RSS

HAPPY BIRTHDAY, JACQUELINE !

13 Sep
BISSET

JACQUELINE BISSET, ICÔNE DU CINÉMA INTERNATIONAL DES ANNÉES 60-70, UN JEU QUI S’EST AFFINÉ DE DÉCENNIE EN DÉCENNIE.

Publicités
 
13 Commentaires

Publié par le 13 septembre 2017 dans ANNIVERSAIRES, CINÉMA ANGLAIS

 

13 réponses à “HAPPY BIRTHDAY, JACQUELINE !

  1. Edmond

    13 septembre 2017 at 9 h 25 min

    Je me souviens d’elle dans « Les grands fonds  » . Elle était sublime de féminité

     
    • walkfredjay

      13 septembre 2017 at 9 h 38 min

      Son T-shirt mouillé est anthologique.

      Je l’ai trouvée formidable en méchante dans la série « NIP/TUCK ».

       
  2. Kinskiklaus

    13 septembre 2017 at 9 h 58 min

    Une comédienne que je connais, au final, assez mal. J’ai l’impression de fréquenter son nom depuis tout gamin mais elle n’a jamais su gagner complètement mon cœur (ça, elle peut en avoir des regrets, elle ne sait pas ce qu’elle manque !). Jeune aussi, j’ai compris très vite que toute une génération de mâles vénérait sa beauté et fantasmait sur la femme. Revue à la télévision lors du dernier festival de Cannes à l’occasion du nouveau film de François Ozon, j’avais été frappé par sa classe et sa féminité encore intacte.

     
  3. Patrick

    13 septembre 2017 at 16 h 16 min

    La charmante voisine de Bébel dans Le Magnifique, l’actrice dans La Nuit américaine…

     
  4. JICOP

    13 septembre 2017 at 17 h 21 min

    Je la revois au bord de la piscine balançant d’une voix grave à Belmondo en maillot de bain :  » vous plaisez aux femmes « .
    C’était dans  » le magnifique « .
    Et le fameux t-shirt mouillé dans  » les grands fonds « .
    Le reste de sa filmo est inégal mais on peut retenir facilement deux bons Huston,  » Bullitt « , une belle hôtesse de l’air dans  » Airport  » et  » la nuit Américaine « .
    Dire qu’elle était souvent doublée par Perette Pradier, ça laisse songeur 😀

     
  5. Marc Provencher

    13 septembre 2017 at 19 h 25 min

    Elle était amusante en dame désoeuvrée et snobinarde de la haute bourgeoisie de Turin dans ‘LA FEMME DU DIMANCHE’ de Comencini (1975).

     
    • walkfredjay

      13 septembre 2017 at 19 h 27 min

      Je ne me suis jamais remis de la scène dans « MONSIEUR ST.-IVES » où elle proposait à Charley de coucher avec lui et qu’il refusait en prétextant qu’il n’était pas bien réveillé. Une scène traumatisante…

       
      • JICOP

        13 septembre 2017 at 19 h 34 min

        Ah oui je me souviens maintenant.
        Une des plus belles cascades de Charley 😀

         
      • Ludovic

        13 septembre 2017 at 21 h 24 min

        Winifred délaissée par Charley ? Shocking !!!!!

         
      • Kinskiklaus

        13 septembre 2017 at 21 h 31 min

        Ah ah ah ! Vous venez de m’offrir un four rire, les gars !

         
  6. Dino Barran

    16 septembre 2017 at 16 h 08 min

    Un reproche cependant : Jacqueline Bisset s’est montrée trop avare de sa remarquable anatomie (un peu comme Claudia)… Il n’y a guère que dans La femme du dimanche qu’elle consentit à exhiber son ravissant postérieur.

     
    • JICOP

      16 septembre 2017 at 16 h 42 min

      Je souscris , Dino , à ton reproche .
      La pudeur Britannique sans doute .;)

       

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :