RSS

« BROTHER’S KEEPER » : film-pilote de la série « Deux flics à Miami »

13 Juil

VICE« BROTHER’S KEEPER » est le film-pilote de « DEUX FLICS À MIAMI », série produite par Michael Mann et qui marqua profondément les eighties.

Réalisé par Thomas Carter, ce téléfilm de 90 minutes a tous les attributs d’un long-métrage de cinéma, hormis le format carré de 1.33 :1. Dès les premières images, il semble avoir encapsulé tout ce qui symbolisait les années 80 : les brushings et « balayages », le montage clipé, la bande-son saturée de tubes à la mode et les tics de langage de l’époque. Le style flashy est tellement appuyé, qu’il apparaît aujourd’hui comme patiné plutôt que désuet et on peut parfaitement prendre un réel plaisir à suivre les aventures de ce tandem de flics. Le scénario narre leur rencontre, préfigurant un peu « L’ARME FATALE » : Don Johnson, « beau gosse » infiltré, habitant sur un bateau avec un alligator nommé ‘Elvis’ et Philip Michael Thomas, flic new-yorkais cherchant à venger son frère abattu par un narcotrafiquant colombien. D’abord conflictuelle, leur relation va progressivement devenir amicale, permettant à la série de perdurer pendant cinq saisons.

Va sa durée exceptionnelle, ce pilote paraît parfois longuet et s’égare trop longtemps sur des scènes de « vie privée » pas indispensables, mais le côté « buddy movie » fonctionne à plein régime et la nostalgie fait le reste. Quand nos compères prennent leurs flingues et partent à la bagarre sur une chanson de Phil Collins, comment résister ?

Dans un cast homogène, on retiendra la courte présence de Jimmy Smits dans sa toute première apparition à l’écran, jouant le coéquipier rapidement éliminé de ‘Crockett’.

VICE2

DON JOHNSON, GREOGRY SIERRA ET PHILIP MICHAEL THOMAS

« BROTHER’S KEEPER » définit parfaitement ce que sera la série à succès qui mit Michael Mann sur le devant de la scène et qui fit clairement évoluer les séries « polar » U.S. en soignant particulièrement la forme et le style.

Publicités
 

3 réponses à “« BROTHER’S KEEPER » : film-pilote de la série « Deux flics à Miami »

  1. Miguel

    13 juillet 2017 at 10 h 32 min

    A l’époque, j’avais trouvé que, passé la saison 1 et après avoir fait le tour de la chasse aux trafiquants, la série commençait déjà à s’essouffler et la VF (un vrai massacre) n’avait rien arrangé. En plus, malgré son coté fun, l’ambiance de la série en général était plutôt morose. La série possède néanmoins un générique qui est une pure merveille signé Jan Hammer.

     
  2. Thomas

    13 juillet 2017 at 13 h 41 min

    Inoubliable cette scène :

     
  3. JICOP

    13 juillet 2017 at 21 h 45 min

    Ce qui m’avait impressionné à l’époque où je regardais la série le vendredi soir sur la 2, c’est Edward James Olmos dans le rôle du chef: visage fermé, peu de sourires et un sérieux inébranlable.
    Il assurait face aux flics gravure de mode.
    Bonne série atmosphérique à l’esthétique travaillée.
    La police Américaine avait compris qu’il fallait confisquer les biens des trafiquants, d’où la splendide Ferrari Daytona de Crockett, quand nous en sommes en France encore à courser les go-fast avec des Renault Nevada… Putain la loose.

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :