RSS

LES TEMPS DIFFICILES…

25 Juin

HARD BRExcellente nouvelle pour les bronsonophiles anglophones ! Les éditions britanniques « EUREKA ! » viennent de sortir dans leur collection « Masters of Cinema », « LE BAGARREUR », le premier et meilleur film de Walter Hill en double édition Blu-ray/DVD.

Outre une magnifique remastérisation 4K qui enterre définitivement le pâle transfert U.S. sorti chez Twilight Time il y a déjà quelque temps, le film est accompagné d’intéressants suppléments comme des interviews récentes de Walter Hill, du producteur Larry Gordon et du musicien Barry De Vorzon.

À noter que le petit livret glissé dans le boitier contient un long article détaillé de la grande et respectée critique Pauline Kael, paru en 1975 dans le « New Yorker », parlant avec un enthousiasme inattendu du film, mais aussi du travail et de la personnalité à l’écran de Charles Bronson qu’elle détaille avec pertinence. Ce qui prouve, qu’à un moment donné de son parcours, Charley n’a pas réellement été rejeté par l’intelligentsia, mais s’est coupé lui-même d’une belle carrière potentielle par ses mauvais choix.

Ainsi, de ressorties en rééditions, « LE BAGARREUR » considéré depuis longtemps par les aficionados comme un des deux ou trois meilleurs films de Bronson, est-il en train de consolider son statut de « cult-movie ».

Étrangement, le film récupère pour l’occasion son titre original américain, alors qu’il était sorti en Grande-Bretagne sous son titre de tournage : « THE STREETFIGHTER ».HARD BR2

Publicités
 

7 réponses à “LES TEMPS DIFFICILES…

  1. Patrick

    25 juin 2017 at 14 h 29 min

    Oui un de ses meilleurs rôles et films.

     
  2. Marc Provencher

    25 juin 2017 at 19 h 41 min

    Oh non, ce n’est pas un « cult movie » : mais tout simplement un classique du cinéma. Les deux Bronson – le héros d’action musclé et le comédien – doivent être au sommet simultanément pour que ça marche, et ça marche. Le film de sa vie sans le moindre doute. Et sans un parfait James Coburn pour faire pendant à Bronson, ça marcherait moins aussi.

    Il n’y a pas que pour le jeu des acteurs que « less is more » est une bonne formule : mais pour les évocations d’époque – parce que les détails étant raréfiés, chaque détail s’imprime avec une acuité particulière – et pour les films d’action – parce que les combats étant raréfiés, chaque combat te cloue à ton siège, comme dans ‘RÉBELLION’.

     
    • walkfredjay

      25 juin 2017 at 19 h 57 min

      En 1999, « LE BAGARREUR » figurait déjà dans l’ouvrage « CULT MOVIES » de Karl & Philip French, mais son statut a sans doute évolué depuis…

       
  3. Corey

    25 juin 2017 at 20 h 25 min

    Plus les années passent, et plus je constate que Bronson, acteur si populaire en France de son vivant, est complètement tombé dans l’oubli. Très peu de Blu-ray sortis, aucun hommage, aucun livre ne vient rappeler sa grande carrière. Aura t-il droit un jour à son retour en grâce ?

     
  4. walkfredjay

    25 juin 2017 at 21 h 24 min

    En France seulement, Corey ! En effet. Aux U.S.A., ça n’arrête pas. En Allemagne et en Angleterre non plus. C’est bizarre oui, que le pays qui l’a rendu célèbre ait été le premier à l’oublier.

     
  5. Corey

    26 juin 2017 at 0 h 52 min

    Oui, en France. Quand on pense qu’à l’époque, c’était le grand rival de Clint Eastwood et Steve McQueen…

     
  6. Carlos

    26 juin 2017 at 12 h 22 min

    Le role de sa vie?…il etait une fois dans l’ouest….The Stone Killer….

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :