RSS

« DOOM » (2005)

17 Août

DOOM2A priori, bien que méfiant, on se dit qu’un film avec à son générique la sublime Rosamund Pike ne peut pas être complètement mauvais. Puis on se convainc que le sympathique Dwayne Johnson en « bad ass » de l’espace, ça peut être amusant. Enfin, on se rappelle qu’il arrive à Karl Urban d’être très bien et on se souvient même – en forçant un peu – qu’Andrzej Bartkowiak fut un honnête directeur photo sur de grosses productions hollywoodiennes avant de passer à la réalisation. Au final, cela fait-il de « DOOM » un bon film ?

Hélas, pas vraiment. Le scénario est un mélange de « ALIENS » (on en parcourt des kilomètres de couloirs avec de gros flingues au poing !) et de « RESIDENT EVIL », d’une platitude inouïe, se vautrant sans complexe dans le déjà-vu et les emprunts trop voyants. L’action, claustrophobique et répétitive, est d’autant plus irritante, que le spectateur a systématiquement plusieurs trains d’avance sur les personnages, ce qui rend tout cela bien fastidieux. On atteint le fond avec une scène « subjective » directement extraite d’un jeu vidéo. Qui a bien pu avoir cette idée exécrable ?

C’est proprement filmé, ceci mis à part, les protagonistes sont bien définis, même si très caricaturaux et « The Rock » a un rôle étonnamment évolutif de super-sergent charismatique un peu trop fidèle au règlement, jusqu’à en devenir de plus en plus dangereux. Rosamund est toujours aussi photogénique en archéologue pas facilement impressionnable et Richard Brake en fait des tonnes en soldat libidineux et tête-à-claques.

DOOM

ROSAMUND PIKE, DWAYNE JOHNSON ET KARL URBAN

Alors, à voir quand même, « DOOM » ? Franchement ce n’est pas indispensable. On a vu tellement mieux dans le genre ! Que retenir de positif ? Des zombies particulièrement répugnants, une autopsie à soulever le cœur et un effet spécial très réussi : le nano-mur.

Publicités
 

11 réponses à “« DOOM » (2005)

  1. JICOP

    17 août 2017 at 10 h 08 min

    Le problème avec moi, c’est que j’adore les films de monstres dans l’espace.
    Des  » galaxie de la terreur « ,,  » inséminoid  » et sous-Alien, je suis toujours client.
     » Doom  » ne fait pas exception à la règle malgré un côté  » jeux vidéo  » dommageable.
    L’affiche est d’une laideur insondable, ‘heureusement contrebalancé par la beauté de Rosamund Pike même si ça n’a rien à voir 😀
    Il faudra un jour savoir pourquoi il n’y a plus de grands affichistes comme avant ou même de petites productions avaient de superbes illustrations.
    C’est quand même accrocheur, bien foutu et garde bien l’esprit des antiques séries b. du genre.
    Enfin il faudra bien qu’un psychiatre se penche sur le cas de Bartkoviak, sans doute victime d’un horrible dédoublement de personnalité: chef-operateur de talent chez Lumet, ‘huston et autres dans des films haut de gamme et réalisateur de films de baston avec Jet Li.
    Anthony Parking dans  » Psycho « , à côté c’est tranquille 😀

     
  2. Marc Provencher

    17 août 2017 at 13 h 50 min

    Autant j’ai adoré jouer à DOOM (des nuits entières…), autant je fuis ce genre de production et je suis tout fier de ne pas l’avoir vu ! Peut-on me nommer une seule « adaptation de jeu vidéo » (sic) au cinéma qui ait fait un bon film ?

     
    • JICOP

      17 août 2017 at 13 h 54 min

      Marc Provencher joue aux jeux vidéo !!!!!
      Corne-cul ; j’aurais pas misé un dollar Canadien là-dessus 😉

       
      • Marc Provencher

        17 août 2017 at 14 h 03 min

        Ce n’est plus le cas au présent de l’indicatif – on ne trouve plus guère de jeux en édition pour PC – mais oui, longtemps : ça a commencé, dans le temps, avec WOLFENSTEIN… puis DOOM… puis QUAKE… une pente des plus savonneuses…

        Mais au fait, j’y pense : aujourd’hui, je joue toujours à PLANTS VS ZOMBIES ! À quand ‘PLANTS VS ZOMBIES LE FILM’ avec Rachel Weisz en tournesol zombivore et Tatsuya Nakadai en vieux cerisier lance-grenades ?

         
    • Thomas

      17 août 2017 at 13 h 55 min

      Final Fantasy, Silent Hill et dans une moindre mesure le premier Mortal Kombat est un plaisir coupable

       
      • walkfredjay

        17 août 2017 at 14 h 04 min

        Je n’ai jamais approché de près ou de loin un jeu vidéo, mais j’aime bien la franchise des « RESIDENT EVIL ». C’est coupable, je précise…

         
      • Marc Provencher

        17 août 2017 at 14 h 04 min

        Ah, c’est vrai : ‘SILENT HILL’ n’est pas mal du tout. Après l’avoir vu, j’étais tout surpris d’apprendre que c’était à l’origine un jeu vidéo.

         
      • Kinskiklaus

        17 août 2017 at 19 h 41 min

        « … et dans une moindre mesure le premier Mortal Kombat est un plaisir coupable ». J’ai d’abord pouffé de rire en lisant ton commentaire, Thomas, puis je me suis souvenu qu’en son temps, j’avais vu deux fois au cinéma « Street Fighter ». Alors, j’ai décidé de ne plus pouffer.

         
  3. Patrick

    17 août 2017 at 16 h 13 min

    Une belle bouse.

     
  4. Kinskiklaus

    17 août 2017 at 19 h 39 min

    Moi, j’adore les jeux vidéos mais là, ça sent la grosse bouse. Effectivement, « Silent Hill » de Christophe Gans, cocorico, fut une bonne surprise (jamais joué à ce jeu en revanche).

     
    • Patrick

      18 août 2017 at 17 h 01 min

      Jamais joué non plus mais Gans m’a déçu.

       

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :