RSS

« OUTLAW » (2007)

03 Juil

OUTLAWAnticipant « HARRY BROWN » de deux ans, « OUTLAW » traite lui aussi de la justice individuelle dans l’Angleterre contemporaine et au sein d’une société en décomposition.

Le sujet est prometteur : une demi-douzaine d’hommes venus de tous horizons, humiliés, laissés-pour-compte, oubliés, se réunissent pour former un groupe de « vigilantes » manœuvrés par un vieux flic (Bob Hoskins) tout aussi frustré qu’eux par l’injustice et la corruption. Cela aurait pu donner une bonne série B d’action à l’américaine, mais l’ambition de Nick Love est tout autre, puisqu’il reste ancré dans le réalisme, qu’il soit social ou comportemental, ne se laisse aller à aucune invraisemblance et surtout, ne donne jamais une aura héroïque à ses justiciers improvisés. Sean Bean est un ex-soldat à moitié cinglé, Sean Harris un psychopathe incontrôlable, Lennie James un avocat obsédé par la vengeance et Danny Dyer – le personnage central – un jeune homme banal, peu enclin à la violence, qui décide de prendre sa vie en main.

C’est âpre, bien observé, la tension est constante, mais le film est souvent gâché par une réalisation approximative faite de caméra « bougée » totalement injustifiée, d’un rendu HD verdâtre hideux. Dommage ! Cela n’empêche heureusement pas « OUTLAW » de scotcher de bout en bout, de créer un suspense authentique et de s’achever de façon nihiliste et subitement beaucoup plus ludique. Les séquences d’action ont un aspect « crade » tout à fait adéquat et dérangeant.

OUTLAW2

SEAN BEAN, RUPERT FRIEND ET SEAN HARRIS

Bean est remarquable d’intensité instable en « vet » à la dérive, Harris est glauque comme d’habitude et parfaitement inquiétant, on reconnaît un jeune Rupert Friend (« HOMELAND ») en jeune homme détruit physiquement et mentalement par une agression.

Un film à la fois passionnant et inégal, auquel le refus du spectaculaire – aussi audacieux soit-il – finit tout de même par nuire. Bonne variante sur le thème, toutefois.

Publicités
 

2 réponses à “« OUTLAW » (2007)

  1. Patrick

    3 juillet 2017 at 12 h 03 min

    Un film qui me tente.

     
  2. JICOP

    3 juillet 2017 at 16 h 23 min

     » Sean Harris incarne un psychopathe incontrolable  » .
    Mais Sean Harris doit etre dans la vie un psychopathe incontrolable .
    Rien que pour lui , je verrai ce film .
    Un air de  » Vigilante  » Anglais qui me plait bien 🙂

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :