RSS

« THE PUNISHER » (2004)

26 Juin

PUNISHER2« THE PUNISHER » est la seconde des trois tentatives d’adapter le vigilante créé par Marvel dans une collection de comics pour un long-métrage cinéma. Et probablement la moins convaincante. C’est la version de 124 minutes qui est chroniquée ici, celle de 140 minutes promettant d’être une épreuve insurmontable même pour le cinéphage le plus aventureux.

Flic infiltré du FBI, Thomas Jane voit toute sa famille massacrée par le mafioso John Travolta. Le scénario se résume ensuite à une enfilade de représailles plus ou moins sanglantes, sans la moindre unité de ton, introduisant un humour débile dans les séquences d’action (la bagarre avec le colosse russe) et faisant se côtoyer des fusillades sanglantes, voire « gore » et des personnages (Rebecca Romijn-Stamos et Ben Foster) qui semblent échappés de la sitcom « THE BIG BANG THEORY » en beaucoup moins drôle.

Dire que le film est inégal est une douce litote. Le scénario est totalement indigent, le casting oppose deux acteurs aussi insipides l’un que l’autre : Jane, sorte de clone inexpressif de Christophe Lambert incapable de laisser filtrer la moindre émotion et Travolta qui s’ennuie ostensiblement et n’offre même pas le minimum syndical. Quand un cabotin ne daigne même pas cabotiner, ce n’est jamais bon signe ! La photo de Conrad W. Hall, fils du grand Conrad L. Hall, donne une certaine tenue visuelle à la chose, mais « THE PUNISHER » ne décolle jamais, n’éveille aucun intérêt, pas le moindre soupçon d’excitation chez l’amateur de thrillers. Et quand le scénario tente de décrire les plans « machiavéliques » de notre héros, c’est encore pire !

Dommage que des acteurs comme Roy Scheider en papa amateur de gros flingues ou Samantha Mathis en gentille épouse soient si rapidement éliminés, dommage aussi que Will Patton soit gaspillé en « consigliere » gay et sadique. Reste pour se consoler (un peu) la beauté marmoréenne de Laura Harring (« MULHOLLAND DR. ») en « mafia princess » implacable.

PUNISHER

THOMAS JANE, ROY SCHEIDER, JOHN TRAVOLTA ET LAURA HARRING

Publicités
 

12 réponses à “« THE PUNISHER » (2004)

  1. Marc Provencher

    26 juin 2017 at 15 h 16 min

    Pour le moment, Thomas Jane a été l’homme d’un seul film sur une pourtant copieuse filmo : ‘STANDER’ (2004) biopic sud-africain du fameux flic devenu voleur de banques au temps de l’apartheid. C’est la seule fois où je l’ai vu vraiment habité.

     
    • JICOP

      26 juin 2017 at 15 h 23 min

      Il était très bien dans  » The Myst  » Frank Darabont .

       
      • Marc Provencher

        26 juin 2017 at 15 h 29 min

         
      • Kinskiklaus

        26 juin 2017 at 17 h 13 min

        Ouaip, bien dans « The mist » mais pas fascinant non plus. Son jeu me fait penser aux deux personnages principaux dans les séries « Lost les disparus » et « The walking dead », Matthew Fox et Andrew Lincoln. D’ailleurs j’ai toujours pensé que Thomas Jane possède toutes les caractéristiques pour interpréter un personnage récurrent dans une série télé, télévision où il serait sans doute plus à sa place qu’au cinéma. Trop transparent…

         
      • JICOP

        26 juin 2017 at 18 h 30 min

        Andrew Lincoln a fait très fort quand meme .
        Vu que le dernier souvenir que j’avais de lui était dans le mélo  » Love actually  » .
        Le retrouver au milieu des zombies en train d’exploser des tetes fut quand meme très surprenant .

         
  2. Patrick

    26 juin 2017 at 15 h 17 min

    Non pas terrible en effet.

     
    • Kinskiklaus

      26 juin 2017 at 18 h 55 min

      Ami Jicop, avant de le découvrir dans « The walking dead », je n’avais vu Lincoln que dans « L’arnacoeur »… Alors oui, très fort pour le changement de programme, mais plat partout. Quitte à être désagréable, je nomme ces comédiens des « comédiens interchangeables », comme Fox, comme Jane. Peu importe les rôles, ils restent des sortes de « gendre idéal ». Or, j’aime bien les aspérités.

       
      • Marc Provencher

        26 juin 2017 at 20 h 20 min

        Thomas Jane a en effet un physique quelconque, sans aspérité : il ressemble à tout le monde, et c’est justement pourquoi dans ‘STANDER’ ça marche : un criminel ex-flic au physique absolument moyen qui échappe aux recherches d’un des pays alors les plus fliqués au monde. (J’en ai marre que personne n’ait vu ce très bon polar/biopic sud-africain, bou-hou-hou. ;_;)

         
      • walkfredjay

        26 juin 2017 at 20 h 27 min

        OK, Marc ! J’ai déniché « STANDER » à vil prix et aussitôt commandé !

         
  3. Le crime s'affiche

    26 juin 2017 at 16 h 51 min

    « sorte de clone inexpressif de Christophe Lambert »…Très bon! J’adore…

     
  4. Miguel

    27 juin 2017 at 10 h 05 min

    Je parcours la chronique et je lis « La photo du vétéran Conrad Hall ». J’était surpris puis après avoir fouiner, j’ai découvert qu’il s’agit en fait de Conrad W. Hall, le fils et non Conrad L. Hall, le père, si on s’en tiens a parler d’un vétéran, bien sûr 🙂

     
  5. walkfredjay

    27 juin 2017 at 10 h 14 min

    Ah ! Ça explique pourquoi je ne l’ai pas trouvé très inspiré ! 🙂 Je rectifie tout de suite. Merci.

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :