RSS

« PREMIERS PAS DANS LA MAFIA » (1990)

13 Sep
FRESHMAN2

MARLON BRANDO

La grande – et seule – idée de « PREMIERS PAS DANS LA MAFIA » tient en deux mots : Marlon Brando. La raison d’être du projet tenait dans la présence de l’acteur mythique et dans son auto-parodie du rôle de ‘Don Corleone’ dans « LE PARRAIN ».FRESHMAN

Le scénario alambiqué et, à vrai dire, pas très passionnant, tourne autour d’une grosse arnaque au trafic d’animaux en voie d’extinction, dans lequel trempent un mafioso italien et un escroc allemand (Maximilian Schell). Le tout est vu au travers des yeux naïfs d’un étudiant en cinéma (Matthew Broderick) fraîchement débarqué du Vermont à New York.

La réalisation d’Andrew Bergman est proprette et sans aspérité, les clins d’œil à l’œuvre de Coppola sont légion (dans la gestuelle des personnages, la présence de comédiens comme Bruno Kirby ou Gianni Russo, les extraits du « PARRAIN, 2ème PARTIE » à la fac, etc.), mais si le film se laisse aussi bien regarder, malgré ses faiblesses aveuglantes, c’est uniquement grâce à l’extraordinaire travail de Brando et à la mise en abyme qu’il crée à lui seul. 18 ans après « LE PARRAIN », il retrouve sa tête et ses maniérismes pour jouer « l’homme qui inspira le film » ! Les face-à-face dans le café avec Broderick sont de purs régals de gourmet. L’énorme silhouette de Brando, son timing impeccable en comédie, ne l’empêchent pas d’insuffler un peu d’émotion qui « cueillent » complètement le spectateur. Ainsi, la scène dans le dortoir du campus est-elle étonnamment touchante et authentique.

De bons seconds rôles complètent le plaisir : Penelope Ann Miller en « mafia princess » sexy, Paul Benedict en prof de cinéma tête-à-claques, Kirby en neveu escroc ou B.D. Wong en vétérinaire gay. Tout le monde semble beaucoup s’amuser.

Bien qu’il ne soit au fond qu’une inoffensive comédie référentielle, sans réel intérêt, « PREMIERS PAS DANS LA MAFIA » peut se voir comme un appendice sympathique et chaleureux à la trilogie de Coppola et en cela, vaut la peine d’être vu. Et, répétons-le, Brando est génial !

FRESHMAN3

PENELOPE ANN MILLER, MATTHEW BRODERICK ET BRUNO KIRBY

Publicités
 

13 réponses à “« PREMIERS PAS DANS LA MAFIA » (1990)

  1. Kinskiklaus

    13 septembre 2017 at 9 h 52 min

    A croire que l’insipide mais sympathique Matthew Broderick a passé le plus clair de son temps à jouer des étudiants naïfs ! Pas vu ce film et à moins de tomber dessus par hasard, un soir, à la télévision, ça ne risque pas de changer. Je ne suis pas vraiment un bon client pour ce genre de film référentiel. Mais bon, un petit duel Marlon Brando / Maximilian Schell, pourquoi pas !

     
  2. Daniel

    13 septembre 2017 at 17 h 22 min

    Jamais osé voir ce film car j’ ai toujours eu peur que Brando fasse une caricature extrème de son personnage du  » Parrain » ce qui gâcherait mon plaisir a la prochaine vision du Coppola. Me voilà rassuré grâce à ton post , du coup je me réjouis de découvrir un film tant évité !

     
  3. walkfredjay

    13 septembre 2017 at 17 h 26 min

    Ce qu’il fait, c’est vraiment virtuose : se pasticher soi-même sans se caricaturer, surjouer sans cabotiner. Je ne suis pas inconditionnel de Brando, mais là c’est du grand art.

     
  4. JICOP

    13 septembre 2017 at 17 h 30 min

    Matthew Broderick: Ferris Bueler à tout jamais… C’est bien cela le problème.
    Il n’a jamais su se départir entièrement de son image de petit gars a la cool, excepté dans  » Glory  » en jeune officier courageux.
    Il aurait pu suivre les pas d’un Dustin Hoffman qui longtemps n’a pas fait son âge non plus.

     
  5. JICOP

    13 septembre 2017 at 17 h 35 min

    Film sympathique réalisé sans génie mais attrayant.
    Brando écrase tout, ‘il est formidable.
    Brando à toujours eu de l’humour, quelques interviews réalisées en Français le démontrent.
    Notamment une avec Léon Zitrone absolument surréaliste sur le plateau d’une vieille émission. ( trouvable sur le net).
    Loin de l’image souvent pesante que l’on a de lui.

     
  6. Kinskiklaus

    13 septembre 2017 at 19 h 20 min

    « Surréaliste », c’est le mot qui convient à cette interview. Merci pour le partage Jicop ! Et j’ignorais que Brando maniait aussi bien le français. Il apparaît réellement sympathique dans l’échange mais on renifle quand même clairement le lion qui rugissait en lui.

     
  7. walkfredjay

    13 septembre 2017 at 19 h 25 min

    Je crois me souvenir que Marlon Brando avait été diagnostiqué comme bipolaire (anciennement maniaco-dépressif).

     
  8. Marc Provencher

    13 septembre 2017 at 19 h 32 min

    J’ai tellement pris Marlon Brando en grippe après ‘THE MISSOURI BREAKS’ et ‘APOCALYPSE NOW’ que je n’ai jamais vu ce film. Ça a pourtant l’air amusant. Qui sait, je vais peut-être lever mon embargo, un de ces quatre…

     
  9. Kinskiklaus

    13 septembre 2017 at 19 h 39 min

    Je ne savais pas mais effectivement, c’est plus que probable.

    Quel film ç’aurait donné ! L’écrivain Jack Kerouac avait écrit à Brando peu après la publication de son fameux « Sur la route » afin que l’acteur en achète les droits pour en faire un film. Ceux qui connaissent l’oeuvre de Kerouac sauront à quel point Brando aurait été grandiose dans le rôle de Dean Moriarty / Neal Cassady. Personnalité animale, le sexe dans les yeux, personne d’autre n’aurait pu jouer ce rôle à part lui. Au final, ce n’est pas plus mal que le projet n’ait pas abouti, parfois, il vaut mieux ne pas briser ses fantasmes.

    Pour ceux que ça intéresse : http://www.deslettres.fr/lettre-de-jack-kerouac-marlon-brando-je-prie-pour-que-tu-achetes-road-et-que-tu-en-fasses-un-film/

     
    • JICOP

      13 septembre 2017 at 19 h 43 min

       » le sexe dans les yeux « : c’est tout Brando effectivement.
      C’est finalement Garrett Hedlund qui a pris le rôle dans l’adaptation de Walter Salles.
      Quoi, qui ça ? Mais si Garrett celui qui… Enfin, ‘ oui savez l’autre qui… Hein.
      Ben oui lui quoi 😉

       
  10. Kinskiklaus

    13 septembre 2017 at 19 h 46 min

    Je n’ai jamais voulu voir ce film (produit par Coppola). J’ai trop de respect pour Kerouac, la bande-annonce m’a suffit.

     
  11. walkfredjay

    13 septembre 2017 at 19 h 49 min

    John Heard a incarné Kerouac dans « HEART BEAT ».

     
    • Kinskiklaus

      13 septembre 2017 at 20 h 13 min

      Oui, je sais, et Nick Nolte dans le rôle de Cassady. Pas vu non plus, et c’est volontaire. C’est pas pour me vanter mais, je connais trop le sujet pour sauter le pas au cinéma. Puis bon, j’apprécie Nick Nolte mais je ne l’imagine pas une seule seconde dans la peau de Neal Cassady. C’est comme si Michel Crémadès incarnait Brad Pitt au cinéma, y a un truc qui cloche ! Axé sur la Beat Generation, à l’extrême rigueur, je me laisserais peut-être tenter un jour par le visionnage de « Howl » avec James Franco. Ah si, j’avais bien aimé « Le festin nu » de Cronenberg avec Peter Weller. Adapté de l’inadaptable roman de William Burroughs, il s’en tirait avec les honneurs justement parce que Cronenberg a eu l’intelligence d’en faire un film personnel et infidèle.

       

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :