pas dans un rôle de voleuse professionnelle, corrompue depuis la naissance, qui retrouve progressivement une forme de pureté.

Si on ajoute la splendeur de la photo et des cadrages, le choix des extérieurs, le rythme quasi-onirique et une espèce d’humour tordu, « MADEMOISELLE » vaut largement le détour et démontre la versatilité de son auteur. Le seul point commun avec « OLD BOY » ? L’enfermement du personnage central. Et aussi la pieuvre !

Publicités
 

3 réponses à “« MADEMOISELLE » (2016)

  1. Seb

    24 juin 2017 at 9 h 59 min

    Beaucoup aimé également, beaucoup plus que n’importe quel autre Park Chan-Wook d’ailleurs. Un film élégant et retors qui met un peu de temps à nous immerger dans ses méandres mais une fois qu’on y est, on reste scotché ! Etonnamment le film a essuyé des critiques assez tièdes dans l’ensemble.

     
  2. Kinskiklaus

    24 juin 2017 at 11 h 19 min

    Des critiques assez tièdes, Seb ? Je ne crois pas, non, c’est justement grâce à la quasi unanimité des critiques que j’ai entendu parler de ce film la première fois. Pas encore vu mais c’est dans mes projets.

     
  3. Seb

    24 juin 2017 at 12 h 47 min

    Disons que je n’en ai pas lu des critiques nécessairement mauvaises mais souvent avec pas mal de réserves… c’est sûrement qu’on a pas les mêmes réf, Klaus !

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :